Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de la Chapelle-Sainte-Anne-des-Ondes

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ensemble à caractère religieux de la chapelle Notre-Dame-des-Ondes
  • Ensemble institutionnel de Sainte-Anne-des-Ondes
  • Site du patrimoine religieux de la chapelle Sainte-Anne-des-Ondes

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Rivière-du-Loup

Thématique :

  • Patrimoine religieux

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (3)

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

Le site patrimonial de la Chapelle-Sainte-Anne-des-Ondes est un ensemble institutionnel de tradition catholique aménagé à partir de 1895. Il comprend le lieu de culte, l'ancien presbytère, un monument commémoratif ainsi que le terrain environnant. L'église en bois d'inspiration néogothique, érigée de 1895 à 1896, présente un plan composé d'une nef rectangulaire et d'un choeur plus étroit terminé par une abside à pans coupés. Le bâtiment est surmonté d'un toit à deux versants droits couvert en tôle. La façade est dotée d'une tour-clocher surmontée d'une flèche et d'une croix. La maison curiale en bois, construite en 1891, présente un plan rectangulaire et une élévation de deux étages. Elle est coiffée d'un toit à croupes. Un balcon orne le centre de la façade, aussi marqué par un pignon. L'ensemble est implanté sur un terrain au relief peu accusé et planté d'arbres matures, à proximité du fleuve Saint-Laurent, dans le secteur de la Pointe de la ville de Rivière-du-Loup.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Rivière-du-Loup) 2008-09-22
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial de la Chapelle-Sainte-Anne-des-Ondes présente un intérêt pour sa valeur historique. Le site témoigne de l'importance du phénomène de la villégiature dans le développement de la Pointe de Rivière-du-Loup à la fin du XIXe siècle. Ce secteur, peu propice à l'agriculture, reste faiblement peuplé jusqu'au milieu du XIXe siècle. Au cours des années 1850, la construction d'un quai permettant l'accostage des navires à vapeur fait de l'endroit un lieu de transit pour les touristes qui séjournent pendant l'été dans les localités environnantes, notamment à Cacouna. À la fin des années 1880, alors que la Pointe est intégrée dans le réseau ferroviaire pour permettre le transport des marchandises entre le train et le bateau, l'endroit se transforme graduellement à son tour en lieu de villégiature. L'homme d'affaires et entrepreneur Narcisse-Georges Pelletier acquiert plusieurs terrains sur lesquels il fait ériger des hôtels et des résidences de villégiature qu'il vend ou loue aux estivants. En 1891, il construit la villa qui deviendra 17 ans plus tard le presbytère de Sainte-Anne-des-Ondes. En 1895, Pelletier s'associe à Marie Hayward (décédée en 1909), pour bâtir une chapelle sur un terrain donné par Hayward. Les deux parties visent ainsi à stimuler la vente de propriétés et la construction de nouvelles villas dans le secteur. En 1916, la chapelle est acquise par les touristes qui fréquentent régulièrement la Pointe de Rivière-du-Loup. Ils deviennent également propriétaires de la villa qu'ils transforment en presbytère. L'ensemble est géré par la corporation archiépiscopale de Québec et est indépendant de la Loi sur les fabriques jusqu'en 1964. Au cours des années 1960, les résidents de la Pointe commencent à s'installer de façon permanente et la chapelle devient une desserte de la paroisse de Saint-Patrice. Sis sur un terrain paysager planté d'arbres matures offrant une vue sur le fleuve Saint-Laurent, l'ancien presbytère et le lieu de culte rappellent l'importance du phénomène de la villégiature dans le secteur jusqu'au milieu du XXe siècle.

Le site patrimonial de la Chapelle-Sainte-Anne-des-Ondes présente également un intérêt pour sa valeur architecturale. Le lieu de culte est représentatif de l'architecture des chapelles rurales québécoises construites à la fin du XIXe siècle. Ces dernières se caractérisent par leur volume simple de petite dimension, leur toit à deux versants droits et leur façade de facture sobre. La chapelle Sainte-Anne-des-Ondes se rattache à ce modèle par sa taille et son ornementation dépouillée. Elle se distingue toutefois par sa tour-clocher centrale demi-hors-oeuvre, remplaçant l'habituel campanile surmontant le faîte avant. Son parement en planches à couvre-joints et ses ouvertures à arc brisé témoignent par ailleurs de l'influence d'une variante états-unienne du style néogothique sur l'architecture religieuse. L'ancien presbytère illustre pour sa part la persistance de l'utilisation des formes d'inspiration classique dans la conception des résidences de villégiature de la fin du XIXe siècle. L'édifice en témoigne par sa composition symétrique, son toit à croupes ainsi que le pignon et le balcon marquant le centre de sa façade. Le site constitue un ensemble représentatif des formes architecturales privilégiées dans les lieux de villégiature de l'Est du Québec.

Source : Ville de Rivière-du-Loup, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial de la Chapelle-Sainte-Anne-des-Ondes liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son implantation sur un terrain paysager au relief peu accusé et planté d'arbres matures, offrant une vue sur le fleuve Saint-Laurent;
- sa localisation dans le secteur de la Pointe de Rivière-du-Loup;
- la présence d'un monument en hommage aux fondateurs de la chapelle, Marie Hayward et Narcisse-Georges Pelletier;
- les caractéristiques de la chapelle Sainte-Anne-des-Ondes, notamment son volume, dont le plan composé d'une nef rectangulaire et d'un choeur plus étroit terminé par une abside à pans coupés ainsi que le toit à deux versants droits, les matériaux, dont le parement en planches à couvre-joints, la couverture en tôle ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les composantes de la façade, dont la tour centrale demi-hors-oeuvre surmontée d'un clocher terminé par une flèche et une croix, le portail central constitué d'une porte à panneaux surmontée d'un tympan vitré à arc brisé, les fenêtres à arc brisé et à carreaux, les chambranles ainsi que la corniche, les composantes des longs pans et du choeur, dont les fenêtres à arc brisé et à grands carreaux ainsi que les chambranles et la sacristie greffée à l'abside dans le prolongement du choeur, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage, le toit à deux versants droits, les fenêtres rectangulaires à grands carreaux ainsi que la porte en bois à simple vantail;
- les caractéristiques de l'ancien presbytère, notamment son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi, le toit à croupes, le pignon central et le balcon en façade, les matériaux, dont le parement horizontal ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les ouvertures, dont les portes à double vantail et à vitrage, les portes à simple vantail et à grands carreaux, les fenêtres rectangulaires à guillotine, l'ouverture dite en « arc en mitre » et les chambranles, l'ornementation sobre, dont le garde-corps menuisé et les contrevents, ainsi que la souche de cheminée en brique.

Haut de la page

Informations historiques

Le site patrimonial de la Chapelle-Sainte-Anne-des-Ondes est aménagé dans le secteur de la Pointe de Rivière-du-Loup, occupé par les Amérindiens à différentes époques. L'établissement d'une population permanente en ces lieux peu propices à l'agriculture se fait toutefois très lentement. Au cours des années 1850, la construction d'un quai permettant l'accostage des navires à vapeur fait de l'endroit un lieu de transit pour les touristes qui séjournent pendant l'été dans les localités environnantes, notamment à Cacouna. À la fin des années 1880, la Pointe est intégrée dans le réseau ferroviaire afin de permettre le transport des marchandises entre le train et le bateau. C'est aussi à cette époque que l'endroit se transforme graduellement à son tour en lieu de villégiature. Le territoire, appartenant à un seul propriétaire, est divisé en petits lots rectangulaires que les acheteurs acquièrent souvent en bloc.

Narcisse-Georges Pelletier, homme d'affaires et entrepreneur de Fraserville, se porte acquéreur de nombreux terrains sur lesquels il fait ériger deux hôtels et une vingtaine de résidences de villégiature qu'il vend ou loue aux estivants. L'une des villas construite en 1891 deviendra un quart de siècle plus tard le presbytère de Sainte-Anne-des-Ondes.

Le développement s'accélère au cours de la dernière décennie du XIXe siècle. En 1895, Pelletier s'associe avec Mary Hayward (décédée en 1909) afin de bâtir une chapelle, espérant ainsi stimuler la vente de terrains et la construction de nouvelles villas. Hayward donne le terrain et Pelletier effectue les travaux. Les deux parties s'entendent pour partager les divers revenus de la chapelle, dont le loyer des bancs et les quêtes. La première messe est célébrée au début de la saison estivale de 1896. Des difficultés financières obligent Pelletier à céder sa part, au tournant du XXe siècle. Son frère, l'abbé Dominique Pelletier, supérieur du collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière de 1896 à 1902, en fait l'acquisition.

En 1916, lors d'une assemblée des touristes catholiques de la Pointe, il est décidé que la chapelle deviendra la propriété des estivants. Ils acquièrent également une villa construite à proximité pour la transformer en presbytère où seront logés les desservants, venant principalement du collège de Sainte-Anne-de-La-Pocatière. L'ensemble est géré par la corporation archiépiscopale de Québec et est indépendant de la Loi sur les fabriques.

Après la Seconde Guerre mondiale, la population fréquentant la Pointe se modifie lentement. Alors qu'au tournant du XXe siècle, les estivants appartenaient surtout à la bourgeoisie, les touristes sont désormais majoritairement issus de la classe moyenne et se font construire de petits chalets. Au cours des années 1960, la population commence à s'installer de façon permanente et le secteur devient peu à peu un quartier résidentiel de Rivière-du-Loup. En 1964, Sainte-Anne-des-Ondes passe sous la Loi sur les fabriques et devient une desserte de la paroisse de Saint-Patrice. C'est le curé de cette dernière qui choisit le desservant.

En 1983, le presbytère est vendu et transformé en résidence privée. La chapelle est rénovée en 1987, puis des travaux de restauration sont effectués en 2000.

Le site du patrimoine religieux de la chapelle Sainte-Anne-des-Ondes est constitué en 2008. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Rivière-du-Loup

Municipalité :

  • Rivière-du-Loup

Adresse :

  • 116, rue Hayward

Latitude :

  • 47° 51' 12.7"

Longitude :

  • -69° 33' 33.8"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 749 242
  • Lot 3 749 266
  • Lot 3 749 269
  • Lot 3 749 272

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOUCHER, Denis. Rivière-du-Loup : Paysages urbains et architecture traditionnelle: guide de découverte des secteurs patrimoniaux : Centre-ville, Faubourg, La Pointe, Saint-François, Saint-Ludger, Vieux-Saint-Patrice. Rivière-du-Loup, Service loisirs, culture et communautaire, Ville de Rivière-du-Loup, 2003. 36 p.
  • Comité du livre de Rivière-du-Loup. Du souvenir au devenir. Rivière-du-Loup, 2000. Montmagny, Éditions La Plume d'Oie, 2000. 566 p.
  • LAROCQUE, Paul. Parcours historiques dans la région touristique du Bas-Saint-Laurent. Rimouski, Université du Québec à Rimouski, 1994. 433 p.
  • PELLETIER, Michel. La Pointe de la Rivière-du-Loup: 100 ans d'histoire. Rivière-du-Loup, Comité organisateur du centenaire de la pointe de Rivière-du-Loup, 1995. 111 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013