Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Hôtel de ville de Saint-Joseph-de-Beauce

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Cinéma Marquette
  • Hôtel Municipal

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Joseph-de-Beauce

Date :

  • 1937 – 1938 (Construction)

Usage :

  • Fonction commerciale (Restaurants et bars)
  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Autres activités sportives)
  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Cinémas)
  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Théâtres)
  • Fonction résidentielle (Locaux pour associations fraternelles)
  • Services et institutions (Bureaux de poste)
  • Services et institutions (Casernes de pompiers)
  • Services et institutions (Hôtels de ville et salles des habitants)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

L'hôtel de ville de Saint-Joseph-de-Beauce est un édifice institutionnel construit en 1937 et 1938. Le bâtiment en brique rouge, de plan rectangulaire, comporte deux étages et est coiffé d'un toit à deux versants droits à pente moyenne. Sa façade aménagée sur un des murs pignons présente une entrée imposante à ressauts ornée d'une corniche à plusieurs niveaux. Au deuxième étage, une série de sept fenêtres à arc en mitre épousent la pente du pignon. L'édifice se situe dans la ville de Saint-Joseph-de-Beauce, en retrait de la voie publique.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Joseph-de-Beauce) 2008-08-11
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'hôtel de ville de Saint-Joseph-de-Beauce présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Construit en 1937 et 1938, cet édifice constitue le premier hôtel de ville de la municipalité. Après l'abolition du régime seigneurial (1854), l'Acte des municipalités et des chemins du Bas-Canada (1855) instaure le régime municipal comme cadre administratif. En 1889, la municipalité de village de Saint-Joseph-de-Beauce est créée et se détache de la municipalité de la paroisse de Saint-Joseph. En 1935, le maire de l'époque, Odilon Cliche (1899-1960), propose la construction d'un hôtel de ville. Cependant, c'est son successeur, Antoine Lacoursière, qui réalise le projet. Auparavant, les séances du conseil municipal se tiennent surtout au palais de justice du village. La construction d'un hôtel de ville à la fin des années 1930 symbolise l'autonomie administrative de la municipalité. La valeur historique de l'hôtel de ville repose également sur sa représentativité par rapport à une catégorie d'hôtel de ville. En effet, cet édifice est un exemple tardif des hôtels de ville polyvalents des municipalités québécoises de taille moyenne à partir de la fin du XIXe siècle. Sur le plan fonctionnel, il en existe deux types. L'un est exclusivement réservé à l'administration municipale. L'autre comporte des locaux destinés à l'administration municipale, au service des incendies, à la sécurité publique ou à des services divers permettant de rentabiliser le bâtiment. L'hôtel de ville de Saint-Joseph-de-Beauce relève de cette deuxième catégorie. Dès l'origine, il accueille plusieurs services, dont une caserne de pompiers, un atelier de mécanique et une salle de spectacle. La tour hors-oeuvre sert à faire sécher les tuyaux d'incendie hissés à l'aide de câbles et poulies. À son sommet, une sirène appelle les pompiers volontaires à l'occasion d'incendies et annonce l'heure du midi et celle du couvre-feu. Elle évoque d'ailleurs les tours d'horloge généralement associées aux hôtels de ville. Le bâtiment témoigne du rôle particulier de ces édifices. Par ailleurs, l'édifice se trouve sur l'artère principale de la municipalité comme plusieurs autres bâtiments institutionnels, qui font tous face à la rivière Chaudière. L'orientation de l'hôtel de ville et sa situation au coeur de la municipalité témoignent de l'importance de sa fonction administrative.


L'hôtel de ville présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Conçu par l'architecte Jean-Berchmans Gagnon (1912-1979), il est représentatif de certains édifices publics construits durant la période de l'entre-deux-guerres. Plusieurs bâtiments continuent d'emprunter au vocabulaire classique pour mettre en relief leur vocation institutionnelle. Cependant, certains édifices des années 1930 adoptent un langage architectural simplifié. C'est le cas de cet hôtel de ville qui présente un volume simple, des surfaces dénudées et une ornementation sobre évoquant une approche plus moderne. Ainsi, ses éléments décoratifs se limitent aux jeux de brique polychrome, aux faibles ressauts et aux pilastres encadrant l'entrée principale. Le vocabulaire architectural du bâtiment est caractéristique de la production de Gagnon notamment par l'emploi d'arcs en mitre, le plan rectangulaire et la localisation de la façade principale sur un des murs pignons. Par sa simplicité, l'hôtel de ville est représentatif d'un type d'architecture publique.

Source : Ville de Saint-Joseph-de-Beauce, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'hôtel de ville de Saint-Joseph-de-Beauce liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le sous-sol dégagé et le toit à deux versants droits à pente moyenne;
- les matériaux, dont le revêtement de brique rouge et la couverture en tôle à baguettes ainsi que les corniches et le parapet en tôle;
- les ouvertures, disposées symétriquement en façade, dont la porte centrale (à double vantail surmontée d'une imposte à cinq meneaux), la série de sept fenêtres à arc en mitre épousant l'angle du pignon au deuxième niveau de la façade, les fenêtres rectangulaires à carreaux, les baies jumelées et les appuis;
- l'ornementation dépouillée dont le pignon découvert, les corniches surmontant les saillies, les bandeaux de brique polychrome, les pilastres en façade, la bande de brique polychrome soulignant le renfoncement sur les façades de la tour, les arcs de brique à clef et les consoles doubles de la tour;
- la tour à tuyaux hors-oeuvre, de plan carré, intégrant une sirène;
- sa situation en retrait de l'artère principale et son orientation face à la rivière Chaudière.

Haut de la page

Informations historiques

L'hôtel de ville de Saint-Joseph-de-Beauce, d'abord nommé Hôtel Municipal, est le premier de la municipalité. Après l'abolition du régime seigneurial (1854), l'Acte des municipalités et des chemins du Bas-Canada (1855) instaure le régime municipal comme cadre administratif. Le territoire de la paroisse de Saint-Joseph est reconnu comme entité municipale une première fois en 1845. Cependant, il devient officiellement la municipalité de la paroisse de Saint-Joseph le 1er juillet 1855. En 1889, la municipalité de village de Saint-Joseph-de-Beauce est créée et se détache de la municipalité de la paroisse. Toutefois, il faut attendre en 1935 pour que le maire de l'époque, Odilon Cliche (1899-1960) propose la construction d'un hôtel de ville. Cependant, c'est son successeur, Antoine Lacoursière, qui réalise le projet. Auparavant, les séances du conseil municipal se tiennent surtout au palais de justice du village.

L'édifice sert d'hôtel de ville depuis sa construction; au fil des ans, il abrite également plusieurs services communautaires. À l'origine, un poste de pompiers et un atelier de mécanique sont intégrés au bâtiment. En 1989, à l'occasion d'importants travaux de rénovation, ces services sont installés ailleurs pour faire place à la salle des assemblées publiques du conseil municipal. En plus des bureaux municipaux, l'édifice abrite aujourd'hui une salle de théâtre à l'étage et une salle des Chevaliers de Colomb au sous-sol.

La municipalité de village de Saint-Joseph-de-Beauce obtient sa charte de ville en 1965. Son territoire s'est agrandi le 27 janvier 1999 avec la fusion de la municipalité de la paroisse de Saint-Joseph.

L'hôtel de ville de Saint-Joseph-de-Beauce est cité en 2008.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Robert-Cliche

Municipalité :

  • Saint-Joseph-de-Beauce

Adresse :

  • 843, avenue du Palais

Latitude :

  • 46° 18' 27.0"

Longitude :

  • -70° 52' 46.9"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Beauce Paroisse de Saint-Joseph Absent 576
576 A-2

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • POULIN, Gérard. Un siècle de vie municipale à Saint-Joseph-de-Beauce. s.l. 1989. 59 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013