Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Mine Stewart

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Thetford Mines

Date :

  • 1903 (Ouverture)
  • 1903 (Production)
  • vers 1918 – 1919 (Production)
  • 1942 – 1943 (Production)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Production et extraction de richesses naturelles (Extraction minière: minéraux métalliques)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

L'ancienne mine Stewart est située dans la municipalité de Saint-Joseph-de-Coleraine. La mine porte le nom de son propriétaire, Robert Stewart, qui a acquis le gisement de chromite en 1903. Cette mine a été exploitée de manière intermittente et par différentes compagnies jusqu'en 1945. Ses principales périodes d'exploitation correspondent à la fin du 19e siècle et aux deux guerres mondiales. Il ne reste plus aucun bâtiment sur les lieux, mais on retrouve plusieurs excavations dont la plus grande mesure 24 mètres de longueur sur 6 mètres de largeur. La chromite se présente sous forme disséminée rubanée ou massive, dans la dunite serpentinisée et le gisement de chromite est de type stratiforme. La chromite se présente donc dans des horizons superposés (ou couches). Le minerai est moins concentré, mais son tonnage est élevé puisqu'un horizon peut être suivi facilement sur plusieurs mètres.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Les droits de la mine sur la partie sud-ouest du lot sur lequel se trouve la mine Hall ont été acquis par Joseph Lemelin en 1901. À cette époque, il ne s'y est fait aucun travail étendu. La mine Stewart est ensuite acquise en 1903 par Robert Stewart. Après une exploitation de faible envergure, la mine ferme en raison des conditions de production difficiles. L'enrichissement du minerai de chrome du Québec, nécessaire à sa commercialisation, augmente le prix de revient, et le rend difficilement concurrentiel. Le principal acheteur, les États-Unis, préfère donc se tourner vers les pays d'outre-Atlantique qui produisent un minerai plus riche et plus facilement maniable. Plusieurs exploitations sont donc fermées à cette époque.

Toutefois, la Première Guerre mondiale rend, en 1915, plus difficile l'approvisionnement en chrome d'outre-Atlantique nécessaire à la fabrication d'armement. Dans ce contexte, le chrome est utilisé en alliage avec le fer, on parle alors de fer chromé. On assiste alors à la « fièvre chromique » qui favorise la découverte de nouvelles mines et la reprise de l'exploitation de petites mines, telles que la mine Stewart. Celle-ci tarde toutefois à se remettre en activité. Elle n'est acquise qu'en 1918 par la compagnie Victory Chrome Mines, une entreprise dont le professeur Aurélien Boyer de Montréal est copropriétaire. Près de soixante-dix tonnes de minerai sont extraites. L'exploitation ne dure qu'un an, car avec la fin de la guerre, les producteurs font face à nouveau à une diminution de la demande, à une baisse des prix et à la concurrence des exploitations d'outre-mer. De ce fait, presque toutes les mines cessent leurs opérations, dont la mine Stewart.

À l'été 1931, E.T. Gray fait la découverte d'un petit affleurement de chromite compacte, grossièrement grenue. La superficie de minerai mis au jour par ses travaux d'exploration mesure deux pieds sur quatre. En 1932, quelques tonnes ont été extraites.

Ensuite, durant la Seconde Guerre mondiale on assiste aux mêmes conditions que durant la guerre de 1914-1918. Vers 1942, W. Grégoire reprend l'exploitation de la mine Stewart. En deux ans, il extrait, à partir de deux excavations, environ vingt-cinq tonnes de minerai contentant en moyenne 40 % de chrome. Puis, encore une fois, lorsque la guerre commence à tirer à sa fin, presque toutes les mines cessent leurs opérations. La mine Stewart est fermée en 1943.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Les Appalaches

Municipalité :

  • Thetford Mines

Adresse :

  • chemin de Vimy

Latitude :

  • 46° 2' 44.97"

Longitude :

  • -71° 16' 52.62"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • GAUDARD, Serge. Voyage au coeur des Appalaches : guide des curiosités minérales de la MRC de l'Amiante. Thetford Mines, Musée minéralogique et minier de Thetford Mines, 1993. 178 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013