Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Fragments de plat

Type :

Patrimoine mobilier (Bien archéologique)

Date :

  • 1722 – vers 1768 (Contexte archéologique)
  • 2007 (Découverte)
  • 1740 – 1760 (Production)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Classification :

  • Bien archéologique > Outils et équipement pour les matériaux > Alimentation : service et consommation des aliments

Éléments associés

Inventaires associés (1)

Images

Description

Les fragments de plat correspondent à un contenant lié à l'alimentation fabriqué entre 1740 et 1760. L'objet en faïence blanche est incomplet, il ne reste qu'une portion du rebord et du marli. Le plus gros des quatre fragments mesure 10,0 cm de longueur, 5,5 cm de largeur et 0,51 cm d'épaisseur.

Provenance archéologique :

  • CeEt-30 > Opération 57 > Sous-opération B > Lot 6 > Numéro de catalogue 2

Site de provenance :

  • Îlot des Palais

Contexte archéologique :

  • Latrines
  • Palais

Fonctions / usages :

Le plat sert à l'alimentation, soit au service d'aliments solides.

Lieu de production :

  • Europe > France > Haute-Garonne > Toulouse

Type de fabrication :

Artisanal

Technique de fabrication :

  • Émaillé
  • Tourné

Matériaux :

  • Céramique - terre cuite fine (Faïence blanche)

Technique de décoration :

  • Peint au pinceau
  • Poncif

Dimensions :

  • épaisseur : 0.51 centimètre(s)
  • largeur : 5.5 centimètre(s)
  • longueur : 10 centimètre(s)

Intégrité :

Objet incomplet constitué de plusieurs fragments recollés ou non (moins de 25% de l'objet)

Nombre de biens :

1

Nombre de fragments :

4

Numéro de l'objet :

  • Numéro archéologique : CeEt-30-57B6-2
  • Numéro précédent : CeEt-30-47C5

Discipline :

  • Archéologie historique

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Ces fragments de plat sont en faïence blanche. Ce plat pouvait faire partie d'un ensemble de service au décor assorti. Le décor est typique de la production de Toulouse, en France, ou des environs.

Le contour ondulé permet de dater ce plat entre 1740 et 1760 environ. Toutefois, il se peut que la forme du plat soit ovale et garnie de pointes, comme il s'en faisait dans le sud de la France. Dans ce cas, sa production pourrait remonter à 1725 environ.

Ce décor semble être disponible dans la colonie à partir de 1725-1730. De plus, la production de faïence à Toulouse cesse au cours de la première décennie du XVIIIe siècle, pour ne reprendre que vers 1725. Ce plat ne peut donc qu'être postérieur à 1725.

Bien que cet artéfact provienne d'un contexte archéologique daté entre 1722 et 1768 environ, il est certain que le plat a été importé dans la colonie avant 1759, soit à l'époque durant laquelle le palais est occupé par un intendant français. Ce plat a pu être acquis et utilisé par les intendants Claude-Thomas Dupuy (1726-1728), Gilles Hocquart (1729-1748) ou François Bigot (1748-1759). Le décor élaboré du plat en fait probablement un plat pour la table des intendants. Un tel plat devait être conservé dans une des salles des caves du palais, où se trouvent aussi la cuisine et l'office.

Cet artéfact a été mis au jour en 2007. Il provient du second palais de l'intendant à Québec, qui a été construit de 1715 à 1719. Quelques assiettes et plats ornés du même décor ont été trouvés dans la fosse des latrines du palais, mais certains d'entre eux présentent des différences dans le rendu de leur décor.

Sur les plans datés de 1715, de 1718 et de 1726, la cuisine et l'office se situent dans la partie ouest du palais, près de la fosse des latrines où sont trouvés ces fragments de plat. En effet, des latrines extérieures, aménagées sur deux étages, sont ajoutées près des flancs extérieurs des avant-corps latéraux ouest et est en 1721 ou 1722. Elles sont munies chacune d'une fosse maçonnée et voûtée et sont reliées au palais par des passerelles fermées.

Incendié en 1725, alors que seuls ses murs, voûtes et cheminées sont conservés, le palais est reconstruit en 1726.

Le second palais sert de résidence à quatre des intendants de la Nouvelle-France établis à Québec : Michel Bégon de la Picardière (1710-1724), Claude-Thomas Dupuy (1726-1728), Gilles Hocquart (1729-1748) et François Bigot (1748-1759).

À la suite de la reddition de la ville de Québec à l'armée britannique en septembre 1759, le second palais sert de quartiers à divers régiments de l'armée. L'armée britannique déserte le palais à l'automne 1775, lors du siège de Québec par les troupes américaines. Celles-ci investissent le palais pour quelque temps, avant d'en être chassées par les bombes tirées sur l'édifice par les artilleurs anglais. Le palais est alors incendié et ne sera jamais reconstruit.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Numérisation de la collection archéologique de référence du Québec (2016 - )
    Société du musée d'archéologie et d'histoire de Montréal Pointe-à-Callière


  • Les fragments de plat font partie de la collection archéologique de référence du Québec parce qu'ils ont été trouvés dans la fosse maçonnée des latrines occidentales du second palais de l'intendant à Québec. Ils témoignent de l'utilisation du plat en faïence par les intendants de la Nouvelle-France établis à Québec au cours du deuxième quart du XVIIIe siècle.

    Haut de la page

    Emplacement

    Localisation informelle :

    Réserve archéologique de la Ville de Québec

    Code Borden

    CeEt-30      

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • BAIN, Allison, dir. et Lorenzo ALBERTON. Les latrines à l'ouest du nouveau palais de l'Intendant revisitées. Site de l'Îlot des Palais, CeEt-30, 2007. Rapport de recherche archéologique [document inédit], Université Laval, 2011. 63 p.
    • GENÊT, Nicole. La faïence de Place-Royale. Collection Patrimoines, série Dossiers, 45. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1996. 315 p.
    • GUILLEMÉ-BRULON, Dorothée. Histoire de la faïence française : Bordeaux & La Rochelle - Sources et rayonnement. Paris, Charles Massin, 1998. 152 p.
    • L'ANGLAIS, Paul-Gaston. « La faïence en Nouvelle-France : le cursus de l'assiette ». CÔTÉ, Hélène, dir. et Christian ROY. Rêves d'Amériques : regard sur l'archéologie de la Nouvelle-France. Archéologiques, Collection Hors-série, 2. Québec, Associations des archéologues du Québec, 2008, p. 169-284.
    • L'ANGLAIS, Paul-Gaston. Les modes de vie à Québec et à Louisbourg au milieu du XVIIIe siècle à partir de collections archéologiques. Collection Patrimoines, série Dossiers, 86. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1994. s.p.
    • L'ANGLAIS, Paul-Gaston. « Volume 1, tome 4 : Regards sur la vie des gouverneurs (1620-1834) ». CLOUTIER, Pierre, dir., Michel BRASSARD, Manon GOYETTE, Jacques GUIMONT et Paul-Gaston L'ANGLAIS. Fouilles archéologiques aux Forts et Châteaux Saint-Louis (1620-1871). Rapport de recherche archéologique [document inédit], Parcs Canada, 2012, s.p.
    • MOUSSETTE, Marcel, dir. et Maggy BERNIER. Caractérisation typologique, microscopique et chimique des faïences du XVIIIe siècle du site Saint-Ignace de Loyola en Guyane française. Cahiers d'archéologie du CÉLAT, 14. Québec, CÉLAT, 2003. 295 p.
    • PARENT, Caroline. L'hygiène personnelle des membres de l'élite administrative française au XVIIIe siècle : étude des objets de l'hygiène contenus dans les latrines ouest du second palais de l'intendant à Québec (CeEt-30) (1719-1759). Québec, Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine/Université Laval, 2011. 66 p.

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013