Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site du patrimoine du Moulin-Lavoie

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Saint-Pascal

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (3)

Personnes associées (6)

Images

Carte

Description

Le site du patrimoine du Moulin-Lavoie est un ensemble comprenant un moulin à scie hydraulique bâti vraisemblablement en 1781, une résidence construite en 1870, des dépendances ainsi que le terrain environnant. Le moulin en bois présente un plan rectangulaire à deux étages et demi et il est coiffé d'un toit à deux versants droits. La demeure est composée d'un corps de logis rectangulaire d'un étage et demi et d'un toit à deux versants à larmiers retroussés. Elle est dotée d'une galerie longeant une partie de la façade. Un entrepôt, une porcherie, un cabinet d'aisance ainsi qu'un hangar sont érigés à proximité de la maison. Le site du patrimoine du Moulin-Lavoie est implanté sur un terrain dénivelé partiellement boisé, aménagé entre la voie publique et la rivière Kamouraska, dans la ville de Saint-Pascal.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Saint-Pascal) 2008-04-07
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site du patrimoine du Moulin-Lavoie présente un intérêt pour ses valeurs historique et ethnologique. Le moulin Lavoie est l'un des premiers moulins à scie construits dans la région. Érigé vraisemblablement en 1781 par Louis Deschamps (1738-1808), il est situé en contrebas d'un terrain dénivelé, en bordure de la rivière Kamouraska. Les billots de bois y sont transformés en planches ou en madriers. Le moulin fonctionne grâce à l'énergie hydraulique, la roue à godets étant utilisée pour actionner le mécanisme des équipements qui évoluent au cours des années. La scie à chasse d'origine, située au rez-de-chaussée, est remplacée par une scie circulaire à la fin du XIXe siècle. Le second étage du moulin abrite une carderie utilisant aussi l'énergie de la roue à godets. Une boutique de forge et de menuiserie remplace la carderie au tournant du XXe siècle. L'énergie hydraulique alimente le moulin à scie jusqu'en 1965. Le débit de la rivière n'étant plus suffisant pour faire tourner la roue à godets, celle-ci est alors remplacée par un moteur de camion. Le site du patrimoine du Moulin-Lavoie témoigne donc de l'évolution de la production industrielle dans la région. Le moulin constitue par ailleurs l'un des plus anciens bâtiments subsistant dans la localité.

Le site du patrimoine du Moulin-Lavoie présente également un intérêt pour sa valeur architecturale. Le site témoigne de différentes influences stylistiques ayant marqué l'architecture au Québec depuis la fin du XVIIIe siècle. Le moulin à scie est caractéristique de l'architecture rurale de cette époque par la simplicité de son volume constitué d'un plan rectangulaire, d'une élévation de deux étages et demi et d'un toit à deux versants droits. Son architecture témoigne également de ses fonctions. Ainsi, l'ouverture pratiquée sur la moitié du rez-de-chaussée facilite l'entrée des matériaux jusqu'à la machinerie. Le second étage est percé de plusieurs ouvertures afin d'éclairer la partie qui sert d'atelier. Par ailleurs, l'édifice servant d'entrepôt, probablement érigé au début du XIXe siècle et agrandi par la suite, illustre l'influence de nouvelles formes sur l'architecture des bâtiments secondaires, notamment par son toit à deux versants à larmiers retroussés. Cette nouvelle forme de toit est également visible sur la résidence du maître scieur, construite en 1870. Cette dernière est représentative des habitations de type vernaculaire. L'architecture dite vernaculaire est celle qui est propre à une région. Elle est réalisée à partir des ressources disponibles et perpétue des modes de construction traditionnels. La maison du site du patrimoine du Moulin-Lavoie se rattache à ce type d'habitation par son solage dégagé, son toit à deux versants à larmiers retroussés, la disposition symétrique de ses ouvertures, la galerie couverte en façade, ses lignes simples et son ornementation dépouillée. L'ensemble des bâtiments du site du patrimoine du Moulin-Lavoie rappelle donc l'évolution de l'architecture rurale québécoise.

Source : Ville de Saint-Pascal, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site du patrimoine du Moulin-Lavoie liés à ses valeurs historique, ethnologique et architecturale comprennent, notamment :
- sa localisation sur un terrain dénivelé et partiellement boisé, situé entre la rivière Kamouraska et la voie publique, près d'une chute;
- les caractéristiques du moulin à scie, notamment son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi ainsi que le toit à deux versants droits, les matériaux, dont le parement en planches verticales ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires à battants et à petits carreaux disposées régulièrement, les portes en bois ainsi que la large ouverture du rez-de-chaussée destinée à la circulation des matériaux, l'ornementation sobre, constituée essentiellement des chambranles, la souche de cheminée en brique;
- les caractéristiques de la résidence, notamment son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants à larmiers retroussés et la galerie couverte, les matériaux, dont le parement en planches verticales, la couverture en bardeaux de cèdre ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les ouvertures disposées symétriquement, dont les fenêtres rectangulaires à battants et à grands carreaux, les soupiraux, la lucarne centrale à pignon ainsi que les portes en bois à panneaux, l'ornementation, dont les chambranles, les supports et les aisseliers de la galerie, la souche de cheminée couverte de tôle;
- les caractéristiques des dépendances, notamment leur volume, dont les plans rectangulaires, les élévations d'un étage ou d'un étage et demi ainsi que les toits à deux versants à larmiers retroussés ou en appentis, les matériaux, dont les parements de planches verticales et de bardeaux de cèdre ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois, les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires à battants à grands ou à petits carreaux, les portes en bois à panneaux et les larges portes en bois, l'ornementation simple, constituée essentiellement des chambranles.

Haut de la page

Informations historiques

Le site du patrimoine du Moulin-Lavoie est aménagé sur un terrain situé à proximité d'une chute de la rivière Kamouraska, dans le troisième rang de la seigneurie du même nom. En 1770, Louis Deschamps (1738-1808) s'établit dans cette seigneurie. Il construit vraisemblablement le moulin à scie en 1781. Il s'agit de l'une des premières structures de ce genre sur le territoire de la Côte-du-Sud. À la suite du blocus continental en 1806, l'Angleterre se tourne vers ses colonies afin de s'approvisionner en bois d'oeuvre. Cette conjoncture économique favorise le commerce du bois dans la région et plusieurs moulins sont construits au début du XIXe siècle. En 1808, le moulin à scie est légué aux fils de Louis Deschamps. Alexandre Deschamps (1787-1872), avec des membres de sa famille, en assure le fonctionnement jusqu'au milieu du XIXe siècle. La roue à godets du moulin actionne la scie à chasse et les billots de bois sont transformés en planches ou en madriers. Une ouverture large, pratiquée au rez-de-chaussée, facilite le transport des matériaux jusqu'à la machinerie.

La maison du maître scieur est probablement construite vers 1870 par Wilbrod Ouellet (1846-1886), originaire de Saint-Pascal et mécanicien de métier. Il exploite le moulin à scie jusqu'à son décès. Le pouvoir hydraulique alimente alors le moulin à scie ainsi qu'une carderie située au deuxième étage. À la fin du XIXe siècle, le moulin à scie et à carder passe aux mains du cultivateur Philippe Richard, puis est acquis par Napoléon Laflamme. À cette époque, une boutique de forge et de menuiserie succède à la carderie et la scie à chasse du moulin est remplacée par une scie circulaire. L'étage supérieur, éclairé par plusieurs ouvertures situées du côté sud, devient un atelier. En 1908, la maison, les dépendances et le moulin à scie sont vendus à Adélard Lavoie (1880-1967), originaire de Mont-Carmel. Le moulin fonctionne grâce à l'énergie hydraulique jusqu'en 1965. Louis-Philippe Lavoie, industriel de Saint-Pascal, hérite de la propriété après le décès de son père. Le débit de la rivière n'étant plus suffisant pour alimenter les équipements, la roue du moulin est remplacée par un moteur de camion. La famille Lavoie utilise le moulin jusqu'au début des années 1990. En 2003, la Ville de Saint-Pascal acquiert l'ensemble des bâtiments afin de les restaurer et de les mettre en valeur. En 2007, la Ville cède la propriété à Collectivités Écologiques Bas-Saint-Laurent avec l'obligation de conserver le caractère patrimonial des lieux.

Le site du patrimoine du Moulin-Lavoie est constitué en 2008. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Kamouraska

Municipalité :

  • Saint-Pascal

Adresse :

  • route 230 Ouest

Latitude :

  • 47° 30' 45.9"

Longitude :

  • -69° 49' 54.1"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Kamouraska Paroisse de Saint-Pascal Absent 205 ptie
208

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • s.a. Saint-Pascal se raconte, 1827-1977. Saint-Pascal, Comité directeur des fêtes du 150e, 1977. 213 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013