Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Académie d'Inverness

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Centre-du-Québec

Municipalité :

  • Inverness

Date :

  • 1889 (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Écoles primaires et secondaires)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Voir la liste

Images

Carte

Description

L'académie d'Inverness est un édifice scolaire d'inspiration néo-italienne construit en 1889. Le bâtiment en brique rouge de plan rectangulaire, à deux étages, est coiffé d'un toit en pavillon. Sa façade comporte un avant-corps central précédé d'un porche en bois et surmonté d'un clocheton. L'académie d'Inverness est située sur un terrain paysager planté d'arbres matures, en bordure du chemin Gosford Sud, dans la municipalité d'Inverness.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure de l'immeuble.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Inverness) 2007-06-05
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'académie d'Inverness présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Elle constitue un témoin privilégié du réseau scolaire anglophone établi dans les Cantons-de-l'Est au XIXe siècle. À l'époque, sa population comprend beaucoup de colons venus de la Nouvelle-Angleterre et des îles Britanniques. Ceux-ci attachent une grande importance à l'éducation. La population anglophone des Cantons-de-l'Est instaure donc un réseau qui comporte des écoles primaires, des académies et même une université. Ils profitent de la législation scolaire du Bas-Canada, dont la Loi sur l'instruction royale pour l'avancement des sciences (1801) et la Loi des écoles de syndics (1829). La région se distingue par un taux de fréquentation scolaire plus élevé que le reste de l'actuel territoire du Québec au XIXe siècle. Au village d'Inverness, la première académie est construite vers le milieu des années 1850. Rapidement, le petit bâtiment en bois n'est plus suffisant pour accueillir tous les élèves. En 1887, la commission scolaire fait l'achat d'un terrain en bordure du chemin Gosford en vue d'y implanter une nouvelle académie. Le bâtiment est construit en 1889. Il accueille dans ses trois salles de classe des élèves de la première à la 11e année. La communauté anglophone locale étant de moins en moins nombreuse au XXe siècle, l'académie ferme finalement ses portes en 1966. L'académie d'Inverness évoque la grande place occupée par l'enseignement dans les communautés anglophones du sud du Québec au XIXe siècle.

L'académie d'Inverness présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Conçue en 1889 selon les plans des architectes T. et J. A. McKenzie, elle témoigne de la popularité de l'architecture d'inspiration néo-italienne au XIXe siècle. Le style néo-italien est une interprétation par les architectes anglais, puis nord-américains, de l'architecture italienne de la Renaissance. Au Québec, il est associé à l'architecture de l'époque victorienne et connaît une certaine popularité dans le dernier quart du XIXe siècle. L'académie d'Inverness illustre ce courant par son corps de bâtiment presque cubique de deux étages, son toit en pavillon à larges avant-toits ornés de modillons jumelés, son avant-corps central en façade précédé d'un élégant porche, son clocheton de plan carré et la disposition symétrique des ouvertures à arc surbaissé. Le clocheton marque la fonction scolaire du bâtiment, de même que les nombreuses ouvertures qui font bénéficier les élèves d'un maximum de lumière dans les classes. Demeurée pratiquement intacte depuis sa construction, l'académie est une composante majeure du patrimoine architectural d'Inverness.

Source : Municipalité d'Inverness, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'académie d'Inverness liés à ses valeurs historique et artistique comprennent, notamment :
- sa situation dans le noyau villageois d'Inverness, en bordure du chemin Gosford;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit en pavillon à larges avant-toits, l'avant-corps central terminé par un pignon et le clocheton surmontant l'avant-corps (base rectangulaire surmontée d'une seconde base carrée, chambre des cloches carrée avec abat-sons jumelés, toit en pavillon tronqué aux versants garnis d'un pignon orné d'un trèfle);
- ses matériaux, dont le soubassement en moellon, la maçonnerie en brique rouge, la couverture de tôle ainsi que celle du porche en façade, du porche sur le mur latéral nord et du clocheton, les ouvertures et les ornements en bois;
- ses ouvertures nombreuses et disposées de manière symétrique, dont la porte étroite (vitrée à panneaux flanquée de baies latérales et surmontée d'une imposte vitrée) de l'avant-corps protégée, la porte du mur latéral nord protégée par un porche (à quatre poteaux supportant un toit en appentis), les deux portes de la façade arrière, l'entrée de la cave sur le mur latéral nord couverte d'un toit à deux versants droits, les fenêtres à guillotine à arc surbaissé ornées de petit-bois (jumelées sur l'avant-corps) ainsi que les chambranles et les appuis;
- ses ornements, dont les modillons jumelés des avant-toits, les retours de corniche sur le pignon de l'avant-corps et les aisseliers du porche;
- le porche en bois précédant l'entrée principale en façade, couvert par un avant-toit percé d'un pignon et soutenu par six piliers;
- le millésime de la construction sur le pignon de l'avant-corps.

Haut de la page

Informations historiques

L'académie d'Inverness est construite en 1889 dans le village du même nom, afin de servir d'école primaire et secondaire aux élèves anglophones du canton. Celui-ci se développe à partir de 1829, lorsqu'un groupe d'immigrants écossais de l'île d'Arran s'y installe. Au XIXe siècle, la population des Cantons-de-l'Est comprend beaucoup de colons venus de la Nouvelle-Angleterre et des îles Britanniques. Ceux-ci attachent une grande importance à l'éducation. La population anglophone des Cantons-de-l'Est instaure donc un réseau qui comporte des écoles primaires, des académies et même une université. Ils profitent de la législation scolaire du Bas-Canada, dont la Loi sur l'instruction royale pour l'avancement des sciences (1801) et la Loi des écoles de syndics (1829). La région se distingue par un taux de fréquentation scolaire plus élevé que le reste de l'actuel territoire du Québec au XIXe siècle.

La première académie à Inverness est un petit bâtiment en bois situé au village et construit vers le milieu des années 1850. Rapidement, l'espace n'est plus suffisant pour accueillir tous les élèves. En 1887, la commission scolaire fait l'achat d'un terrain en bordure du chemin Gosford en vue d'y construire une nouvelle académie. Le bâtiment est conçu selon les plans des architectes T. et J. A. McKenzie, et s'inspire de l'architecture néo-italienne.

L'académie accueille dans ses trois salles de classe des élèves de la première à la 11e année. Les élèves viennent parfois de loin, puisque les écoles de rang ne donnent les cours que jusqu'à la 7e année. Au début des années 1940, lorsque les écoles de rang protestantes de la région ferment, l'académie devient la seule école anglophone dans le canton d'Inverness. La communauté anglophone locale est de moins en moins nombreuse au XXe siècle. Seulement 35 élèves fréquentent l'académie en 1956, soit environ la moitié du nombre d'élèves inscrits à son ouverture. L'académie d'Inverness ferme ses portes en 1966.

L'édifice accueille ensuite une loge des Orangistes à l'étage supérieur et la bibliothèque municipale au rez-de-chaussée. Il est vendu à un particulier et devient une résidence privée. Une importante restauration est entreprise par le propriétaire en 2006.

L'académie d'Inverness est citée en 2007.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Centre-du-Québec

MRC :

  • L'Érable

Municipalité :

  • Inverness

Adresse :

  • 330, chemin Gosford Sud

Latitude :

  • 46° 15' 32.8"

Longitude :

  • -71° 31' 22.3"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Arthabaska Canton d' Inverness Absent 387-P, rang 6

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • ARCHAMBAULT, Lison. Inverness, Québec, Canada. Inverness, Corporation touristique d'Inverness, 1987. 160 p.
  • KESTEMAN, Jean-Pierre, Diane SAINT-PIERRE et Peter SOUTHAM. Histoire des Cantons de l'Est. Les Régions du Québec, 10. Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1998. 829 p.
  • RAWLINGS, Gwen. The Pioneers of Inverness Township, Quebec. An Historical and Genealogical Story, 1800-1978. s.l. Boston Mills Press, 1979. 142 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013