Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Desbarats, George-Paschal

Type :

Personne (Homme)

Date :

  • 1808‑08‑11 – 1864‑11‑12

Occupation :

  • Imprimeur
  • Personnalité d'affaires
  • Propriétaire foncier
  • Éditeur

Éléments associés

Patrimoine mobilier associé (1)

Groupes associés (1)

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 11 août 1808 à Québec, George-Paschal Desbarats est le fils de Pierre-Édouard Desbarats, greffier adjoint de l'Assemblée législative du Bas-Canada et imprimeur, et de Marie-Josephte Voyer.

Desbarats fréquente l'école du maître presbytérien Daniel Wilkie, puis est apprenti chez le commerçant James George et chez un marchand de bois de la basse ville de Québec.

Dès 1826, alors que son père est malade, Desbarats gère l'entreprise familiale jusqu'au décès de ce dernier, survenu deux ans plus tard. Il prend alors définitivement la relève de l'imprimerie et poursuit l'association que son père a contractée avec Thomas Cary fils. De 1831 à 1841, les deux hommes impriment plusieurs documents gouvernementaux, dont les Journaux du Conseil législatif de la Province du Bas-Canada. Selon sa notice nécrologique, Desbarats aurait également été copropriétaire du journal The Quebec Mercury de 1828 à 1848.

En 1841, Desbarats s'associe à Stewart Derbishire. Ensemble, ils deviennent imprimeurs de la reine, ce qui leur confère l'exclusivité de l'impression et de la distribution des documents, des lois et des journaux officiels du gouvernement du Canada-Uni. Desbarats suit le siège du gouvernement et s'installe successivement à Kingston, à Montréal, à Toronto et à Québec. Il conserve sa fonction d'imprimeur de la reine jusqu'à sa mort.

Établi à Québec au début des années 1860, l'atelier de Desbarats est l'un des plus actifs de la ville. L'imprimeur publie plusieurs ouvrages avec Derbishire et travaille ensuite avec son fils George-Édouard. On leur doit, entre autres, la publication des oeuvres d'Aubert de Gaspé et d'Ernest Gagnon, ainsi que l'édition du recueil littéraire et historique, Le Foyer canadien.

Parallèlement à son travail d'imprimeur et d'éditeur, Desbarats s'engage dans le milieu industriel et financier. En 1847, il se porte acquéreur, avec Derbishire, de l'une des premières verreries de la province, l'Ottawa Glass Works, qui est située près de Vaudreuil. Il investit dans la construction du chemin à lisses du Saint-Laurent et de l'Atlantique, préside la Compagnie des mines du Saint-Laurent et possède des terrains miniers au nord du lac Huron, dans le Haut-Canada. À Montréal, sur des terrains achetés aux Sulpiciens, il fait construire un domaine appelé Rose-Pré.

Il est décédé à Montréal le 12 novembre 1864.

Il avait épousé Henriette Dionne, fille d'Amable Dionne; Charlotte Selby, fille du docteur William Selby; et Jessie-Louise Pothier, fille de Toussaint Pothier, conseiller législatif.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • DESBARATS, Aileen. « Desbarats, George-Paschal ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • GALARNEAU, Claude. « Desbarats, famille ». FOUCHÉ, Pascal, Daniel PÉCHOIN et Philippe SCHUWER. Dictionnaire encyclopédique du livre. Vol: A-D. Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2002, p. 756-757.
  • GALARNEAU, Claude. « Les Desbarats: une dynastie d'imprimeurs-éditeurs (1794-1893) ». Les Cahiers des Dix. No 46 (1991), p. 126-149.
  • LEMIRE, Maurice. La vie littéraire au Québec, Un peuple sans histoire ni littérature, 1840-1869. Vol. 3. Sainte-Foy, Les presses de l'Université Laval, 1996. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013