Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Joseph-Charlebois

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Grier

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • vers 1799 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

La maison Joseph-Charlebois est une demeure rurale d'inspiration française érigée vers 1799. La résidence en pierre de plan presque carré, à un étage et demi, est coiffée d'un toit aigu à deux versants retroussés percé de lucarnes et flanqué de souches de cheminée disposées en chicane. Une annexe récente, d'un volume similaire à celui du corps de logis, a été ajoutée dans l'axe longitudinal. La maison Joseph-Charlebois occupe un vaste terrain paysager, dans le parc régional du Cap-Saint-Jacques, à proximité de la rivière des Prairies. Elle est située dans l'arrondissement municipal de Pierrefonds-Roxboro de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La maison Joseph-Charlebois bénéficie d'une aire de protection.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1974-08-28
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1975-05-06

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Montréal), 2017-09-21
    Prise d'effet : 2018-09-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Joseph-Charlebois présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle constitue un exemple représentatif de la maison rurale d'inspiration française. Ce type est issu de savoir-faire et de modèles français qui ont été progressivement adaptés aux conditions particulières du pays (climat, disponibilité des matériaux) et à certaines influences stylistiques. La maison Joseph-Charlebois est érigée vers 1799, selon une pierre millésimée visible sur la façade sud-est. Elle est une illustration de la maison rurale d'inspiration française par sa maçonnerie de pierre, son plan presque carré, son toit aigu, ses souches de cheminée en pierre disposées en chicane ainsi que par la composition asymétrique des façades avant et arrière. L'absence de crépi est une caractéristique fréquemment rencontrée dans la région montréalaise. Elle possède en outre une charpente de toiture très élaborée, rare pour ce type d'habitation. Cette charpente se compose de trois fermes comportant poinçon, entrait, faux entrait, jambe de force et blochet. Quatre paires de chevrons, comprenant une panne faîtière, un sous-faîte, des aisseliers et des fiches de contreventement, s'insèrent entre les fermes. L'intérieur de la maison Joseph-Charlebois se distingue aussi par son état de conservation et par des détails architecturaux, tels que le plancher constitué de larges planches, le plafond à couvre-joint, les boiseries à caissons, l'âtre et la pierre d'évier avec déversoir vers l'extérieur. La résidence renferme aussi une remarquable armoire encastrée dotée de panneaux à motifs de pointe de diamant. La maison Joseph-Charlebois compte enfin, dans le mur pignon ouest, une porte qui aurait servi à hisser le grain pour l'entreposer dans les combles. Les larmiers retroussés et les petites lucarnes du corps de logis sont pour leur part le résultat de modifications apportées au XIXe siècle.

La maison Joseph-Charlebois présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Elle est implantée sur un vaste terrain boisé en bordure de la rivière des Prairies. La situation de la maison Joseph-Charlebois évoque sa vocation agricole ancienne et le caractère pittoresque du nord de l'île de Montréal avant son urbanisation.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Joseph-Charlebois liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, entre autres :
- son volume, dont le plan presque carré, le solage légèrement dégagé, l'élévation d'un étage et demi et le toit aigu à deux versants;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en pierre (corps de logis, cheminées), la couverture en tôle pincée et les éléments en bois (portes, fenêtres, chambranles, contrevents);
- les ouvertures du corps de logis distribuées de façon asymétrique, dont les portes en bois vitrées, les fenêtres à battants à petits carreaux, les chambranles de facture sobre et les contrevents;
- les souches de cheminée latérales en pierre soulignées de cordons et disposées en chicane;
- ses caractéristiques rattachées à l'architecture résidentielle rurale de la région montréalaise, dont la maçonnerie en pierre non crépie;
- les modifications du XIXe siècle, dont les larmiers retroussés et les petites lucarnes à croupe du corps de logis;
- la charpente de la toiture composée notamment de trois fermes (poinçon, entrait, faux entrait, jambe de force et blochet) et de quatre paires de chevrons (panne faîtière, sous-faîte, aisseliers et fiches de contreventement);
- ses caractéristiques intérieures, dont le plancher constitué de larges planches, le plafond à couvre-joint, les boiseries à caissons, les poutres apparentes, l'âtre, la pierre d'évier avec déversoir vers l'extérieur et l'armoire encastrée dotée de panneaux à motifs de pointe de diamant;
- la porte du mur pignon ouest;
- les caractéristiques de la rallonge érigée en 1956, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants retroussés couvert de tôle pincée, le parement de planches verticales, les fenêtres à battants à petits carreaux avec chambranles de facture sobre et contrevents, les larmiers peu saillants, les soupiraux avec saut-de-loup et les lucarnes à croupe;
- son vaste terrain paysager inclus dans le parc régional du Cap-Saint-Jacques;
- la proximité de la rivière des Prairies.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Joseph-Charlebois aurait été érigée vers 1799 pour un membre de la famille Charlebois. Les Charlebois étaient de riches propriétaires terriens du cap Saint-Jacques. La résidence a subi peu de modifications au cours de son histoire, à l'exception de l'ajout de lucarnes et de larmiers retroussés au XIXe siècle. La façade, autrefois aménagée dans le mur sud-est, a également été déplacée.

En 1956, une annexe, construite à partir d'une ancienne cuisine d'été, est adossée au mur latéral droit. La nouvelle partie reprend en plus petit le volume du corps de logis.

La maison Joseph-Charlebois est classée en 1974. Elle bénéficie d'une aire de protection depuis 1975.

En 2006, les propriétaires de la maison ont reçu le Prix mérite du patrimoine de l'arrondissement municipal de Pierrefonds-Roxboro. La demeure est encore utilisée à des fins résidentielles en 2007.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Pierrefonds-Roxboro

Adresse :

  • 134, chemin du Cap-Saint-Jacques

Latitude :

  • 45° 27' 50.3"

Longitude :

  • -73° 55' 14.1"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 977 314
  • Lot 1 978 978

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • ARCHAMBAULT, Diane. « Maison Grier ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 176.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • Communauté urbaine de Montréal. Service de planification du territoire. Répertoire d'architecture traditionnelle sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal: architecture rurale. Montréal, Communauté urbaine de Montréal, Service de la planification du territoire, 1986. s.p.
  • PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Vol. 4. Montréal, Éditions du Méridien, 1991. 504 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013