Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Domaine Breen

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Breen

Région administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

Municipalité :

  • Saint-Bruno-de-Guigues

Date :

  • 1906 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Villas et maisons bourgeoises (domaine))

Éléments associés

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

Le site du patrimoine du domaine Breen est un ensemble résidentiel comprenant une maison bourgeoise, ses dépendances ainsi que des jardins. Construite en 1906, la résidence en bois, de plan carré à deux étages, est coiffée d'un toit en fausse mansarde. La façade comporte un portail central surmonté d'un balcon. Une galerie ceinture la maison sur deux côtés, et un appentis est adossé à l'arrière. Deux dépendances en bois font aussi partie du site. Des sentiers en pierre invitent à voir l'aménagement paysager constitué de jardins floraux et d'arbres matures. Le domaine Breen est situé au coeur du noyau villageois de la municipalité de Saint-Bruno-de-Guigues.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique au terrain et à l'enveloppe extérieure des bâtiments qui s'y élèvent.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Saint-Bruno-de-Guigues) 2006-10-02
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site du patrimoine du domaine Breen présente un intérêt pour sa valeur architecturale. La résidence constitue un exemple de maison bourgeoise du tournant du XXe siècle. Louis Caron père (1848-1917), un architecte réputé, en réalise les plans. Construite en 1906, elle intègre des éléments associés à plusieurs courants architecturaux en vogue au tournant du XXe siècle. D'une part, son toit en fausse mansarde traduit l'influence du style Second Empire. Ce style d'origine française est très prisé au Québec dans le dernier quart du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Il plaît autant dans l'architecture publique que résidentielle. Son élégance et le prestige qu'il confère sont appréciés. D'autre part, la résidence comporte plusieurs éléments d'influence néoclassique, tels que le portail d'entrée, les corniches à consoles et à denticules ainsi que les ouvertures cintrées avec verre coloré. Le bâtiment figure parmi les plus imposantes et les plus anciennes demeures du village et de la région. Par son architecture élaborée, la maison du domaine Breen illustre le statut social de son propriétaire constructeur.

Le site présente également un intérêt pour sa valeur historique reposant sur son association avec la famille Breen. Originaire d'Angleterre, Thomas Breen (1881-1954) est envoyé au Canada à l'âge de 12 ans. Orphelin, il est adopté par Eugène Talbot et Célina Prince de Saint-Eusèbe-de-Stanfold, aujourd'hui compris dans Princeville. Forgeron, Thomas Breen arrive dans le canton Guigues en 1905, une époque de grand développement économique au Témiscamingue. Breen devient un homme d'affaires respecté, comme commerçant, manufacturier, industriel, armateur et exploitant forestier. Il fait construire une résidence qu'il voulait belle et spacieuse pour lui-même et sa future épouse afin d'y fonder une famille. Thomas Breen se marie avec Eugénie Talbot le 16 janvier 1908 à Princeville; le couple emménage ensuite à Guigues. Leur fille Éva, dernière occupante de la maison familiale, entretient les jardins. Elle dirige la centrale téléphonique du village durant 17 ans et loge ses employées dans la demeure. À la suite de sa mort survenue en 2003, la municipalité acquiert la propriété. La résidence est donc habitée par la même famille pendant près de cent ans, une famille pionnière de bâtisseurs du Témiscamingue. Le centre d'interprétation historique qu'elle abrite maintenant relate notamment la vie bourgeoise du début du XXe siècle à travers l'histoire de la famille Breen.

Le site présente en outre un intérêt pour sa valeur paysagère. Le domaine comprend un ensemble de jardins floraux et d'arbres matures, dont plusieurs chênes centenaires, symbole de force, de stabilité, de sécurité et de protection. Les anciens jardins, composés d'une grande variété de fleurs, de plantes et d'arbres fruitiers, attirent plusieurs espèces d'oiseaux. Les aménagements paysagers du domaine Breen constituent une part importante de l'héritage de la famille Breen.

Source : Municipalité de Saint-Bruno-de-Guigues, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la résidence du domaine Breen liés à ses valeurs architecturale, historique et paysagère comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan carré, l'élévation de deux étages et le toit en fausse mansarde;
- ses matériaux, dont le parement en planche à clins, la couverture de tôle en plaques embossées, le bois des ouvertures et des ornements, le solage en pierre et en ciment;
- les ouvertures, dont les fenêtres en arc cintré, les fenêtres à battants et de verres colorés géométriques, la fenêtre en saillie, la porte en bois vitrée à double vantail et surmontée d'une imposte vitrée (inscrite dans un portail néoclassique), les portes en bois vitrées surmontées d'une imposte ainsi que les chambranles, la baie en saillie avec fenêtres à battants;
- les ornements, dont les corniches à consoles et à denticules, les planches cornières, le garde-corps de la galerie et du balcon avec ses motifs de gland et ses balustres tournés;
- la galerie ceinturant la maison sur deux côtés;
- l'annexe, dont le plan rectangulaire à un étage et le toit en appentis;
- les jardins, composés de plusieurs variétés de fleurs, de plantes et d'arbres fruitiers;
- les grands chênes centenaires;
- les sentiers en pierre contournant la maison et traversant le jardin floral.

Haut de la page

Informations historiques

Le site du patrimoine du domaine Breen est composé d'une résidence, de ses dépendances et de ses jardins.

Thomas Breen (1881-1954) naît à Liverpool, en Angleterre. Orphelin, il est envoyé au Canada à l'âge de 12 ans. Il arrive à Acton Vale, où personne ne l'attend. Le chef de gare Aurèle Talbot prend le garçon en pitié et l'envoie chez ses parents Eugène Talbot et Célina Prince. Ceux-ci habitent le village de Saint-Eusèbe-de-Stanfold, aujourd'hui compris dans Princeville. Breen grandit chez sa famille d'accueil et exerce plus tard le métier de forgeron.

Breen arrive au canton Guigues en 1905, une époque de grand développement économique au Témiscamingue. Il devient un homme d'affaires respecté, comme commerçant, manufacturier, industriel, armateur et exploitant forestier. Thomas Breen fait construire une belle et spacieuse résidence pour lui-même et sa future épouse afin d'y fonder une famille. Il se marie avec Eugénie Talbot le 16 janvier 1908 à Princeville; le couple emménage ensuite à Guigues. Eugénie Talbot est la fille de ses parents adoptifs.

Breen fait appel à l'architecte réputé Louis Caron père (1848-1917). Celui-ci conçoit plusieurs édifices de la région d'Arthabaska, dont la résidence de sir Wilfrid Laurier. La maison de Breen est une villa bourgeoise richement ornée. Le bâtiment intègre des éléments associés à plusieurs styles architecturaux en vogue au tournant du XXe siècle. La toiture est inspirée du style Second Empire, alors que plusieurs ornements sont puisés dans l'architecture néoclassique.

La fille de Thomas et d'Eugénie, Éva (morte en 2003), est responsable de la centrale téléphonique du village durant 17 ans. Ses employées sont logées dans sa maison, où se trouve la centrale téléphonique. Elle habite la résidence jusqu'à son décès. La municipalité de Saint-Bruno-de-Guigues acquiert alors le domaine afin d'y ouvrir un centre d'interprétation historique. Le centre aborde le thème de la vie bourgeoise du début du XXe siècle par le biais de l'histoire de la famille Breen. Il présente aussi des expositions sur l'histoire du village. De nombreux documents et meubles anciens, conservés au fil des ans par la famille Breen, sont exposés. Autour de la résidence, les jardins comprennent des panneaux qui renseignent les visiteurs sur les variétés de fleurs, de plantes et d'arbres fruitiers qui s'y trouvent.

Le site du patrimoine du domaine Breen est constitué en 2006. Il est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

MRC :

  • Témiscamingue

Municipalité :

  • Saint-Bruno-de-Guigues

Adresse :

  • 24, rue Principale Nord

Localisation informelle :

Situé sur la rue Principale Nord entre les rues Monseigneur-Moreau et Mouttet Nord

Latitude :

  • 47° 27' 52.6"

Longitude :

  • -79° 26' 18.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 336 357

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • s.a. Regarde, j'ai tant à te dire... Municipalité de Saint-Bruno-de-Guigues 1897-1997. Saint-Bruno-de-Guigues, Comité du centenaire de Saint-Bruno-de-Guigues, 1997. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013