Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Gaultier, Jean-François

Type :

Personne (Homme)

Autre(s) nom(s) :

  • Gaulthier, Jean-François
  • Gauthier, Jean-François
  • Gautier, Jean-François

Date :

  • 1708‑10‑06 – 1756‑07‑10

Occupation :

  • Botaniste
  • Médecin / chirurgien
  • Naturaliste

Éléments associés

Patrimoine mobilier associé (1)

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à La Croix-Avranchin, en France, le 6 octobre 1708, Jean-François Gaultier est le fils de René Gaultier et de Françoise Colin.

Il étudie la médecine à Paris avant d'être nommé médecin du roi pour la Nouvelle-France, en 1741. Il arrive à Québec l'année suivante. En plus de son poste officiel, Gaultier est médecin attitré de l'Hôtel-Dieu et du Séminaire. Sa fonction lui assure des honoraires importants, augmentés de gratifications et d'une concession de traite au Labrador. Dès son arrivée, il reçoit une formation en droit et est nommé au Conseil supérieur, en 1744, où il servira surtout comme assesseur.

Au cours de sa carrière, Gaultier poursuit l'oeuvre scientifique de son prédécesseur, Michel Sarrazin. En 1745, il est élu membre correspondant de l'Académie royale des sciences, en France, à qui il fait parvenir de nombreux mémoires et spécimens. À partir de 1747, il est le principal exécutant d'un programme de développement des sciences naturelles, encouragé par le gouverneur Roland-Michel Barrin de La Galissonière. Lors de la visite au Canada du scientifique suédois Pehr Kalm, en 1749, Gaultier accompagne celui-ci au cours de ses excursions botaniques dans les environs de Québec. En guise de reconnaissance, Kalm donne le nom de Gaultheria au thé des bois.

Gaultier se consacre surtout à la météorologie et à la botanique. En 1742, il établit la première station météorologique canadienne, à Québec, et tient jusqu'en 1756 un journal météorologique quotidien dans lequel il consigne une foule d'informations. Inspirées par la médecine populaire canadienne et amérindienne, ses recherches en botanique portent sur les propriétés médicinales des plantes. Gaultier a également contribué, de façon indirecte, au progrès de l'astronomie, de la minéralogie et de la zoologie.

Il a laissé une importante production scientifique, dont une grande partie est inédite. Il est notamment l'auteur d'un manuscrit consacré aux plantes ligneuses du Canada et d'un mémoire sur le sirop d'érable, publié dans les mémoires de l'Académie.

Il est décédé à Québec, le 10 juillet 1756.

Il avait épousé en 1752, à Sainte-Anne-de-la-Pérade, Marie-Madeleine Jarret de Verchères.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOIVIN, Bernard. « Gaultier, Jean-François ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • BOIVIN, Bernard. « Gaultier, Jean-François ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013