Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Presbytère de Saint-Victor

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Victor

Date :

  • 1912 – (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Images

Carte

Description

Le presbytère de Saint-Victor est une maison curiale en brique érigée en 1912. Le corps principal du bâtiment présente un plan carré d'une élévation de deux étages coiffé d'un toit en pavillon tronqué couronné d'une terrasse faîtière. Une annexe rectangulaire de deux étages recouverte d'un toit à deux versants doté d'une croupe est greffée à l'arrière du corps principal. Une galerie couverte ceinture presque l'ensemble du rez-de-chaussée du bâtiment et est surmontée d'un balcon couvert en façade. Une baie en saillie à deux étages est ajoutée sur une façade latérale. Le presbytère de Saint-Victor est implanté légèrement en retrait de la voie publique sur un terrain au relief peu accusé, au coeur du noyau villageois de la municipalité de Saint-Victor.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Victor) 2007-04-02
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le presbytère de Saint-Victor présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'édifice est représentatif d'un type d'architecture résidentielle très répandu dans la première moitié du XXe siècle, soit la maison cubique. Ce modèle, communément appelé « Four Square House » aux États-Unis, est mis au point vers 1890. Il est ensuite largement diffusé grâce aux catalogues d'architecture et devient rapidement très populaire dans toute l'Amérique du Nord, en raison de son volume simple et spacieux. Une ornementation sobre ou élaborée peut y être appliquée. La maison cubique se fait connaître au moment où l'architecture domestique s'industrialise. Son apparition coïncide avec l'arrivée sur le marché de matériaux et d'éléments préfabriqués offerts par catalogue. La maison curiale de Saint-Victor constitue un bon exemple de maison cubique, notamment par son plan carré, son élévation de deux étages, son toit en pavillon tronqué ponctué de pignons et la galerie qui ceinture l'édifice, surmontée d'un balcon couvert en façade. Le bâtiment comporte aussi une ornementation élaborée constituée notamment des bandeaux, des arcs surbaissés couronnant les ouvertures, des corniches, des balustrades et de la terrasse faîtière. Le presbytère de Saint-Victor témoigne ainsi de la richesse de l'ornementation qui peut être appliquée à une maison cubique du début du XXe siècle au Québec.

Le presbytère de Saint-Victor présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur sa représentativité par rapport à ce type de résidence à caractère religieux. Dans les paroisses du Québec, le presbytère est la demeure du curé, personnage influent et respecté représentant l'évêque et l'Église. Le rez-de-chaussée répond aux fonctions publiques; il compte habituellement un bureau où sont reçus les fidèles et où les marguilliers peuvent se réunir. L'étage supérieur est doté d'un caractère plus privé; il abrite les chambres du curé, du vicaire et celles réservées à l'évêque et aux visiteurs de passage. Les grandes dimensions du presbytère de Saint-Victor rappellent cette double fonction et marquent l'importance du lieu dans la vie paroissiale.

Source : Municipalité de Saint-Victor, 2010.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du presbytère de Saint-Victor liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan carré du corps principal, l'élévation de deux étages, le toit à pavillon tronqué ponctué de pignons, la galerie couverte à un niveau ceinturant le bâtiment, le balcon couvert et la baie en saillie sur deux niveaux;
- les matériaux, dont le parement en brique, la couverture en tôle posée à la canadienne et en tôle à baguettes ainsi que les éléments architecturaux en bois, en brique et en métal;
- les ouvertures, dont les portes en bois vitrées et à panneaux surmontées d'une imposte carrée vitrée et inscrites sous un arc surbaissé (dont une à double vantail), les fenêtres rectangulaires inscrites sous un arc surbaissé (certaines à battants et à carreaux) et les oculus;
- l'ornementation, dont les bandeaux, les arcs surbaissés en brique, les colonnes, les supports, les balustrades, la corniche à denticules, la corniche à consoles, les retours de corniche, la terrasse faîtière;
- l'annexe, dont son plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit à deux versants droits doté d'une croupe, le parement de brique, les fenêtres rectangulaires inscrites sous un arc surbaissé (certaines à battants et à carreaux) et les bandeaux;
- la véranda;
- la souche de cheminée;
- la situation du presbytère sur un terrain dégagé, légèrement en pente et ponctué de quelques arbres matures à l'arrière;
- son intégration dans un ensemble institutionnel comprenant en outre l'église paroissiale et le cimetière;
- sa situation au coeur du noyau villageois.

Haut de la page

Informations historiques

Le presbytère de Saint-Victor est implanté sur un territoire situé dans l'ancien canton de Tring et dont le peuplement débute vers 1834 par l'arrivée des premiers colons qui s'établissent sur des terres concédées par le gouvernement. Le territoire est organisé en mission et une chapelle est élevée vers 1844. Les registres sont ouverts quatre ans plus tard au moment où un missionnaire résident, Léon Provancher, s'établit dans la localité. Pour l'accueillir, les habitants construisent la première maison curiale dès 1848. La paroisse de Saint-Victor est érigée canoniquement en 1852. Il s'agit de la première paroisse fondée dans le canton. Puisque la chapelle devient trop exigüe en raison de l'augmentation de la population, une première église est construite à partir de 1855. Un second presbytère est érigé en 1872 afin de remplacer le précédent.

Le lieu de culte de la localité est ravagé par un incendie en 1897 après avoir été frappé par la foudre. Les paroissiens entreprennent sa reconstruction immédiatement. La maison curiale, localisée à proximité de l'église, est toutefois épargnée par le feu. Lors d'une assemblée des marguilliers, anciens marguilliers et francs-tenanciers en 1912, il est décidé d'ériger un nouveau presbytère en raison de l'état de vétusté et de délabrement de l'ancien qui le rend presque inhabitable. Le bâtiment est construit au cours de l'année par l'entrepreneur Pierre Doyon.

Le presbytère de Saint-Victor est cité en 2007. En plus de servir encore de maison curiale, il loge des bureaux de professionnels.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Robert-Cliche

Municipalité :

  • Saint-Victor

Adresse :

  • 298, rue Principale

Latitude :

  • 46° 8' 53.2"

Longitude :

  • -70° 54' 17.63"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CARRIER, Daniel. Trésors religieux de la Beauce. Saint-Joseph-de-Beauce, Société du patrimoine des Beaucerons, 2003. 11 p.
  • DUVAL, Raymond et Marie-Paule HOULE. Saint-Victor, 1852-2002: 150 ans de fierté. Saint-Victor, Trajectoire 150, Comité du volume, 2001. 736 p.
  • s.a. Album-souvenir: centenaire de Saint-Victor de Beauce, 3 au 10 août 1952. Québec, Imprimerie Royale Enr., 1952. 209 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013