Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Ébauche de pipe à tuyau amovible de type « micmac »

Type :

Patrimoine mobilier (Bien archéologique)

Autre(s) nom(s) :

  • Ébauche de pipe en pierre

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • vers 1673 – vers 1684 (Contexte archéologique)
  • 1996 (Découverte)
  • après 1675 – avant 1850 (Typologie)

Période :

  • Le Régime français (1534 à 1760)

Thématique :

  • Patrimoine autochtone (Patrimoine amérindien)
  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Classification :

  • Bien archéologique > Objets personnels > Accessoire personnel > Objet pour fumer, priser et chiquer

Éléments associés

Inventaires associés (1)

Description

L'ébauche de pipe à tuyau amovible de type « micmac » est un objet lié à la consommation de narcotiques produit entre le milieu du XVIe siècle et le milieu du XVIIIe siècle. L'objet, probablement en calcaire, a une hauteur de 5,9 cm et une largeur de 2,8 cm. La pipe est presque complète, il manque un fragment du fourneau.

Provenance archéologique :

  • CgEo-1 > Opération 5 > Sous-opération F > Lot 5 > Numéro de catalogue 159

Contexte archéologique :

  • Dépotoir
  • Domestique

Fonctions / usages :

La pipe sert à la consommation de narcotiques tels que le tabac ou d'autres mélanges. Elle joue aussi un rôle dans les rituels politiques et commerciaux, notamment lors de la traite des fourrures. Dans certains cas, l'objet permet à son propriétaire d'afficher son appartenance à un groupe culturel particulier.

Lieu de production :

  • Amérique du Nord > Canada > Québec > Chaudière-Appalaches > Saint-Antoine-de-l'Isle-aux-Grues > île aux Oies

Type de fabrication :

Artisanal

Technique de fabrication :

  • Foré
  • Limé
  • Taillé au couteau

Matériaux :

  • Minéraux et inorganiques - matières premières (Calcaire)

Dimensions :

  • hauteur : 5.8 centimètre(s)
  • largeur : 2.6 centimètre(s)
  • longueur : 2.8 centimètre(s)

Intégrité :

Objet complet (75% et plus de l'objet)

Nombre de biens :

1

Nombre de fragments :

1

Numéro de l'objet :

  • Numéro archéologique : CgEo-1-5F5-159

Discipline :

  • Archéologie historique

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Cette ébauche de pipe à tuyau amovible de type « micmac » daterait du dernier quart du XVIIe siècle. L'objet en pierre, à l'état d'ébauche, a possiblement été rejeté lors du bris du fourneau, en cours de façonnage. La base n'est pas dégrossie et est encore à l'état de bloc. Il s'agit d'un rare exemple de pipe inachevée de type « micmac ».

Les pipes à tuyau amovible de type « micmac », comme celle-ci, sont en usage de la deuxième moitié du XVIIe siècle jusqu'au milieu du XIXe siècle. Ce type devient commun au XVIIIe siècle et sa popularité est à son apogée entre 1740 et 1770.

Une ébauche comme celle-ci permet d'en apprendre un peu plus sur les étapes de fabrication des pipes de pierre à tuyau amovible. Les marques laissées sur la pierre telles les différentes facettes et les stries s'accordent avec les écrits du botaniste Pehr Kalm (1716-1779) mentionnant l'utilisation d'un couteau dans la fabrication des pipes de pierre. En effet, ce dernier a décrit, lors de son passage en Nouvelle-France en 1749, la fabrication de pipes à partir d'une source de pierre près de la chute Montmorency. Selon ses observations, la pierre est d'abord exposée à l'air libre un certain temps afin de la rendre plus tendre et facile à tailler. Elle est ensuite travaillée au couteau.

La pipe sert à la consommation de narcotiques tels que le tabac ou d'autres mélanges. Elle joue aussi un rôle dans les rituels politiques et commerciaux, notamment lors de la traite des fourrures. Dans certains cas, l'objet permet à son propriétaire d'afficher son appartenance à un groupe culturel particulier.

Cet artéfact a été mis au jour sur le site de la Nouvelle Ferme, sur la petite île aux Oies, dans la municipalité de Saint-Antoine-de-l'Isle-aux-Grues. Il provient d'un contexte archéologique associé à un dépotoir domestique daté de 1673 à 1684 environ. Ce dépôt correspond à l'occupation des lieux par la famille de Guillaume Lemieux, locataire de la Nouvelle Ferme qui appartient alors au seigneur Pierre Bécart de Granville (mort en 1708). La présence d'engagés sur les lieux est également possible.

La famille de Guillaume Lemieux est qualifiée d'aisée, mais sans luxe extravagant. Bien que la principale occupation sur le site soit de nature domestique et agricole, la traite des fourrures est tout de même présente comme activité secondaire sur la Côte-du-Sud. Guillaume Lemieux ne semble pas être impliqué directement dans la traite des fourrures, mais des membres de son entourage le sont. Toutefois, le matériel de traite est absent de ce dépôt archéologique.

Il est probable qu'un secteur de l'archipel situé au large de Montmagny, qui comprend l'île aux Oies, ait connu une source de pierre ressemblant à la pierre de la chute Montmorency décrite par Pehr Kalm. L'état d'ébauche de cette pipe tend à confirmer l'hypothèse d'une fabrication locale.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Numérisation de la collection archéologique de référence du Québec (2016 - )
    Société du musée d'archéologie et d'histoire de Montréal Pointe-à-Callière


  • L'ébauche de pipe à tuyau amovible de type « micmac » fait partie de la collection archéologique de référence du Québec parce qu'elle est l'une des rares ébauches de pipe de type « micmac ».

    Haut de la page

    Emplacement

    Region administrative :

    • Capitale-Nationale

    MRC :

    • Québec

    Municipalité :

    • Québec

    Arrondissement municipal :

    • La Cité

    Adresse :

    • 3, rue de la Vieille-Université

    Localisation informelle :

    Laboratoires d'archéologie de l'Université Laval

    Code Borden

    CgEo-1      

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • CÔTÉ, Hélène. L'archéologie de la Nouvelle Ferme et la construction identitaire des Canadiens de la vallée du Saint-Laurent. Archéologiques. Collection Mémoires de recherche, 2. Québec, Association des archéologues du Québec, 2005. 198 p.
    • DAVIAU, Marie-Hélène. La pipe en pierre dans la société canadienne des XVIIe, XVIIIe, et XIXe siècles. Cahiers d'archéologie du CELAT, 26. Québec, CELAT, 2009. 307 p.

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013