Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Mine Normandie

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Gisement Penhale

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Thetford Mines

Date :

  • 1946 – (Découverte)
  • 1955 – 1985 (Production)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Production et extraction de richesses naturelles (Extraction minière: minéraux non métalliques)

Éléments associés

Événements associés (1)

Personnes associées (1)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'ancienne mine Normandie présente un complexe de bâtiments spécialisés assez complet. L'ensemble illustre les différentes étapes du traitement de l'amiante chrysotile. Elle est située à Vimy Ridge, dans la municipalité régionale de comté (MRC) des Appalaches. Le gisement de la mine Normandie fut découvert en 1946. Cependant, la production ne commence seulement que quelques années plus tard, soit en 1955. Le gisement exploité par la mine Normandie se distingue par un système de veines d'amiante parallèles appelé « structure rubanée ». La fibre est semi-rude et de longueur variable, mais comporte surtout des fibres longues et intermédiaires.

Le minerai extrait de l'excavation par camion était d'abord traité au concasseur primaire situé près de celle-ci. Aujourd'hui détruit, il ne subsiste que les fondations de ce bâtiment. Des convoyeurs, maintenant détruits, passaient par dessus le chemin Vimy. Ils acheminaient le minerai concassé à la réserve de pierre mouillée, au séchoir, puis à la réserve de pierre séchée. Cet immense réservoir, à la forme d'un prisme triangulaire, a une capacité de 30 000 tonnes. Le minerai sec était ensuite traité au moulin. Construit en 1954, le moulin de huit étages est d'une capacité de 6 370 tonnes par jour. Derrière celui-ci, se trouve l'entrepôt de sacs d'amiante aménagé le long de la voie ferrée appartenant à la compagnie. La plupart de la production de la mine était acheminée par train ou camion sur rails jusqu'à Saint-Joseph-de-Coleraine pour y être transférée sur d'autres voies ferrées en direction de ses acheteurs. Un chevalement a également été construit au coût de 15 millions de dollars vers 1970 afin d'accéder au gisement Penhale adjacent au puits à ciel ouvert. Le chevalement dispose encore de son bâtiment des treuils. Les deux sont demeurés fonctionnels malgré qu'ils n'aient jamais été utilisés pour l'exploitation du gisement. Enfin, un garage et un atelier sont aussi présents sur le site. La majorité des bâtiments sont recouverts de bardeaux d'amiante-ciment.

L'immense carrière qui mesure 300 mètres de longueur sur 500 mètres de largeur, comprend une dizaine de paliers d'une quinzaine de mètres de haut. Ces paliers témoignent de l'utilisation de la méthode de minage conventionnelle par gradins employée dans les puits à ciel ouvert. Contrairement à plusieurs autres mines de la région qui ont étendu la superficie de leur excavation de manière à pouvoir creuser plus profondément, la mine Normandie a conservé l'inclinaison à 45 degrés de ses parois et a été forcée de cesser l'exploitation de son puits en 1977. La mine ferma définitivement ses portes en novembre 1985.

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Métal, ossature métallique

Saillies :

  • Cheminée

Élévations :

  • Composite (Amiante-ciment, panneau)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Amiante-ciment, panneau

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Reposant sous un épais recouvrement de mort-terrain, le gisement Normandie a été découvert en 1946 à la suite de quelques forages d'exploration. Le développement de la mine commence en 1953 et se poursuit en 1954 avec la construction d'une usine d'une capacité de 6 370 tonnes. La production débute l'année suivante.

Dès 1961, la mine fonctionne 24 heures par jour, six jours par semaine. En moyenne, 21 000 tonnes de roc sont extraites pour 7 000 tonnes de minerai par jour. Les ateliers de séchage et de broyage, d'une capacité de 450 tonnes de minerai à l'heure sont en opération cinq jours par semaine. Le moulin en traite en moyenne 5 000 tonnes par jour. Le tri et le nettoyage des fibres sont ensuite effectués par des tamis ainsi que des trieuses et des aspirateurs.

Un gisement adjacent, dénommé Penhale, est découvert en 1965 à la suite d'indices obtenus par forage au diamant. Celui-ci repose sous un recouvrement de roche stérile de 244 mètres à son point le plus près de la surface. En 1970, un puits d'exploration de près de 500 mètres est creusé. En 1973, les réserves de minerai du gisement étaient estimées à 22 millions de tonnes, mais celui-ci n'a jamais été exploité. Le nom du gisement a été donné en l'honneur d'une famille longtemps associée à l'exploitation minière dans cette région. Matthew Penhale fut un des pionniers des mines de Black Lake. En 1889, son fils John, alors âgé de 23 ans, devient directeur de la mine Fréchette-Douville à Black Lake. John sera également ingénieur et assistant-gérant de l'Asbestos Corporation ltd., et son fils Alfred Loyd Penhale lui a succédé comme président de la même compagnie.

En 1974, environ 2 400 tonnes de pierre stérile sont encore triées et séparées du minerai à la main à chaque jour. La production journalière du moulin passe à 7 500 tonnes de pierre par jour. La fibre nettoyée et classifiée est ensuite envoyée dans des réservoirs situés au-dessus des machines à ensacher. Puis, tous les sacs de fibre sont empilés et chargés sur les trains qui empruntent la voie ferrée de la compagnie vers Saint-Joseph-de-Coleraine d'où ils sont acheminés vers plus de 70 pays.

La mine emploie 400 personnes en 1974 dont seulement 36 sont des employés salariés réguliers. Les postes sont répartis dans les différentes divisions, c'est à dire le minage, le concassage et le séchage, le moulin, le bureau ainsi que la maintenance. Ce dernier département est divisé en deux groupes : l'équipement du complexe et l'équipement mobile. Le premier comprend les ateliers de ferblantiers et de menuisiers et s'occupe de tout l'équipement à partir du concasseur jusqu'au dépôt de sable. La section de l'équipement mobile a à sa disposition un atelier d'ajustage mécanique (« machine shop ») et un garage bien équipés pour remettre en marche le plus rapidement possible les camions, foreuses et pelles électriques endommagés. Les deux divisions sont complétées par un magasin approprié possédant un inventaire de pièces de rechange pour une période variant de 3 à 6 mois.

La mine a été exploitée entre 1955 et 1985. Chaque année, un total de 3 230 000 tonnes étaient extraites du puits et la production annuelle de la mine Normandie était de l'ordre de 100 000 tonnes d'amiante. La méthode de minage par gradins a limité l'expansion latérale de l'excavation et provoqué l'épuisement du puits en 1977. Son moulin a alors été alimenté par le minerai provenant de la mine King-Beaver qui lui parvenait par un tunnel construit sous la route 112. La fermeture définitive de la mine, sept ans plus tard, a été précipitée par la rationalisation des opérations minières rendue nécessaire par la crise économique et l'amplification du dénigrement de l'amiante. Ainsi, les mines Nationale, King-Beaver et Normandie, devenues moins rentables, sont fermées par la Société Asbestos ltée. afin de laisser la possibilité aux autres de fonctionner à pleine capacité.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Les Appalaches

Municipalité :

  • Thetford Mines

Adresse :

  • chemin de Vimy

Latitude :

  • 46° 1' 33.84"

Longitude :

  • -71° 24' 55.54"

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013