Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Centre culturel et du patrimoine Uplands

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Sherbrooke

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Personnes associées (5)

Description

Le Centre culturel et du patrimoine Uplands est un ensemble composé d'une résidence érigée en 1862 et d'une écurie construite dans la seconde moitié du XIXe siècle. La demeure en brique présente un plan rectangulaire à deux étages et est coiffée d'un toit à croupes. Une annexe rectangulaire à deux étages s'élève à l'arrière du corps principal. Une galerie couverte longe la façade de ce dernier. L'écurie en bois présente un plan rectangulaire et s'élève sur deux niveaux. Elle est surmontée d'un toit à deux versants droits dont l'un est interrompu par une lucarne-pignon centrale. La désignation inclut le terrain paysager planté d'arbres matures. L'ensemble est situé dans un quartier résidentiel et institutionnel, au coeur de l'arrondissement de Lennoxville de la ville de Sherbrooke.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Sherbrooke) 2010-10-04
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le Centre culturel et du patrimoine Uplands présente un intérêt pour sa valeur historique. Le site rappelle l'ancienne vocation agricole de ce secteur de Lennoxville. Le domaine est établi par John Barney Paddon (1814-1889). Cet homme, né dans le comté d'Hampshire en Angleterre, immigre au Canada en 1836. Il s'établit d'abord à Compton, dans les Cantons-de-l'Est. Il acquiert ensuite des terres à Lennoxville. En 1862, il y fait ériger la résidence en brique, et s'y installe avec sa seconde épouse, Mary Emma Kellam (1823-1885), et ses enfants. La propriété, surnommée « Uplands », devient rapidement une ferme productive, et compte aussi une demeure pour le fermier en résidence et plusieurs dépendances agricoles. La fille de Paddon, Julia Agnes (1851-1918), hérite d'Uplands où elle s'installe avec son époux, Archibald Campbell Scarth (1833-1904). En 1895 et en 1897, des incendies ravagent la propriété et font disparaître certaines dépendances. Après le décès de Julia Agnes, ses fils mettent la propriété en vente. Elle est acquise en 1919 par Arthur Theodore Speid (1882-1974), un ami de la famille Paddon-Scarth, échevin puis maire de la localité. L'homme fait déménager l'annexe en bois de la résidence principale de l'autre côté de la voie publique et la remplace par une annexe en brique. Les membres de la famille Speid habitent la demeure jusqu'en 1987, année où la Ville de Lennoxville et la Société d'histoire et de musée de Lennoxville-Ascot acquièrent conjointement la propriété. Le site, aménagé sur un terrain partiellement boisé et comptant toujours la résidence principale et l'ancienne écurie, témoigne de la vocation agricole de ce secteur au XIXe siècle. Par ailleurs, l'ensemble, utilisé dorénavant à des fins culturelles, est situé à proximité de bâtiments résidentiels, d'une école et d'un parc municipal. La vocation et la localisation du Centre culturel et du patrimoine Uplands rappellent donc aussi la transformation du secteur en quartier résidentiel et institutionnel au cours du XXe siècle.

Le Centre culturel et du patrimoine Uplands présente aussi un intérêt pour sa valeur architecturale. Les bâtiments du site rappellent les formes architecturales en vogue au cours du XIXe siècle. La résidence présente de nombreux éléments rappelant l'architecture britannique de l'époque georgienne, qu'a connue Paddon avant d'immigrer au Canada. Le plan rectangulaire simple, le toit à croupes, les murs en brique rouge, les fenêtres rectangulaires à guillotine et à grands carreaux flanquées de contrevents et disposées symétriquement, le portail composé d'une porte à panneaux encadrée de baies latérales et d'une imposte vitrée, ainsi que l'ornementation d'inspiration classique, dont la corniche à consoles, rattachent la résidence à ce type architectural. Certaines caractéristiques de la demeure rappellent aussi l'influence du courant pittoresque. Ce courant esthétique favorise un rapport plus intime entre l'architecture et la nature. La galerie couverte longeant la façade et les portes-fenêtres créant un lien entre l'édifice et son environnement constituent une application des théories pittoresques. Pour sa part, l'ancienne écurie présente plusieurs éléments répandus dans l'architecture agricole du XIXe siècle, dont le plan rectangulaire simple, le toit à deux versants droits, le parement en planches à clins, les larges ouvertures dotées de portes pleines à double vantail et le lanterneau de ventilation. Elle se distingue cependant par ses grandes dimensions et la présence d'une lucarne-pignon. Les deux bâtiments constituent donc des exemples représentatifs de l'architecture domestique et agricole de la seconde moitié du XIXe siècle.

Source : Ville de Sherbrooke, 2011.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du Centre culturel et du patrimoine Uplands liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- la présence d'une résidence et d'une écurie;
- l'implantation sur un vaste terrain paysager planté d'arbres matures, dans un quartier résidentiel et institutionnel, au coeur de l'arrondissement de Lennoxville;
- les éléments caractéristiques de la résidence, notamment son volume, dont le plan rectangulaire du corps principal, l'élévation de deux étages, le toit à croupes, la galerie couverte longeant la façade et la baie en saillie latérale de plan rectangulaire, les matériaux, dont le parement en brique rouge ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les ouvertures, dont le portail principal composé d'une porte à panneaux encadrée de baies latérales et d'une imposte vitrée, les portes-fenêtres à carreaux et à meneaux, ainsi que les fenêtres rectangulaires à guillotine et à grands carreaux (la plupart encadrées de contrevents), l'ornementation, dont la corniche à consoles, ainsi que les supports, les garde-corps et les aisseliers menuisés, l'annexe arrière en brique, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit à croupe, la galerie couverte, les tambours, les portes en bois à panneaux et à carreaux, les fenêtres rectangulaires ou carrées à grands carreaux, les fenêtres rectangulaires groupées, les lucarnes à croupe et la corniche à consoles, ainsi que les souches de cheminées en brique;
- les caractéristiques de l'écurie, notamment son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit à deux versants droits, la lucarne-pignon centrale et le lanterneau de ventilation central surmonté d'une girouette, les matériaux, dont le parement en planches à clins, la couverture en tôle ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les ouvertures, dont les larges portes pleines à double vantail, la porte à panneaux, les fenêtres rectangulaires ou carrées (certaines à guillotine et à grands carreaux) ainsi que l'ouverture carrée fermée par une porte pleine, au deuxième niveau, l'ornementation sobre, constituée essentiellement des chambranles, des planches cornières et des planches de rive, ainsi que la souche de cheminée en brique.

Haut de la page

Informations historiques

Le Centre culturel et du patrimoine Uplands est une ancienne propriété agricole établie à Lennoxville au milieu du XIXe siècle. John Barney Paddon (1814-1889), né dans le comté d'Hampshire en Angleterre, immigre au Canada en 1836. Il s'installe d'abord à Compton, dans les Cantons-de-l'Est. Après le décès de sa première épouse, il acquiert des terres à Lennoxville. En 1862, il y fait ériger une résidence en brique, et s'y établit avec sa seconde épouse, Mary Emma Kellam (1823-1885), et ses enfants. La propriété, surnommée « Uplands », devient rapidement une ferme productive, et compte aussi une demeure pour le fermier en résidence et plusieurs dépendances agricoles, dont l'écurie, toujours présente sur le site.

En 1889, la fille de Paddon, Julia Agnes (1851-1918), hérite d'Uplands, où elle s'installe avec son époux, Archibald Campbell Scarth (1833-1904), pasteur de l'église anglicane Saint-George, à Lennoxville. En 1895 et en 1897, des incendies ravagent la propriété et détruisent certaines dépendances.

Après le décès de Julia Agnes, ses fils mettent la propriété en vente. Elle est acquise en 1919 par Arthur Theodore Speid (1882-1974), un ami de la famille Paddon-Scarth. Speid, photographe, échevin puis maire de la localité pour deux mandats, était aussi connu dans la région par sa forte présence dans le milieu théâtral. Le nouveau propriétaire fait déménager l'annexe en bois de la résidence principale de l'autre côté de la voie publique et la remplace par l'annexe en brique toujours existante. Une partie du terrain et l'ancienne maison du fermier qui s'y trouve sont détachées de la propriété et vendus.

Les membres de la famille Speid habitent la demeure jusqu'en 1987, année où la Ville de Lennoxville et la Société d'histoire et de musée de Lennoxville-Ascot (SHMLA) acquièrent conjointement la propriété. Des bénévoles participent alors à la restauration de la résidence, ouverte au public à partir de 1988. En 1990, la SHMLA commence à présenter des expositions ainsi qu'à offrir des ateliers et des thés à l'anglaise. L'ancienne écurie, alors nouvellement restaurée, accroît la superficie disponible pour les activités tenues sur le site.

La Ville de Lennoxville achète la part de la SHMLA en 2000. Un nouvel organisme est créé, le Centre culturel et du patrimoine Uplands, qui gère la propriété et les activités qui y sont tenues. La SHMLA continue d'occuper une partie des locaux, notamment pour ranger et exposer une partie de sa collection.

Le Centre culturel et du patrimoine Uplands est constitué site du patrimoine en 2010. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Sherbrooke

Municipalité :

  • Sherbrooke

Arrondissement municipal :

  • Lennoxville

Adresse :

  • 9, rue Speid

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 446 244
  • Lot 2 446 303

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LAPERRIÈRE, Hélène, dir. Promenades estriennes. Montréal, Éditions de l'Homme, 2005. 381 p.
  • s.a. Trois maisons historiques : architecture, culture, patrimoine des Cantons de l'Est = Three historical houses : architecture, culture, heritage of the Townships. Coaticook, s.n., 2000. 12 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013