Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Shaughnessy

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Centre canadien d'architecture
  • Maison des Sisters of Service
  • Maison Robert-Brown-et-Duncan-McIntyre
  • Maison-Van-Horne/Shaughnessy

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1874 – 1875 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Villas et maisons bourgeoises (domaine))

Éléments associés

Groupes associés (2)

Personnes associées (13)

Voir la liste

Images

Carte

Description

La maison Shaughnessy est formée de deux résidences bourgeoises jumelées construites en 1874 et 1875. De style Second Empire, cet édifice en pierre de plan rectangulaire présente un soubassement et une élévation de trois étages. Il est coiffé d'un toit mansardé percé de lucarnes. La façade unifiée est divisée verticalement en deux parties, de composition identique mais inversée, correspondant à chacune des unités d'habitation. Chaque partie comprend à son extrémité une avancée dotée d'un oriel couvert d'un toit en pavillon percé de lucarnes. Les porches de chacune des unités, précédés d'un escalier droit donnant accès au rez-de-chaussée, encadrent la façade. La maison Shaughnessy, intégrée au Centre canadien d'architecture, est située sur un vaste terrain paysager, dans un quartier à vocation commerciale et résidentielle de l'arrondissement municipal de Ville-Marie de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La maison Shaughnessy bénéficie d'une aire de protection.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1974-02-06
 
Désignation (Canada) Lieu historique national du Canada Commission des lieux et monuments historiques du Canada 1973-01-01
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1975-03-25

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Montréal), 2017-09-21
    Prise d'effet : 2018-09-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Shaughnessy présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. La demeure, érigée en 1874 et 1875, témoigne de la présence de la grande bourgeoisie dans ce secteur de la ville à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. En effet, c'est à cette époque que se développe, sur un ancien territoire agricole, le Mille carré doré. Il est caractérisé par ses habitations cossues, ses larges rues bordées d'arbres et ses institutions, dont l'Université McGill et le Mount Royal Club. Entre 1850 et 1930, le Mille carré doré compte parmi ses occupants les membres les plus riches et les plus influents de la bourgeoisie canadienne. La maison Shaughnessy est notamment associée au marchand de bois Robert Brown, un important homme d'affaires, ainsi qu'à quatre barons du rail. Il s'agit de Duncan McIntyre (1834-1894), de sir William Cornelius Van Horne (1843-1915), de Thomas George Shaughnessy (lord Shaughnessy, 1853-1923) et de Donald Alexander Smith (lord Strathcona and Mount Royal, 1820-1914), personnages dominants du paysage politique et économique de Montréal et du Canada au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Intégrée entre 1985 et 1989 au complexe muséal du Centre canadien d'architecture, la maison Shaughnessy rappelle donc l'époque de sa construction, dans un environnement urbain profondément transformé.

La maison Shaughnessy présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Conçue d'après les plans de l'architecte William Tutin Thomas (1829-1892), cette résidence bourgeoise s'inspire du style Second Empire. D'origine française, ce style apparaît sous le règne de l'empereur Napoléon III (1808-1873). Il devient populaire notamment avec la construction du Nouveau Louvre, érigé de 1852 à 1857. Introduit d'abord en Angleterre et aux États-Unis, où il connaît une grande vogue, il apparaît ensuite dans l'architecture canadienne à la fin des années 1860. Il est abondamment utilisé pour les édifices publics et institutionnels, mais également dans l'architecture domestique bourgeoise. La résidence est représentative de ce style notamment par son volume en pierre à trois étages, son toit mansardé percé de lucarnes, la composition symétrique de sa façade, ses oriels traités à la manière de tours à demi hors d'oeuvre ainsi que ses ouvertures cintrées et à arc surbaissé. L'ornementation contribue également à la recherche de prestige associé au style Second Empire avec, entre autres, des éléments en pierre de taille dont les encadrements et les chaînes d'angle, de même que la menuiserie des lucarnes et la crête de toit en fonte. Ainsi, l'influence Second Empire confère à la demeure la prestance et la notoriété recherchées par ses occupants. La valeur architecturale de la maison Shaughnessy repose en outre sur l'intérêt de son décor intérieur. Concentré dans les pièces du rez-de-chaussée, l'ancien fumoir et la serre, celui-ci se distingue par son élégance. Destiné aux pièces de réception, le rez-de-chaussée présente un décor abondant, qui comprend des portes d'arche, des corniches de plafond en plâtre, des moulures en bois et des manteaux de cheminée en marbre. Quant à l'ancien fumoir, ses murs et son plafond lambrissés d'acajou sont ornés de chambranles moulurés, de pilastres, de caissons et de consoles ouvragées. Enfin, des portes au vitrage décoratif s'ouvrent sur la serre, où le travail de fer et de fonte est mis en valeur par la transparence du verre. Ainsi, le décor intérieur de la maison Shaughnessy témoigne du statut social des anciens propriétaires.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Shaughnessy liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- la situation sur un vaste terrain paysager, dans un quartier à vocation commerciale et résidentielle de l'arrondissement de Ville-Marie de la ville de Montréal;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de trois étages sur un soubassement et le toit mansardé;
- l'ordonnance et la disposition symétrique des ouvertures cintrées et à arc surbaissé (avec leur encadrement en pierre de taille et surmontées d'une clé de voûte ou d'un amortissement) ainsi que des lucarnes à fenêtres rectangulaires et ovales (à pilastres et consoles supportant une corniche en plein cintre et ornées de menuiserie ornementale);
- les éléments de la façade principale, dont la composition bipartite verticale (identique, mais inversée), la composition tripartite horizontale (dont le soubassement en pierre de taille surmonté d'un bandeau de pierre), les deux avancées dotées d'un oriel traité à la manière de tours à demi hors d'oeuvre (coiffées d'un toit en pavillon), les porches latéraux (en bois menuisé, comportant des ouvertures à arc surbaissé, des piliers à chapiteau orné et une corniche à consoles et à modillons), les chaînes d'angle et la jambe harpées en pierre de taille, la corniche à denticules et la frise décorative en pierre de taille ainsi que la crête de toit en fonte;
- les matériaux, dont la maçonnerie en calcaire gris, la pierre de taille du soubassement et des éléments décoratifs ainsi que les tuiles d'ardoise couvrant le brisis;
- la serre semi-circulaire, incluant la structure en fonte, le vitrage ainsi que le toit conique vitré;
- les éléments menuisés, dont les plinthes, les moulures, les volets, les tableaux à caissons, les portes à panneaux, les colonnes ornées et les chambranles de portes à pilastres supportant un entablement;
- le décor en plâtre, dont les corniches de plafond;
- les manteaux de cheminée en marbre sculpté;
- les escaliers, à main courante et balustres en bois;
- l'ancien fumoir aux murs et au plafond lambrissés d'acajou, incluant des chambranles moulurés, des pilastres, des caissons et des consoles ouvragées;
- la serre, incluant des portes à vitrage décoratif, des baies vitrées et un décor en fonte.

Haut de la page

Informations historiques

Le terrain sur lequel se situe la maison Shaughnessy faisait partie, aux XVIIe et XVIIIe siècles, d'un vaste territoire regroupant plusieurs domaines agricoles, dont celui du fort de la Montagne des Sulpiciens. Dès le milieu du XIXe siècle, ce territoire est loti à des fins résidentielles et forme la partie ouest du Mille carré doré. Caractérisé par ses grandes demeures, ses larges rues ombragées et ses institutions, dont l'Université McGill, ce secteur accueille entre 1850 et 1930 les membres les plus riches et les plus influents de la bourgeoisie canadienne.

En 1873, Duncan McIntyre (1834-1894), homme d'affaires et l'un des principaux actionnaires de la Compagnie du chemin de fer du Canada central, acquiert un terrain rue Dorchester (actuel boulevard René-Lévesque). L'année suivante, il vend la moitié est au marchand de bois Robert Brown. En 1874 et 1875, McIntyre et Brown font bâtir un édifice comprenant deux résidences qui, réunies, forment aujourd'hui la maison Shaughnessy. Les plans sont conçus par l'architecte William Tutin Thomas (1829-1892), qui réalise à la même époque plusieurs bâtiments importants à Montréal, dont l'église anglicane Saint-Georges (1869-1870). C'est le maître charpentier et maître menuisier Edward Maxwell (1805-1876), grand-père de l'architecte du même nom, ainsi que le maître maçon Charles Lamontagne qui sont chargés de la construction.

Sir William Cornelius Van Horne (1843-1915) acquiert la partie est en 1882, alors qu'il vient de prendre la direction générale de la Compagnie du chemin de fer Canadien Pacifique (CP). Il cède sa résidence en 1892 à Thomas George Shaughnessy (lord Shaughnessy, 1853-1923), vice-président du CP, qui en demeure propriétaire jusqu'en 1924. Shaughnessy fait construire une annexe latérale en 1897 d'après les plans de l'architecte Edward Maxwell (1867-1923). En 1907, une bibliothèque est ajoutée au nord de la maison d'après les plans de l'architecte David Jerome Spence (1873-1955). La maison abrite par la suite l'hôpital St. Mary's, puis elle est acquise en 1939 par la communauté anglo-catholique des Sisters of Service.

La partie ouest, quant à elle, est cédée vers 1895 à l'un des fondateurs du CP, Donald Alexander Smith (lord Strathcona and Mount Royal, 1820-1914), qui l'utilise pour loger ses invités tandis qu'il habite la maison voisine. En 1890, il fait ériger un fumoir contre la façade latérale ainsi qu'une serre. En 1901, il relie ses résidences par un passage fermé construit d'après les plans d'Edward et William Sutherland Maxwell (1874-1952). Smith vend sa partie de la maison Shaughnessy en 1927; elle est transformée en résidence pour personnes âgées. En 1941, elle est cédée aux Sisters of Service, qui possèdent déjà la partie est. Les deux habitations sont réunies au cours de la même année par des ouvertures pratiquées dans le mur mitoyen. La maison Shaughnessy est utilisée jusqu'en 1973 comme foyer pour les travailleuses.

L'élargissement de la rue Dorchester au cours des années 1950 et la construction de voies d'accès à l'autoroute Ville-Marie dans la décennie suivante affectent considérablement l'environnement de la maison Shaughnessy, qui se retrouve seule au milieu d'un quadrilatère convoité par des promoteurs immobiliers. Désignée lieu historique national du Canada en 1973, elle est acquise l'année suivante par Phyllis Lambert (née en 1927), qui la sauve d'une démolition certaine.

La maison Shaughnessy est classée en 1974. Elle bénéficie d'une aire de protection depuis 1975.L'édifice devient la propriété du Centre canadien d'architecture (CCA) en 1984. Il est restauré et recyclé entre 1985 et 1989 d'après les plans des architectes Denis Saint-Louis et Marcel Bilodeau. Au cours des travaux, les annexes de la partie est sont démolies. L'ancienne demeure est intégrée à la nouvelle institution muséale du CCA, dont elle abrite les bureaux.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Ville-Marie

Adresse :

  • 1923, boulevard René-Lévesque Ouest
  • 1920, rue Baile

Latitude :

  • 45° 29' 27.3"

Longitude :

  • -73° 34' 42.5"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montréal Cité de Montréal (quartier Saint-Antoine) Absent 1628 p.r. à v. incl.
1630 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BENOÎT, Michèle et Roger GRATTON. Pignon sur rue : les quartiers de Montréal. Montréal, Guérin littérature, 1991. 393 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • LAMBERT, Phyllis. « Maison des Sisters of Service (ou Shaughnessy) ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 118-120.
  • MCARTHUR, Glenn et Annie SZAMOSI. « Thomas, William Tutin ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • MERRETT, Brian et François RÉMILLARD. Demeures bourgeoises de Montréal. Le Mille carré doré. 1850-1930. Montréal, Éditions du Méridien, 1986. 244 p.
  • MORAZAIN, Jeanne. « La maison Shaughnessy ». Continuité. No 41 (1988), p. 34-37.
  • PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Vol. 1. Montréal, Les Éditions La Presse, 1987. 346 p.
  • REFORD, Alexander. « Smith, Donald Alexander, 1er baron Strathcona et Mount Royal ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • REGEHR, Theodore D. « Shaughnessy, Thomas George, 1er baron Shaughnessy ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • REGEHR, Theodore D. « Van Horne, sir William Cornelius ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/fr/ShowBio.asp?BioId=41876&query=van%20AND%20horne
  • SWEENY, Alastair. « McIntyre, Duncan ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • WAGG, Susan. « Centre canadien d'architecture/Canadian Centre for Architecture ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=f1ARTf0009028
  • WAGG, Susan. « Lambert, Phyllis ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • WAGG, Susan. « Rose, Peter Douglas ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013