Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancien édifice du marché et de la caserne de pompiers

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Musée du Haut-Richelieu

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Saint-Jean-sur-Richelieu

Date :

  • 1858 – (Construction)
  • 1876 – (Construction)

Usage :

  • Fonction commerciale (Halles et place du marché)
  • Services et institutions (Casernes de pompiers)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Voir la liste

Images

Carte

Description

L'ancien édifice du marché et de la caserne de pompiers est composé d'un bâtiment commercial construit en 1858 et d'un bâtiment municipal érigé en 1876 qui lui est adossé. L'ensemble en brique présente un plan rectangulaire. L'ancien édifice du marché, d'une élévation de deux étages, est coiffé d'un toit à deux versants droits interrompus par deux pignons centraux latéraux. L'ancienne caserne présente une élévation de trois étages comprenant celui du toit mansardé. Sa façade est marquée par une tour centrale demi-hors-oeuvre. L'ensemble est implanté sur un terrain étroit et profond reliant deux rues parallèles, dans le quartier institutionnel du secteur Saint-Jean, dans la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Jean-sur-Richelieu) 2010-09-07
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancien édifice du marché et de la caserne de pompiers présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. L'ensemble témoigne du rôle important de ces bâtiments dans les activités commerciales et la vie municipale de la localité. Pour assurer l'approvisionnement alimentaire des résidants de Saint-Jean, une première place du marché est aménagée dans la première moitié du XIXe siècle dans le noyau villageois. Au milieu du siècle, les citoyens réclament un marché couvert et permanent. Le conseil municipal accède à leur demande et annonce, en 1857, la construction de halles fermées. Érigé en 1858, le bâtiment accueille les commerçants ainsi que les assemblées du conseil municipal. En 1876, une caserne de pompiers est érigée derrière le marché. Ce bâtiment est construit à la suite de la conflagration du 16 juin 1876, qui a détruit une partie importante du centre-ville de Saint-Jean. Aujourd'hui, l'ensemble formé du marché et de la caserne loge une institution muséale. Des espaces couverts extérieurs accueillent toujours les marchands en saison. Le bâtiment rappelle donc le développement de services et d'activités diverses dans le secteur Saint-Jean, dans la seconde moitié du XIXe siècle.

L'ancien édifice du marché et de la caserne de pompiers présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Les deux bâtiments qui composent l'ensemble sont représentatifs des marchés et des casernes érigés dans la deuxième moitié du XIXe siècle. À cette époque, l'architecture des halles connaît d'importantes transformations. Ce type de bâtiment traditionnellement construit en bois et constitué d'espaces ouverts fait graduellement place à des marchés fermés, construits en pierre ou en brique, et dotés d'un espace de circulation intérieur pour améliorer le confort des clients. L'ancien marché, conçu par un architecte nommé Ryder, est représentatif de ce dernier type de marché par son plan rectangulaire, son élévation de deux étages, son parement en brique rouge et ses nombreuses ouvertures permettant d'accéder à l'intérieur. L'ancienne caserne de pompiers, réalisée par l'architecte François-Xavier Mailhot, présente plusieurs caractéristiques de ce type de bâtiment municipal, dont la large porte en façade servant à faciliter la sortie des pompes à incendie. La tour, aussi typique des casernes de pompiers, permet de signaler la présence de l'édifice. Elle était également dotée d'une cloche servant à alerter les citoyens en cas d'incendie. Par ailleurs, les deux bâtiments formant l'ensemble témoignent des formes en vogue dans l'architecture de la deuxième moitié du XIXe siècle. Le marché montre l'influence des formes classiques par la disposition symétrique des ouvertures, les retours de corniche évoquant un fronton en façade et les oculus. La caserne de pompiers témoigne pour sa part de l'influence du style Second Empire par son toit mansardé percé de lucarnes, ses ouvertures à arc surbaissé et son ornementation élaborée tirée du vocabulaire classique. L'ancien édifice du marché et de la caserne de pompiers conserve ainsi plusieurs éléments rappelant les fonctions d'origine des bâtiments et montre l'évolution des goûts en matière d'architecture publique.

Source : Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, 2011.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancien édifice du marché et de la caserne de pompiers liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation sur un terrain étroit et profond reliant deux rues parallèles, comprenant une place de marché;
- sa localisation dans un quartier institutionnel;
- les caractéristiques de l'ancien édifice du marché, notamment son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit à deux versants droits interrompus par deux pignons centraux, et le passage couvert longeant un des longs pans;
- ses matériaux, dont le soubassement en pierre, le parement en brique, la couverture en tôle ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois et en pierre;
- ses ouvertures, dont les portes à panneaux et à carreaux (certaines à double vantail surmontées d'une imposte à arc surbaissé), les fenêtres rectangulaires à guillotine et à petits carreaux, les fenêtres à arc surbaissé, les soupiraux à arc surbaissé et les oculus;
- son ornementation, dont les arcatures surbaissées décoratives, la corniche ornée de consoles, les retours de corniche, les plates-bandes, les appuis et la clé décorative en pierre ainsi que la pierre portant l'inscription « 1858 »;
- sa souche de cheminée en brique;
- ses lanternons de ventilation;
- les caractéristiques de l'ancien édifice de la caserne de pompiers, notamment son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de trois étages comprenant le toit mansardé et la tour centrale demi-hors-oeuvre coiffée d'un toit en pavillon;
- ses matériaux, dont le soubassement en pierre, le parement en brique, la couverture en tôle ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois et en pierre;
- ses ouvertures, dont les portes à panneaux et à carreaux (une à double vantail surmontée d'une imposte à arc surbaissé), les fenêtres à guillotine, à grands carreaux et à arc surbaissé (certaines à double baie), les fenêtres rectangulaires à guillotine et à petits carreaux, les lucarnes à arc surbaissé et les soupiraux;
- son ornementation, dont les arcatures surbaissées décoratives, le bandeau, la corniche à modillons et à consoles (isolées et jumelées en alternance), les arcs surbaissés ornés de rinceaux (un doté d'une clé décorative), les plates-bandes, les appuis (certains supportés par des consoles), les chambranles menuisés, le panneau en pierre portant l'inscription « Station de pompe 1876 » et le mât;
- ses souches de cheminées en brique.

Haut de la page

Informations historiques

L'ancien édifice du marché et de la caserne de pompiers s'élève dans le secteur Saint-Jean de la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. La localité, dont les origines remontent au XVIIe siècle, connaît un important développement au cours du XIXe siècle grâce, notamment, à l'accroissement des activités ferroviaires et portuaires liées au commerce avec les États-Unis. Pour assurer l'approvisionnement alimentaire des résidants de l'endroit, une place de marché est vraisemblablement aménagée dans le noyau villageois dans la première moitié du XIXe siècle. La présence d'une structure en bois accueillant des étals de bouchers, aménagée près de l'emplacement de l'actuel édifice du marché, est attestée dès 1841.

Au milieu du XIXe siècle, les citoyens de Saint-Jean réclament un marché couvert et permanent. Le conseil municipal accède à leur demande et annonce, le 7 décembre 1857, la construction d'un bâtiment en brique conçu par un architecte nommé Ryder. Ce dernier adopte un modèle de halle fermée d'inspiration anglaise présentant un espace de circulation intérieur. Le bâtiment, érigé en 1858, accueille également le siège du conseil municipal. Des concerts, des bazars et diverses assemblées publiques ont aussi lieu dans l'édifice du marché.

Le 18 juin 1876, un violent incendie détruit une partie importante du centre-ville de Saint-Jean. Quelques jours après la conflagration, le conseil municipal décide de se doter de meilleurs équipements pour lutter contre ce type de sinistre. Les autorités acquièrent alors une pompe à incendie à vapeur de marque Silsby, aujourd'hui classée objet patrimonial. La municipalité entreprend également la construction d'une caserne de pompiers, aussi appelée station de pompe. Le bâtiment, réalisé selon les plans de l'architecte François-Xavier Mailhot, est érigé en 1876 derrière le marché. La caserne est inaugurée le 28 janvier 1877. Le bâtiment de style Second Empire possède une tour dotée à l'époque d'une cloche servant à donner l'alarme en cas d'incendie. Le sous-sol de la station de pompe est vraisemblablement utilisé quelque temps par le corps policier de la municipalité, des cellules y ayant été aménagées. Les pompiers utilisent ce bâtiment jusqu'en 1955.

Quelques modifications ont été apportées aux deux bâtiments depuis leur construction. Entre 1880 et 1916, une section est ajoutée au marché, dès lors relié à la caserne. Au cours du XXe siècle, des structures situées sur les toits sont supprimées. Les deux entrées latérales de la façade de la caserne sont aussi transformées en fenêtres. Une partie de l'espace intérieur du marché est occupé par des organismes communautaires avant que le Musée du Haut-Richelieu prenne possession du deuxième étage de l'édifice, en 1979. De nouvelles salles d'exposition sont aménagées au rez-de-chaussée en 1991. Un marché saisonnier prend toujours place autour du bâtiment.

L'ancien édifice du marché et de la caserne de pompiers est cité en 2010.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Le Haut-Richelieu

Municipalité :

  • Saint-Jean-sur-Richelieu

Adresse :

  • 182, rue Jacques-Cartier Nord

Latitude :

  • 45° 18' 19.0"

Longitude :

  • -73° 15' 14.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 4 270 298

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Yves. Les places et halles de marché au Québec. Québec, Publications du Québec, 1993. 56 p.
  • GROUPE DÉCOUVRONS SAINT-JEAN, VILLE HISTORIQUE. Découvrons Saint-Jean, ville historique. Québec, Centre de documentation, Direction de l¿Inventaire des biens culturels, 1978. 227 p.
  • s.a. 150 ans d'histoire, Saint-Jean-sur-Richelieu. s.l. s.n., 1999. 56 p.
  • VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU. « Itinéraire patrimonial, Vieux Saint-Jean ». VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU. Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu [En ligne]. http://www.ville.saint-jean-sur-richelieu.qc.ca

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013