Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Anse de contenant

Type :

Patrimoine mobilier (Bien archéologique)

Autre(s) nom(s) :

  • Anse torsadée
  • Faïence de Nevers

Date :

  • 1660 – 1700 (Production)
  • 1670 – vers 1686 (Contexte archéologique)
  • 2006 – 2007 (Découverte)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Classification :

  • Bien archéologique > Objets sans classification > Objet sans fonction connue

Éléments associés

Inventaires associés (1)

Images

Description

L'anse de contenant correspond à un récipient lié à divers usages fabriqué entre 1660 et 1700. L'objet en faïence blanche est incomplet, il ne reste qu'une portion de l'anse. L'artéfact mesure 5 cm de longueur et 2 cm de largeur.

Provenance archéologique :

  • CeEt-30 > Opération 59 > Sous-opération B > Lot 8 > Numéro de catalogue 3

Site de provenance :

  • Îlot des Palais

Contexte archéologique :

  • Latrines
  • Palais

Fonctions / usages :

Le contenant peut servir à divers usages, dont le service de boissons non alcoolisées, l'hygiène et la décoration intérieure d'une habitation.

Lieu de production :

  • Europe > France > Nièvre > Nevers

Type de fabrication :

Artisanal

Technique de fabrication :

  • Émaillé
  • Torsadé

Matériaux :

  • Céramique - terre cuite fine (Faïence blanche)

Dimensions :

  • Largeur : 2 centimètre(s)
  • Longueur : 5 centimètre(s)

Intégrité :

Objet incomplet (moins de 25% de l'objet)

Nombre de biens :

1

Nombre de fragments :

1

Numéro de l'objet :

  • CARQ : 12
  • Numéro archéologique : CeEt-30-59B8-3

Discipline :

  • Archéologie historique

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Cette anse de contenant, probablement une aiguière cylindrique, est en faïence blanche. Elle peut être utilisée pour le service de l'eau lors des repas ainsi que pour le lavage des mains à table au début des repas. Le lavage requiert le service de deux domestiques, un versant l'eau sur les mains des convives avec l'aiguière et un autre tenant un bassin pour recueillir l'eau. L'aiguière en balustre peut aussi servir au lavage des mains. Toutefois, l'étroitesse de son col nuit à cette opération. Ce modèle, peu pratique, conviendrait par contre à la décoration intérieure, notamment déposé sur le manteau d'une cheminée.

La forme de l'anse est caractéristique des faïenceries de Nevers, en France, au cours de la deuxième moitié du XVIIe siècle.

Cet artéfact a été mis au jour en 2006-2007. Il a été trouvé à l'arrière du premier palais de l'intendant à Québec. Il provient d'une petite structure en bois appuyée contre la façade arrière de l'édifice, sous la rue Saint-Vallier actuelle. Il n'en restait que des traces de planches en bois posées à plat et clouées, lui donnant des dimensions d'environ 2,70 m sur 2,80 m. Sur ces planches reposait une couche de sol renfermant beaucoup de cendres et de charbon de bois, des fragments de coquilles d'oeufs et des traces de matières fécales : il s'agissait d'une fosse de latrines.

Les artéfacts découverts dans cette fosse de latrines en bois suggèrent qu'ils ont été utilisés par un individu appartenant à la classe aisée, comme un intendant pouvait l'être.

Le premier palais de l'intendant a été aménagé à partir de la brasserie de l'intendant Jean Talon, qui fut en activité de 1669 à 1675. Assis sur de solides fondations en pierre, l'édifice en bois compte probablement deux étages, des combles, un immense germoir dallé au niveau des caves et une touraille en maçonnerie. Une fosse de latrines extérieures est adossée à cette dernière.

L'ancienne brasserie est ensuite agrandie vers l'est, peu avant 1679. L'intendant de Meulles s'y installe en 1684 et procède à certains travaux, avant que le roi Louis XIV n'achète le bâtiment et le terrain en 1686.

Le palais est de nouveau agrandi vers l'est à partir de 1687 et des cages d'escaliers et des latrines extérieures sont ajoutées. La portion ancienne de l'édifice est réservée à l'intendant, à sa famille et à leurs domestiques, qui l'occupent des caves aux combles. La nouvelle partie abrite une chapelle, la salle du Conseil supérieur et des prisons comprenant des cachots voûtés au niveau des caves qui sont terminées en 1691. Un préau est aménagé dans la cour, face aux prisons.

Par la suite, une grande boulangerie est érigée perpendiculairement au palais, face à sa portion centrale. Le palais est détruit lors d'un incendie, en janvier 1713, lequel épargne cependant la boulangerie.

En 1716, les ruines du palais sont récupérées pour l'édification d'un nouvel édifice servant de boulangerie et d'entrepôt pour les marchandises du roi : il s'agit des magasins du roi. Les fondations, les caves ainsi que les anciens cachots du palais y sont intégrés. L'édifice compte aussi des logements pour au moins trois fonctionnaires royaux, soit le geôlier, le garde-magasin et le distributeur. L'ancienne boulangerie est convertie en bureau des magasins. Ces deux bâtiments sont détruits par un incendie en mai 1760, lors de la contre-attaque de l'armée française contre les troupes britanniques installées dans la ville.

Le premier palais a servi de résidence à six des intendants de la Nouvelle-France établis à Québec : Jacques de Meulles (1683-1686), Jean Bochart sieur de Champigny (1686-1702), François Beauharnois (1702-1705), Jacques Raudot (1705-1710) et son fils Antoine-Denis (1705-1709) et Michel Bégon de la Picardière (1710-1724).

Ce contenant aurait donc pu être acquis, utilisé et jeté par les intendants Jacques de Meulles (1683-1686) et Jean Bochart sieur de Champigny (1686-1702).

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Numérisation de la collection archéologique de référence du Québec (2016 - )
    Société du musée d'archéologie et d'histoire de Montréal Pointe-à-Callière


  • L'anse de contenant fait partie de la collection archéologique de référence du Québec parce qu'elle a été trouvée dans une fosse de latrines en bois située à l'arrière du premier palais de l'intendant à Québec. Elle témoigne de l'utilisation de cet objet en faïence par les intendants de la Nouvelle-France établis à Québec entre 1684 et 1686 environ.

    Haut de la page

    Emplacement

    Localisation informelle :

    Réserve archéologique de la Ville de Québec

    Code Borden

    CeEt-30      

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • DE PLAS, Solange. Les faïences de Nevers et du centre de la France du XVIe au XIXe siècle. Paris, Charles Massin, 1977. 83 p.
    • GENÊT, Nicole. La faïence de Place-Royale. Collection Patrimoines, série Dossiers, 45. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1996. 315 p.
    • GUILLEMÉ-BRULON, Dorothée. Histoire de la faïence française : Lyon et Nevers - Sources et rayonnement. Paris, Charles Massin, 1997. 151 p.
    • L'ANGLAIS, Paul-Gaston. Les modes de vie à Québec et à Louisbourg au milieu du XVIIIe siècle à partir de collections archéologiques. Collection Patrimoines, série Dossiers, 86. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1994. s.p.
    • MOUSSETTE, Marcel. Le site du Palais de l'Intendant à Québec : Genèse et structuration d'un lieu urbain. Nouveaux cahiers du CELAT, 10. Québec, Septentrion, 1994. 229 p.
    • ROSEN, Jean. La faïence dans la France du XIVe au XIXe siècle : histoire et technique. Paris, Éditions Errance, 1995. 215 p.
    • SIMONEAU, Daniel. Îlot des Palais : rapport des fouilles archéologiques réalisées par la Ville de Québec, saison 2006 et 2007. Cahier d'archéologie du CÉLAT, 40. Québec, CÉLAT, Ville de Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 2014. 428 p.

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013