Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Document (Dénombrement du Comté de Montréal fait en 1825 par MM. Louis Guy et Jacques Viger, commissaires nommés à cet effet par Son Excellence Sir Francis N. Burton, Lieutenant-gouverneur du Bas-Canada, C.C.G. en vertu d'un acte du Parlement Provincial de la 5ième année du règne de Sa Majesté George IV - Chapitre septième accompagné de Tables, Calculs et Observations statistiques par M. J. Viger, l'un des commissaires, 1825)

Type :

Patrimoine mobilier (Patrimoine documentaire)

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1825 –  (Production)

Classification :

  • Patrimoine documentaire > Objets de communication > Objet documentaire > Archives

Éléments associés

Personnes associées (2)

Images

Description

La version privée du « Dénombrement du Comté de Montréal fait en 1825 » est une copie d'un document de recensement produit en 1825. Il compte 212 pages, dont une page titre, deux pages détaillant les sommes dues pour la réalisation du dénombrement, 170 pages consacrées au recensement et 38 pages de statistiques. Les pages de recensement foyer par foyer sont regroupées par secteur de l'île de Montréal, et les pages de statistiques par secteur sont insérées entre ces sections. Le document relié en cuir est presque entièrement manuscrit à l'encre; seuls les titres des colonnes des pages de recensement sont imprimés. La version privée du « Dénombrement » comporte quelques annotations au plomb.

Ce bien est classé document patrimonial.

Numéro de l'objet :

  • Cote : P694

Lieu de production :

  • Amérique du Nord > Canada > Montréal

Mention d'édition :

Version privée (5e) de l'auteur

Langue :

  • Français

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Document patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2014-05-08
Prise d'effet : 2013-05-22

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement, 2013-05-16
  • Avis d'intention de classement échu, 2000-12-14
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La version privée du « Dénombrement du Comté de Montréal fait en 1825 » présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Jacques Viger (1787-1858). Lié aux influentes familles Viger, Papineau, Lartigue et Cherrier, Jacques Viger travaille d'abord comme rédacteur au journal Le Canadien. Lors de la guerre de 1812, il s'enrôle dans la milice et est promu capitaine. En 1813, il est nommé inspecteur des grands chemins, rues, ruelles et ponts de Montréal, ce qui en fait le principal fonctionnaire de la ville. Viger est le premier maire de la ville, en fonction de 1833 à 1836. Il occupe par la suite différents postes de commissaire et agit à plusieurs reprises comme directeur de scrutin. Il fait partie du comité d'organisation de l'Association Saint-Jean-Baptiste de Montréal, dont il est élu président en 1856. Il participe également à la fondation de la Société historique de Montréal en 1858. Sa réputation de grande érudition lui vaut d'être consulté sur de nombreux sujets. Il s'intéresse vivement à la société dans laquelle il vit, et ses travaux de mémorialiste sont nombreux. Collectionneur, il rassemble des documents d'archives sur l'histoire du Canada. En 1825, Viger est nommé commissaire du recensement pour le comté de Montréal, un territoire correspondant à l'ensemble de l'île. Les commissaires du dénombrement peuvent se faire aider par des officiers de milice ou des chemins. Viger occupant lui-même ces deux fonctions, il choisit Louis Guy (1768-1850), un notaire ayant comme lui participé à la guerre de 1812 comme major de la milice. Les deux hommes conviennent d'une série de questions à poser et d'observations à noter, en plus des données exigées pour le recensement. Viger remet les quatre copies officielles prévues, mais il prépare un cinquième exemplaire qu'il conserve. Cette version privée, qui résume l'ensemble des données compilées, témoigne de l'intérêt que l'homme porte à la composition de la société montréalaise. Le document rappelle aussi un des mandats de commissaire qu'il a rempli pendant de nombreuses années et qui était directement lié à ses fonctions d'inspecteur des chemins.

La version privée du « Dénombrement » présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son importance documentaire. Le recensement de 1825 est le premier réalisé après la Conquête. La loi ordonnant la tenue du recensement dans tous les comtés du Bas-Canada entre le 20 juin et le 20 septembre 1825 prévoit notamment les douze questions que doivent poser les commissaires ainsi que les amendes prévues pour ceux qui refuseraient d'y répondre. Ces questions concernent le nom du chef de famille, le nombre de personnes par famille et leur distribution selon l'âge, le sexe et le statut marital. Viger et Guy y ajoutent plusieurs questions pour documenter, entre autres, le nombre de maisons habitées, fermées ou en construction, les matériaux de ces bâtiments (bois ou pierre), la religion, le lieu de naissance et l'occupation des habitants, ou encore la fréquentation scolaire. Les autres recensements ne deviendront aussi précis qu'à partir de 1851. Viger rapporte a posteriori avoir essuyé peu de refus de répondre aux questions non autorisées et avoir pu obtenir les renseignements manquants auprès de voisins des récalcitrants. Le document témoigne des méthodes de recensement qui variaient selon les recenseurs choisis pour la période précédant la création du Bureau d'enregistrement et de statistique en 1847. La qualité du travail de Viger pour Montréal est cependant soulignée dès cette époque, et la crédibilité des données recueillies n'a jamais été contestée par la suite. Le document constitue une source unique de renseignements sur les habitants de l'île de Montréal en 1825.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2014.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la version privée du « Dénombrement du Comté de Montréal fait en 1825 » liés à sa valeur historique comprennent, notamment :
- la reliure en cuir;
- les 212 pages au contenu essentiellement manuscrit, à l'exception des titres imprimés des colonnes des pages de recensement;
- le texte principalement écrit à l'encre, et les annotations au crayon de plomb;
- la page titre portant l'inscription : « Dénombrement du Comté de Montréal fait en 1825 par MM. Louis Guy et Jacques Viger, commissaires nommés à cet effet par Son Excellence Sir Francis N. Burton, Lieutenant-gouverneur du Bas-Canada, C.C.G. en vertu d'un acte du Parlement Provincial de la 5ième année du règne de Sa Majesté George IV - Chapitre septième accompagné de Tables, Calculs et Observations statistiques par M. J. Viger, l'un des commissaires, 1825 »;
- les deux pages détaillant les sommes dues pour la réalisation du dénombrement entre le 20 juin et le 20 septembre 1825;
- les 170 pages de données de recensement, foyer par foyer, regroupées par secteurs du comté et correspondant notamment aux paroisses de l'île, aux faubourgs et aux districts de la ville de Montréal;
- les 38 pages de statistiques, groupées par secteurs et insérées avant ou après les pages de recensement correspondantes.

Haut de la page

Informations historiques

La version privée du « Dénombrement du Comté de Montréal fait en 1825 » a été réalisé par Jacques Viger (1787-1858) et Louis Guy (1768-1850). Lié aux influentes familles Viger, Papineau, Lartigue et Cherrier, Jacques Viger travaille d'abord comme rédacteur au journal Le Canadien. Lors de la guerre de 1812, il s'enrôle dans la milice et est promu capitaine. En 1813, il est nommé inspecteur des grands chemins, rues, ruelles et ponts de Montréal, ce qui en fait le principal fonctionnaire de la ville. Viger est le premier maire de la ville de Montréal, en fonction de 1833 à 1836. Il occupe par la suite différents postes de commissaire et est notamment chargé d'enquêter sur les pertes subies pendant les rébellions de 1837 et 1838. Il agit à plusieurs reprises comme directeur de scrutin. Il fait partie du comité d'organisation de l'Association Saint-Jean-Baptiste de Montréal, dont il est élu président en 1856. Il participe également à la fondation de la Société historique de Montréal en 1858.

Sa réputation de grande érudition lui vaut d'être consulté sur de nombreux sujets. Il s'intéresse vivement à la société dans laquelle il vit, et ses travaux de mémorialiste sont nombreux. Collectionneur, Viger rassemble des documents d'archives sur l'histoire du Canada. En contact avec plusieurs artistes, il leur commande des oeuvres pour illustrer ses écrits.

Le 22 mars 1825 est sanctionnée une loi ordonnant la tenue d'un recensement dans tous les comtés du Bas-Canada entre le 20 juin et le 20 septembre de la même année. La loi prévoit la nomination de commissaires et les douze questions du recensement, ainsi que les amendes pour ceux qui refuseraient de répondre. Ces questions concernent le nom du chef de famille, le nombre de personnes par famille et leur distribution selon l'âge, le sexe et le statut marital. Le modèle du tableau que doivent utiliser les recenseurs est fourni. Le commissaire doit remettre quatre copies, soit une destinée au curé de la paroisse ou à l'autorité équivalente, une pour chacune des deux chambres du Parlement, et une quatrième pour les archives.

Jacques Viger est nommé commissaire pour le comté de Montréal, un territoire couvrant toute l'île. Les commissaires peuvent prendre un assistant parmi les officiers de milice ou des chemins. Viger occupant les deux fonctions, il choisit Louis Guy, un notaire ayant participé à la guerre de 1812 comme major de la milice.

Viger et Guy conviennent d'une série de questions à poser et d'observations à noter en plus des données exigées pour le recensement. A posteriori, Viger rapporte avoir essuyé peu de refus de répondre aux questions non autorisées et avoir pu obtenir les renseignements manquants auprès de voisins des récalcitrants.

Viger remet les quatre copies officielles prévues, mais il prépare également un cinquième exemplaire qu'il conserve. Cette version privée est la plus complète. Viger y insère des pages de statistiques, notamment sur le nombre de maisons habitées, fermées ou en construction, les matériaux de ces bâtiments (bois ou pierre), la religion, le lieu de naissance et l'occupation des habitants.

Le manque d'uniformité du recensement d'une région à l'autre est critiqué en chambre. Cependant, la valeur des données recueillies par Viger et Guy sur les 6 875 foyers montréalais est reconnue. La crédibilité de ces données n'a jamais été contestée par la suite. Les questions ajoutées par Viger préfigurent les recensements plus structurés et détaillés qui seront tenus à partir de 1851.

Des copies de la version officielle se trouvent aux Archives nationales du Canada. La version privée du « Dénombrement » est conservée par Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

La version privée du « Dénombrement du Comté de Montréal fait en 1825 » est classée en 2014, en même temps que six autres documents produits par Viger.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Ville-Marie

Adresse :

  • 475, boulevard De Maisonneuve Est

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013