Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Mine Kitchener

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Mine Berlin
  • Mine Rumple

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Thetford Mines

Date :

  • 1908 (Découverte)
  • 1908 – 1913 (Production)
  • 1933 – vers 1985 (Production)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Production et extraction de richesses naturelles (Extraction minière: minéraux non métalliques)

Éléments associés

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

L'ancienne mine Kitchener, aussi connue sous le nom de mine Rumpel ou Berlin, est située dans la municipalité de Thetford Mines, plus précisément à Rumpelville. Son gisement a été découvert dans les années 1900, à la suite de travaux de prospection. La mine a été exploitée pour l'amiante, mais aussi pour la stéatite, de manière intermittente et par différentes compagnies.

La mine est fermée depuis la fin des années 1980 et il ne reste plus aucun bâtiment sur le site. Le seul vestige d'une exploitation minière est une excavation mesurant 125 mètres de long sur 40 mètres de large et plus de 30 mètres de profond. Aujourd'hui, cette excavation est remplie d'eau. Toutefois, il est intéressant de voir les gradins marquant l'emplacement où des blocs de pierre ont été taillés. À cet endroit, la roche à grain fin, est très fissile en surface et de plus en plus massive en profondeur, ce qui en fait une pierre très facile à scier ainsi qu'une excellente pierre pour la sculpture. En fait, la stéatite était simplement découpée en gros blocs à l'aide de marteaux perforateurs pneumatiques. Les blocs étaient ensuite détachés à l'aide de barres puis, hissés et chargés sur des camions à l'aide d'un derrick. Les blocs extraits de la mine étaient ainsi transportés et sciés aux ateliers de la compagnie situés à la mine Cyr-Broughton, à environ de 8 km. Le découpage s'y faisait au moyen de scies circulaires électriques conventionnelles à larges dents. Cependant, à la mine Kitchener, le plan de détachement des blocs est incliné à 45 degrés, ce qui, combiné à l'étroitesse et à l'irrégularité du dépôt, a rendu l'exploitation assez difficile. La stéatite et la roche à talc-carbonates, excellentes pour la taille, ont servi à produire des blocs pour la sculpture, des blocs réfractaires vendus en plaques pour le revêtement de four, des crayons pour marquer le verre et l'acier et de la pierre de taille. Sur le site se trouve aussi une halde de résidus miniers située au sud-est de l'excavation.

Cette mine fait partie du feuillet de Pennington, phénomène géologique qui se caractérise par une longue bande de péridotite altérée en serpentinite et talc d'environ 300 mètres d'épaisseur qui s'étend du sud-ouest au nord-est, sur environ 32 km entre Thetford Mines et Tring Jonction. Le feuillet de Pennington est responsable de la présence de talc, d'amiante et de cuivre dans la région. Il doit son nom à David Henry Pennington, ancien propriétaire de la Pennington Asbestos Company et président de la Robertson Asbestos Mining Company.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

La mine Kitchener, dont le gisement est découvert en 1908, est d'abord exploitée pour l'amiante par la compagnie Berlin Asbestos. De ce fait, on lui connaît aussi les noms de mine Berlin ou de mine Rumpel, du nom du gérant général de la Berlin Asbestos Company, George Rumpel. On doit aussi à George Rumpel, le nom de la petite agglomération de Rumpelville située dans la municipalité de Thetford Mines. En 1910, un moulin de quatre cyclones, pouvant traiter 500 tonnes de minerai en 10 heures, est construit sur le site. Entre 1908 et 1912, 100 334 tonnes de minerai sont extraites du puits à ciel ouvert. Cependant, en 1913, la compagnie cesse ses opérations en raison du manque de capitaux et de la faible quantité de minerai exploitable dans le gisement. Quelques années plus tard, la compagnie Berlin Asbestos devient la propriété de la Consolidated Asbestos Company. Cette dernière remodèle l'atelier en 1919-1920, mais ne le remet pas en fonction. Vers 1925, elle est à son tour achetée par l'Asbestos Corporation. Ce changement de propriétaire marque aussi l'adoption du nom de mine Kitchener.

Par la suite, de 1933 à 1948, le gisement est exploité pour la stéatite, par Charles Fortin et A. Bisson, sur la base de royautés qu'ils payent à l'Asbestos Corporation. Le 3 mars 1948, la Broughton Soapstone and Quarry Company Limited (Talc B.S.Q inc.) acquière de la compagnie Kitchener Asbestos, les droits de surface de la mine. Le 10 juin 1948, elle achète la carrière, la machinerie et les établissements de Charles Fortin pour une somme de 5 500 $. Cependant, en 1947, le sous-sol avait été jalonné par Robert Grand Ward qui désirait exploiter l'amiante. De ce fait, lors de son achat, la compagnie B.S.Q. est surprise d'apprendre que les droits de mine appartiennent à Ward. Il s'ensuit donc, une dispute juridique entre Ward qui désire exploiter l'amiante et B.S.Q. qui y exploite le talc. Cette dernière refuse le droit à Ward d'extraire de l'amiante. Le conflit se règle par un transfert des lots à B.S.Q., en échange d'une autre propriété pour Ward. À la suite de ce conflit juridique, la compagnie Talc B.S.Q. inc. exploite la mine Kitchener, jusqu'en 1985, date à laquelle l'entreprise Luzenac inc. acquière la propriété. Quelque temps après la mine est fermée.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Les Appalaches

Municipalité :

  • Thetford Mines

Adresse :

  • boulevard Frontenac Est

Latitude :

  • 46° 10' 37.72"

Longitude :

  • -71° 10' 18.08"

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013