Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancien magasin Horace-Stewart

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ancien bureau de poste double
  • Ancien magasin Horace Stewart

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Stanstead

Date :

  • après 1820 – avant 1830 (Construction)

Usage :

  • Fonction commerciale (Magasins généraux)
  • Services et institutions (Bureaux de poste)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

L'ancien magasin Horace-Stewart est un bâtiment commercial construit dans les années 1820 et maintenant utilisé à des fins résidentielles. Le bâtiment en pierre, de plan rectangulaire à deux étages et demi, est coiffé d'un toit à deux versants droits. Il est doté de trois annexes. L'édifice est implanté en retrait de la voie publique sur un terrain au relief peu accusé, au coeur du noyau villageois du secteur de Beebe Plain, dans la ville de Stanstead.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Stanstead) 2009-05-04
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancien magasin Horace-Stewart présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur les fonctions qu'il a abrité au cours du XIXe siècle et au début du XXe. L'occupation du territoire s'amorce à la fin du XVIIIe siècle par l'arrivée d'une famille d'origine américaine, les Beebe. Ils sont rejoints plus tard par d'autres colons de la Nouvelle-Angleterre. Trois petits noyaux villageois prennent progressivement forme à proximité de la frontière : Beebe Plain, Stanstead Plain et Rock Island. Originaire de la Nouvelle-Angleterre, Horace Stewart arrive avec sa famille à Beebe Plain au courant des années 1820. Il fait alors ériger le premier magasin général des lieux. L'établissement commercial dessert les habitants de la localité en produits divers et représente un lieu de convivialité. Très répandu dans les milieux ruraux nord-américains, le magasin général constitue un maillon essentiel de l'économie rurale. Celui de Beebe Plain contribue à faire de Stewart un riche et influent marchand de la région. À partir des années 1860, l'édifice loge aussi un bureau de poste. À cette époque, la poste représente un important moyen de communication. Un bureau reconnu par les autorités est d'ailleurs l'un des premiers services qu'une localité en développement tente d'obtenir. L'ancien magasin Horace-Stewart exerce ainsi un rôle majeur dans le développement de la localité et constitue en outre l'un des plus anciens bâtiments de celle-ci.

L'ancien magasin Horace-Stewart présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à sa situation unique sur la frontière canado-américaine. Au XIXe siècle, lorsque cette région frontalière se développe, des édifices sont élevés à cheval sur la limite séparant les États-Unis du Canada. Le secteur de Beebe Plain est d'ailleurs particulier, puisqu'une partie de cette agglomération est située au Québec alors que l'autre, aussi nommée Beebe Plain, est intégrée à la municipalité de Derby au Vermont. La rue Canusa comporte des bâtiments érigés au Canada du côté nord et des édifices américains au sud. Au bout de celle-ci se trouve l'ancien magasin. Une partie du corps principal est aux États-Unis alors que l'autre est au Canada. Au XIXe siècle et au début du XXe, cette situation fait du bâtiment un magasin général desservant des clients de deux pays différents ainsi qu'un bureau de poste international comportant deux portes et deux comptoirs. Il est désormais interdit de construire des bâtiments sur la frontière. L'ancien magasin Horace-Stewart est l'un des rares édifices élevés sur la ligne frontalière à subsister.

L'ancien magasin Horace-Stewart présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'édifice témoigne de l'influence de l'architecture résidentielle américaine d'inspiration néoclassique sur les bâtiments de la localité au XIXe siècle. Cette influence s'explique par la présence dans la région de colons anglophones originaires de la Nouvelle-Angleterre. Ceux-ci transposent sur les nouvelles constructions les formes et le vocabulaire architecturaux de leur lieu d'origine. L'ancien magasin est caractéristique de l'architecture résidentielle américaine d'inspiration néoclassique par son plan rectangulaire, son élévation de deux étages et demi et son toit à deux versants droits. L'emploi d'éléments issus du vocabulaire classique, tels que les corniches à denticules et les retours de corniches, est également typique de cette architecture. L'ancien magasin Horace-Stewart témoigne aussi, par le fait même, de l'adaptation de l'architecture domestique aux édifices commerciaux érigés en milieu villageois dans la première moitié du XIXe siècle. Ces derniers présentent généralement des formes similaires aux habitations. Par ailleurs, le bâtiment construit en granit gris local taillé à la main, constitue probablement la plus ancienne construction en pierre subsistant dans l'actuelle ville de Stanstead.

Source : Ville de Stanstead, 2010.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancien magasin Horace-Stewart liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son implantation en retrait de la voie publique sur un terrain au relief peu accusé ceinturé d'une clôture et d'une haie d'arbustes;
- sa situation à cheval sur ligne frontalière entre le Canada et les États-Unis;
- sa localisation sur l'artère principale, au coeur du noyau villageois;
- le volume de son corps principal, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi, le toit à deux versants droits à pente moyenne ainsi que le portique à colonnade surmonté d'un balcon;
- les matériaux, dont la maçonnerie en granit gris local, le parement de bois, les souches de cheminées en brique ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires (certaines à guillotine);
- l'ornementation, dont les corniches à denticules, les retours de corniches ainsi que les colonnes reposant sur des piédestaux;
- les annexes, dont celle greffée à la face sud du bâtiment, celle localisée à l'angle avant sud ainsi que celle située du côté nord du corps principal;
- les souches de cheminées.

Haut de la page

Informations historiques

L'ancien magasin Horace-Stewart est localisé dans une région frontalière dont le peuplement débute à la fin du XVIIIe siècle par l'établissement d'une première famille d'origine américaine, les Beebe. Ces derniers sont rejoints quelques années plus tard par d'autres colons de la Nouvelle-Angleterre. Les nouveaux arrivants s'établissent à différents endroits de sorte que trois petits noyaux villageois prennent forme à proximité de la frontière : Beebe Plain, Stanstead Plain et Rock Island.

Horace Stewart arrive dans l'agglomération de Beebe Plain avec sa famille au courant des années 1820. Il fait alors ériger le premier magasin général des lieux. Ce bâtiment commercial dessert les habitants de la localité en marchandises diverses et représente un lieu de convivialité. Très répandu dans les milieux ruraux nord-américains, le magasin général constitue un maillon essentiel de l'économie rurale. Celui de Beebe Plain contribue à faire de Stewart un riche et influent marchand de la région. L'édifice est construit en granit gris local taillé à la main.

À partir des années 1860, l'édifice loge aussi un bureau de poste. Il s'agit alors d'un bureau international, puisque, implanté à cheval sur la frontière, il dessert Beebe Plain au Québec et Beebe Plain au Vermont. Il comporte deux portes et deux comptoirs postaux.

La famille Stewart devient bientôt l'une des plus aisées de la localité. La fille d'Horace Stewart, Martha Stewart Haskell, ainsi que son petit-fils Horace font d'ailleurs ériger au début du XXe siècle l'édifice Haskell Free Library and Opera House dans le village de Rock Island. Ce bâtiment à vocation culturelle est aujourd'hui classé immeuble patrimonial.
Vers le milieu du XXe siècle, l'ancien magasin Horace-Stewart fait l'objet de modifications, probablement dans le but de l'adapter à des fins résidentielles. Des annexes sont érigées de part et d'autre du bâtiment. L'une est greffée à la face sud du bâtiment tandis qu'une autre, de plus petite dimension, est localisée devant la première. Le troisième ajout consiste en un escalier fermé sur le côté nord.

L'ancien magasin Horace-Stewart est cité en 2009.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Memphrémagog

Municipalité :

  • Stanstead

Adresse :

  • rue Principale

Latitude :

  • 45° 0' 21.4"

Longitude :

  • -72° 8' 30.9"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Stanstead Village de Beebe Plain Absent 55 ptie

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Bergeron Gagnon, Inc. Sur la route des diligences : à la découverte de la MRC de Memphrémagog. Magog, Municipalité régionale de comté de Memphrémagog, 2001. 12 p.
  • Environnement Conseil BGA Inc. et Planigraph. Une région frontalière unique : Stanstead Plain, Rock Island, Beebe Plain, Ogden, Stanstead-Est, Canton de Stanstead, Estrie, PQ. Stanstead, Société historique de Stanstead, 1994. 15 p.
  • FARFAN, Matthew. Heritage sites of Stanstead: 11 buildings recommended for municipal citation. Stanstead, Produced for Teknika HBA, 2008. 50 p.
  • Pagé et Compagnie. La MRC Memphrémagog : une région qui se distingue. Magog, Municipalité régionale de comté de Memphrémagog, 1993. 112 p.
  • s.a. Bienvenue au centenaire de Beebe P.Q. : 1873-1973 = Welcome to Beebe P.Q. Centennial : 1873-1973. s.l. s.n., 1973. 60 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013