Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Caserne de pompiers

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ancienne caserne

Région administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

Municipalité :

  • Lorrainville

Date :

  • 1931 – (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Casernes de pompiers)

Images

Description

La caserne de pompiers est un édifice municipal construit en 1931 et agrandi vers 1950. Le bâtiment présente un plan rectangulaire et une élévation de deux étages. Il est coiffé d'un toit à deux versants droits couvert en tôle. Une haute tour de plan carré, surmontée d'un toit en pavillon, est construite contre le mur pignon arrière. Une annexe en appentis à un étage est adossée à l'un des murs latéraux. La caserne de pompiers est située en bordure de la voie publique, sur un terrain dégagé au relief peu accusé, au coeur de la municipalité de Lorrainville.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Lorrainville) 2009-05-12
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La caserne de pompiers présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le bâtiment rappelle les origines de Lorrainville. Les terres des environs sont défrichées lentement à compter de 1885. Partie du canton Duhamel depuis 1897, le territoire est détaché de celui-ci en 1912. Il forme alors la municipalité de Notre-Dame-de-Lourdes de Lorrainville. Dès 1916, des citoyens présentent des demandes afin que la localité se dote d'outils de protection contre les incendies. En 1927, la municipalité décide d'aménager un système d'aqueduc, destiné, entre autres, à assurer l'alimentation en eau pour lutter contre le feu. Le projet est mis en chantier, malgré l'opposition d'une partie de la population. Les dissensions à ce sujet entraînent, en 1930, la division de la localité en deux entités municipales distinctes, le village de Lorrainville et la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes. En 1931, Lorrainville se dote d'un réservoir d'eau, de citernes de canalisations, de bornes-fontaines ainsi que d'une caserne de pompiers. Dès l'achèvement des travaux, le bâtiment abrite également les locaux du conseil municipal de Lorrainville. À partir de 1938, le conseil municipal de Notre-Dame-de-Lourdes tient aussi ses séances dans l'édifice. Ce regroupement des fonctions d'hôtel de ville et de caserne est fréquent au cours de la première moitié du XIXe siècle. Les deux municipalités fusionnent finalement en 1994, et une nouvelle caserne est construite deux ans plus tard. L'édifice de 1931 rappelle l'époque du développement des services dans la localité.

La caserne de pompiers présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale reposant sur sa représentativité par rapport aux casernes de pompiers construites en milieu rural ou villageois. Au cours de la première moitié du XXe siècle, les casernes des centres urbains se caractérisent souvent par une architecture et une ornementation élaborées. Celles bâties en milieu rural présentent plutôt un volume simple à l'ornementation très sobre. La caserne de pompiers de Lorrainville se rattache à ce dernier modèle par son plan rectangulaire coiffé d'un toit à deux versants droits et par son ornementation constituée essentiellement du parapet à redents ainsi que des ouvertures de formes et de dimensions variées. Par ailleurs, les casernes de pompiers de cette époque sont généralement dotées de larges portes en façade et d'une tour, à la fois symbolique et fonctionnelle. La tour est utilisée pour faire sécher les tuyaux d'incendie qui sont déroulés et suspendus à l'aide d'un système de câbles et de poulies. Cette structure signale aussi la présence de l'édifice dans le paysage. Les portes de grandes dimensions et la haute tour de la caserne de Lorrainville rappellent les fonctions d'origine du bâtiment. La caserne de pompiers constitue en outre un bon exemple d'architecture vernaculaire industrielle. Ce type apparaît au Québec durant la seconde moitié du XIXe siècle et connaît son apogée au début du siècle suivant. Il se trouve dans toutes les régions du Québec et est particulièrement répandu dans les régions de colonisation récente. Son apparition coïncide avec la standardisation des matériaux et des éléments architecturaux. L'industrialisation de l'architecture permet notamment de construire à moindre coût. La caserne de pompiers est caractéristique de l'architecture vernaculaire industrielle par son volume à deux étages ainsi que par son toit à deux versants droits. Les fenêtres à guillotine et le parement en tôle constituent également des éléments répandus dans ce type architectural.

Source : Municipalité de Lorrainville, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la caserne de pompiers liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de la voie publique, sur un terrain dégagé au relief peu accusé, au coeur du noyau villageois;
- la haute tour à tuyaux, dont la disposition contre le mur pignon arrière, le plan carré, le toit en pavillon, le parement et la couverture en tôle, les fenêtres rectangulaires ainsi que les ouvertures cintrées jumelées;
- les portes de grandes dimensions en façade;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit à deux versants droits et l'annexe latérale en appentis;
- les matériaux, dont le parement et la couverture en tôle ainsi que les éléments architecturaux en bois;
- les ouvertures, dont leur ordonnance régulière, les fenêtres rectangulaires à guillotine ainsi que les fenêtres de petites dimensions;
- l'ornementation sobre constituée essentiellement du parapet à redents ainsi que des ouvertures de formes et de dimensions variées.

Haut de la page

Informations historiques

La caserne de pompiers est construite sur un territoire défriché à partir de 1885. Les environs sont rapidement désignés sous le nom de Lorrainville, donné en l'honneur de monseigneur Narcisse-Zéphirin Lorrain (1842-1915), évêque du diocèse de Pembroke dont fait partie la région à l'époque. Une première mission est organisée en 1892. La construction du chemin de fer cette année-là entraîne l'établissement de plusieurs commerces et donne une nouvelle impulsion au développement des environs. Le territoire forme à partir de 1897 la municipalité du canton de Duhamel, avant d'être séparé de celle-ci et de prendre le nom de Notre-Dame-de-Lourdes-de-Lorrainville, en 1912.

Dès 1916, des citoyens présentent des demandes afin que la localité se dote d'outils de protection contre les incendies. En 1927, la municipalité décide de faire aménager un système d'aqueduc, destiné, entre autres, à assurer l'alimentation en eau pour lutter contre le feu. Le projet est mis en chantier, malgré l'opposition d'une partie de la population. Les dissensions à ce sujet entraînent, en 1930, la création de deux entités municipales distinctes, le village de Lorrainville et la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes.

En 1931, Lorrainville se dote d'un réservoir d'eau, de citernes, de canalisations, de bornes-fontaines et également d'une caserne de pompiers. Dès l'achèvement des travaux, le bâtiment abrite aussi les locaux du conseil municipal de Lorrainville. À partir de 1938, le conseil municipal de Notre-Dame-de-Lourdes y tient ses séances.

Vers 1950, la superficie du bâtiment est doublée par l'ajout d'une annexe latérale en appentis. En 1994, le regroupement du village de Lorrainville et de la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes constitue la municipalité de Lorrainville. Une nouvelle caserne est alors construite et est utilisée à partir de 1996. Par la suite, des comités de citoyens cherchent une affectation pour l'ancien édifice datant de 1931.

La caserne de pompiers est citée en 2009.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

MRC :

  • Témiscamingue

Municipalité :

  • Lorrainville

Adresse :

  • 8, rue de l'Église Sud

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 100 872

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • TRÉPANIER, Paul. L'ancienne caserne des pompiers de Lorrainville: plan d'intervention et de conservation. Québec, Commission culturelle de la MRC de Témiscamingue, Municipalité de Lorrainville, 2007. 13 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013