Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Colisée de Trois-Rivières

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Trois-Rivières

Date :

  • 1938 (Construction)

Usage :

  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Stades et autres installations pour le sport)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Inventaires associés (1)

Images

Description

Le Colisée de Trois-Rivières est un édifice public à vocation sportive et récréative construit en 1938. Le vaste bâtiment en béton recouvert de crépi s'inspire du courant de l'architecture moderne américaine dit streamline. Il présente un plan rectangulaire et un volume articulé en escalier sur trois étages. La section supérieure de l'édifice est coiffée d'un toit à deux versants droits, tandis que les deux étages inférieurs sont coiffés d'un toit plat. La façade comporte un parapet strié de bandeaux horizontaux, auquel est superposé un deuxième parapet vertical. L'entrée principale, constituée de trois portails vitrés, est protégée par un large porche. Des fenêtres rectangulaires tripartites marquent la façade, alors que les murs latéraux sont aveugles. Une souche de cheminée s'élève à l'extrémité droite du toit en façade, au sommet de l'édifice. Les volumes du Colisée sont définis par une corniche et des bandeaux en béton. Ce bâtiment est relié par des passages couverts aux édifices voisins, également dédiés aux manifestations sportives. Il est situé sur le Terrain de l'Exposition, au coeur d'un complexe voué au sport et aux divertissements, au nord-ouest du centre-ville de Trois-Rivières.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Le Colisée de Trois-Rivières est construit en période de crise économique, dans le cadre d'un projet de réaménagement du Terrain de l'Exposition. Sa construction est planifiée dès 1931, alors que la Ville de Trois-Rivières signe une convention en vertu de la Loi de l'aide aux chômeurs. En effet, des programmes gouvernementaux sont mis en place durant la Grande Crise pour doter les municipalités d'infrastructures nécessitant l'embauche d'une abondante main-d'oeuvre alors sans travail. La construction du Colisée et de la plupart des autres bâtiments du site s'inscrivent dans ces mesures. Ces projets ne sont toutefois véritablement réalisés qu'en 1938.

À peine construits, le Colisée et les autres bâtiments du Terrain de l'Exposition sont cédés à l'armée et le site est utilisé comme camp militaire pendant toute la durée de la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945). Le Colisée sert alors de salle d'exercice et abrite également des bureaux administratifs.

À partir de 1946, l'édifice redevient une propriété municipale. Durant quelques années, il sert principalement de roulathèque, c'est-à-dire une piste intérieure de patinage à roulettes. Le Colisée présente aussi des expositions avicoles, des combats de boxe et des concours de « culture physique » au cours desquels est décerné le titre de « Monsieur Trois-Rivières ».

En 1951, un système de réfrigération nécessaire à la glace artificielle est installé, permettant à l'édifice de devenir l'aréna principal de la ville. Cette même année, le Colisée est officiellement inauguré par le premier ministre du Québec et député de Trois-Rivières, Maurice L. Duplessis (1890-1959). À cette occasion, un match de hockey est disputé entre les Reds de Trois-Rivières et le Canadien de Montréal. Duplessis utilise également l'édifice comme amphithéâtre pour le lancement de sa campagne électorale en juin 1952.

Depuis, le Colisée accueille une multitude d'événements, d'assemblées et de manifestations sportives et populaires, tels que des matchs de lutte et de hockey. Les équipes de hockey régionales s'y entraînent d'ailleurs. En 1979, un autre aréna est construit à l'arrière du Colisée, lequel n'abrite donc plus la seule patinoire du Terrain de l'Exposition.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Inventaire du patrimoine bâti de Trois-Rivières (2009 - 2010)
    Ville de Trois-Rivières


  • La valeur patrimoniale du Colisée de Trois-Rivières repose notamment sur son intérêt historique. Construit à une époque de crise économique et de guerre, le bâtiment a connu une histoire mouvementée avant de devenir l'un des principaux lieux de rassemblement populaire de la ville. Sa construction est planifiée dès 1931, alors que la Ville de Trois-Rivières signe une convention en vertu de la Loi de l'aide aux chômeurs. En effet, des programmes gouvernementaux sont mis en place durant la Grande Crise pour doter les municipalités d'infrastructures nécessitant l'embauche d'une abondante main-d'oeuvre alors sans travail. La construction du Colisée et, dans un contexte plus large, le réaménagement du Terrain de l'Exposition s'inscrivent dans ces mesures. Ces travaux ne sont toutefois véritablement réalisés qu'en 1938. À peine construits, le Colisée et les autres bâtiments du Terrain de l'Exposition sont cédés à l'armée et le site est utilisé comme camp militaire pendant toute la durée de la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945). À partir de 1946, le Colisée redevient une propriété municipale. Durant quelques années, il sert principalement de roulathèque, c'est-à-dire une piste intérieure de patinage à roulettes. En 1951, un système de réfrigération nécessaire à la glace artificielle est installé, permettant à l'édifice de devenir l'aréna principal de Trois-Rivières. Depuis, le Colisée accueille une multitude d'événements, d'assemblées, d'expositions et de manifestations sportives. Les équipes de hockey régionales s'y entraînent également.

    La valeur patrimoniale du Colisée de Trois-Rivières réside aussi dans son intérêt architectural. Le bâtiment s'inspire du courant de l'architecture moderne américaine dit streamline ou streamline moderne. Ce dernier se répand en Amérique du Nord dès la fin des années 1920. Il est influencé par les formes du design industriel, ainsi que par la vitesse et le mouvement des nouveaux moyens de transport comme les paquebots transatlantiques. Il est notamment caractérisé par des lignes continues, des ouvertures horizontales, des surfaces lisses et claires et des toitures plates soulignées d'une mince corniche. Le Colisée est représentatif de ce style par ses bandeaux horizontaux et ses corniches qui marquent les façades et définissent les volumes, par son toit en partie plat, et par ses murs en béton recouverts de crépi blanc. Il conserve sensiblement la même apparence qu'à l'époque de sa construction. En 1963, l'architecte Jean-Louis Caron (1913-1983) apporte quelques légères modifications à l'édifice, comme l'ajout d'un large porche. Associés à la nouveauté et aux développements de la technologie moderne, les centres sportifs et les arénas érigés au Québec vers le milieu du XXe siècle partagent souvent un style architectural semblable, hérité du Mouvement moderne. À titre d'exemple, le Colisée de Québec conçu par Robert Blatter (1899-1998), Fernand Caron (1905-1963) et Pierre Rinfret (1908-1967) en 1949-1950 possède, à l'époque de sa construction, plusieurs ressemblances stylistiques avec le Colisée de Trois-Rivières.

    La valeur patrimoniale du Colisée de Trois-Rivières tient en outre à l'intérêt de son implantation. L'édifice fait partie d'un complexe voué aux manifestations sportives, aux expositions agricoles et aux rassemblements populaires. Il est entouré de bâtiments construits à cette fin, dont l'aréna Claude-Mongrain du Pavillon de la Jeunesse et le Stade Fernand-Bédard. Il est d'ailleurs relié à ses voisins par des passages couverts. Situé sur le Terrain de l'Exposition, le Colisée est associé au vaste projet de réaménagement de ce site à la fin des années 1930.
    Source : Municipalité de Trois-Rivières, 2010.

    Haut de la page

    Emplacement

    Region administrative :

    • Mauricie

    MRC :

    • Trois-Rivières

    Municipalité :

    • Trois-Rivières

    Adresse :

    • 1740, avenue Gilles-Villeneuve

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • Patrimoine trifluvien. No 2 (1992).
    • Patrimoine trifluvien. No 9 (1999).

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013