Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site du patrimoine de New Richmond

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Gaspésie--Îles-de-la-Madeleine

Municipalité :

  • New Richmond

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (8)

Images

Carte

Description

Le site du patrimoine de New Richmond est un ensemble bâti aménagé à partir de la fin du XIXe siècle. Il comprend sept bâtiments construits entre 1865 et 2004, soit une église, un presbytère, une salle paroissiale, un couvent, une salle de spectacle, un centre communautaire et une résidence pour personnes retraitées. Le site inclut également un monument religieux ainsi qu'un cimetière, un charnier et un calvaire. L'église, érigée de 1865 à 1870, présente une nef rectangulaire prolongée par un choeur en saillie et terminée par une abside à pans coupés ceinturée d'une sacristie. Sa façade est dotée d'une tour-clocher centrale demi-hors-oeuvre. Son revêtement de brique actuel est le fruit d'importants travaux réalisés en 1933. Les autres bâtiments construits entre 1925 et 2004 présentent pour la plupart un plan rectangulaire et une élévation d'un étage et demi à trois étages. Ils sont surmontés par des toitures à deux versants droits ou à larmiers retroussés. Le périmètre du site, de forme irrégulière, est délimité au nord par le boulevard Perron Ouest, à l'est et à l'ouest par des terrains privés, et au sud par les eaux de la baie des Chaleurs. Le site du patrimoine de New Richmond est aménagé sur un terrain plat et dégagé, à proximité de l'embouchure de la Petite rivière Cascapédia, au coeur de la ville de New Richmond.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique aux terrains de même qu'à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux structures qui s'y élèvent.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (New Richmond) 2006-11-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site du patrimoine de New Richmond présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Il témoigne de l'importance du secteur de New Richmond Centre comme noyau institutionnel à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Ce secteur est une des plus vieilles agglomérations de la municipalité. Dès le début du XIXe siècle, une chapelle catholique en bois est implantée en bordure de la Petite rivière Cascapédia; elle dessert les francophones de la région. En 1860, l'évêque de Québec érige canoniquement la paroisse des Saints-Anges-Gardiens-de-Cascapédia, en même temps que treize autres paroisses situées en Gaspésie. Celle-ci est renommée ultérieurement Notre-Dame-des-Saints-Anges. À cette époque, l'accroissement important de la population catholique demande un nouveau lieu de culte. Érigé sur son site actuel de 1865 à 1870, il favorise le développement d'un noyau villageois à proximité. À nouveau, au début des années 1930, l'église ne répond plus aux besoins de la population toujours grandissante. En 1933, d'importants travaux de rénovation et d'agrandissement sont donc réalisés sous la direction de l'architecte Pierre Lévesque (1880-1955). Vers 1938, une salle paroissiale est construite à proximité de l'église; elle remplace la salle précédente édifiée neuf ans plus tôt. Elle est utilisée pour la projection de films pendant de nombreuses années avant d'être transformée en commerce. En 1956, sur le même site, un nouveau couvent remplace l'ancien datant aux alentours de 1925. À la suite de la fermeture du couvent en 1974, la ville de New Richmond acquiert l'édifice. Elle y installe ses bureaux administratifs et la bibliothèque. Le changement de vocation maintient ainsi la fonction publique de l'immeuble. Cette transformation est typique des nouveaux usages auxquels sont fréquemment soumis les bâtiments religieux ou scolaires. L'aménagement d'un centre communautaire en 1975, la construction d'une salle de spectacle en 1991 et l'édification d'une maison de retraite en 2004, à proximité de l'ensemble, confirment la fonction publique du secteur qui demeure aujourd'hui le coeur de la ville.

Le site présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Les bâtiments qui le composent témoignent de modèles privilégiés dans la construction d'édifices institutionnels entre le milieu du XIXe siècle et le milieu du siècle suivant. L'église est considérablement transformée en 1933. Elle représente bien les lieux de culte de la seconde moitié du XIXe siècle caractéristiques des petites municipalités. Sa tour-clocher centrale demi-hors-oeuvre, l'organisation symétrique de sa façade et ses ouvertures cintrées en témoignent notamment. Par ailleurs, elle constitue l'une des plus anciennes églises catholiques de la Gaspésie. Pour sa part, l'ancien couvent est typique de l'architecture scolaire du milieu du XXe siècle par son plan simple, son ornementation dépouillée et sa fenestration abondante. Enfin, l'ancienne salle paroissiale rappelle l'architecture religieuse de la fin des années 1930. Entre autres, son plan rectangulaire complété d'une annexe arrière évoque les choeurs en saillie de certains lieux de culte. La toiture à deux versants droits à pente aiguë, le porche en façade, l'ornementation sobre et son ouverture en arc en mitre sont également des caractéristiques courantes dans l'architecture religieuse de l'époque. Le site du patrimoine de New Richmond témoigne donc de l'évolution des modèles architecturaux dans l'architecture institutionnelle québécoise.

Source : Ville de New Richmond, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site du patrimoine de New Richmond liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- la présence d'une église, d'un presbytère, d'un monument religieux, d'un cimetière incluant un charnier et un calvaire, d'une ancienne salle paroissiale, d'un ancien couvent, d'un centre communautaire, d'une salle de spectacle et d'une maison de retraite;
- sa situation à proximité de la baie des Chaleurs, au coeur de la ville;
- les volumes, dont la nef rectangulaire prolongée par un choeur en saillie et terminée par une abside à pans coupés ceinturée d'une sacristie, les plans rectangulaires ou irréguliers, les élévations d'un étage et demi à trois étages, les toits de formes variées (à deux versants droits ou à larmiers retroussés), les annexes arrière ou latérale, les galeries couvertes, les porches, la tour-clocher demi-hors-oeuvre et le lanternon;
- les matériaux, dont les parements en brique ou en pierre des champs, la couverture en tôle à la canadienne, ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en métal ou en bois;
- les ouvertures, dont les fenêtres cintrées à petits carreaux, les oculus, la fenêtre en arc en mitre, les fenêtres rectangulaires à auvent, la disposition jumelée ou en bandeaux de certaines fenêtres, les portes (certaines à double vantail ou à imposte cintrée) et les appuis;
- l'ornementation, dont les corniches, les débords de toits et leurs éléments menuisés, le fronton, les consoles, les supports et les garde-corps.

Haut de la page

Informations historiques

Le site du patrimoine de New Richmond forme le noyau institutionnel de New Richmond. Le peuplement du territoire de cette ville, anciennement nommée Cascapédia, remonte à 1697; c'est l'année où la seigneurie de Bonaventure est concédée. À compter de 1756, plusieurs Acadiens, victimes du Grand Dérangement, s'installent à l'embouchure de la rivière Cascapédia. Ils sont suivis, après la Conquête, par des Écossais et des Irlandais, puis par des Loyalistes qui s'établissent dans le secteur en 1784.

À la fin du XVIIIe siècle, la population de New Richmond est surtout anglophone et d'origine écossaise. Au cours du siècle suivant, de plus en plus de Canadiens français s'installent à New Richmond. Ils cohabitent avec les résidents d'origine britannique qui comptent toujours pour 60 pour cent de la population de la localité en 1871.

La population de New Richmond s'est regroupée en différentes agglomérations au fil des ans. Le secteur de New Richmond Centre, où se trouve le site du patrimoine, est une des plus vieilles agglomérations de la ville. Dès le début du XIXe siècle, une chapelle catholique en bois y est construite afin de desservir les francophones de la région. En 1860, l'évêque de Québec érige canoniquement la paroisse des Saints-Anges-Gardiens-de-Cascapédia, en même temps que treize autres paroisses situées en Gaspésie. Celle-ci est renommée ultérieurement Notre-Dame-des-Saints-Anges. À cette époque, l'accroissement important de la population rend nécessaire l'érection d'un nouveau lieu de culte. Implanté sur son site actuel de 1865 à 1870, il favorise le développement d'un noyau villageois à proximité. En 1918, un presbytère est bâti, suivi du couvent Sainte-Thérèse vers 1925. À l'occasion de la restauration du cimetière, un calvaire y est élevé en 1927.

À nouveau, au début des années 1930, l'église paroissiale ne répond plus aux besoins de la population toujours grandissante. En 1933, d'importants travaux de rénovation et d'agrandissement sont donc réalisés sous la direction de l'architecte Pierre Lévesque (1880-1955). Ainsi, de nouvelles fondations en ciment sont coulées; un choeur et une sacristie sont ajoutés, l'intérieur est entièrement rénové et un parement extérieur en brique est appliqué. Vers 1938, une salle paroissiale est construite à proximité du lieu de culte en remplacement de la précédente édifiée neuf ans plus tôt. Elle est utilisée pour la projection de films pendant de nombreuses années avant d'être transformée en commerce. En 1956, un nouveau couvent fait place à l'ancien datant aux environs de 1925.

En 1966, la population du secteur de New Richmond Centre est essentiellement francophone. Constituant une municipalité de canton depuis 1855, New Richmond obtient le statut de ville en 1969.

À la suite de la fermeture du couvent en 1974, la ville de New Richmond acquiert l'édifice pour y installer ses bureaux administratifs, ainsi que la bibliothèque. Des bâtiments situés derrière l'immeuble sont déménagés, sauf l'un d'eux, datant probablement de la fin des années 1960. Celui-ci est conservé et transformé en centre communautaire. Au début des années 1990, d'importants changements sont apportés au site : le premier presbytère est déménagé pour faire place au presbytère actuel; une annexe est ajoutée au centre communautaire et une salle de spectacle à vocation régionale est construite à l'arrière de l'hôtel de ville. En 2004, une résidence pour personnes retraitées est édifiée derrière la maison curiale.

Le site du patrimoine de New Richmond est constitué en 2006. Il est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Gaspésie--Îles-de-la-Madeleine

MRC :

  • Bonaventure

Municipalité :

  • New Richmond

Adresse :

  • rue de Dartmouth

Latitude :

  • 48° 9' 43.0"

Longitude :

  • -65° 51' 36.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Bonaventure No 1 Canton de New Richmond Absent 86-5-1
87-1
87-2
89
90
91-1
97-1
98-1
981

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • GIRARD, Magella et Alflatt MALCOLM. Les églises du diocèse de Gaspé. Rimouski, 1979. 198 p.
  • HÉBERT, Yves. New Richmond, une histoire d'entente et de cordialité. Québec, Éditions GID, 2005. 255 p.
  • JOBIN, Jean-Marie. Histoire de New Richmond: hommage à la population. New Richmond, Ville de New Richmond, 1996. 300 p.
  • s.a. Le centenaire de la paroisse de New Richmond. New Richmond, s.d. 171 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013