Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison J.-Oswald-Forest

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Payette

Région administrative :

  • Lanaudière

Municipalité :

  • Saint-Roch-de-l'Achigan

Date :

  • 1910 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

La maison J.-Oswald-Forest est une résidence bourgeoise construite en 1910. D'une architecture éclectique, le bâtiment en brique rouge, de plan rectangulaire et à deux étages, est coiffé d'un toit presque plat masqué derrière une épaisse corniche. La façade est flanquée, à son extrémité est, d'une tour d'angle circulaire coiffée d'un toit conique surmonté d'une flèche ouvragée. Une galerie couverte qui épouse la forme de la tour est aménagée sur la façade et en partie sur le mur latéral est au rez-de-chaussée. Une annexe rectangulaire en bois, à un étage et coiffée d'un toit plat, est disposée perpendiculairement au mur arrière. La maison J.-Oswald-Forest est située en bordure de la rue Principale, dans le noyau villageois de la municipalité de Saint-Roch-de-l'Achigan.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Roch-de-l'Achigan) 2003-04-07
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison J.-Oswald-Forest présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Cette résidence bourgeoise richement ornée construite en 1910 est un bel exemple d'architecture éclectique. En effet, ses composantes sont inspirées de divers courants en vogue au tournant du XXe siècle. La maison présente un volume cubique, caractérisé par un toit presque plat masqué par une corniche; le haut de ses murs est orné de bandeaux décoratifs en brique et sa façade est couronnée d'un fronton. Ces éléments rappellent l'architecture de type « Boomtown ». Cette architecture industrielle de la première moitié du XXe siècle est caractéristique des villes connaissant un essor économique rapide, comme Saint-Roch-de-l'Achigan à l'époque. Elle comporte aussi plusieurs éléments associés à l'architecture néo-Queen Anne. À titre d'exemple, la tour d'angle circulaire, la galerie, la saillie sur le mur latéral est et son oriel ainsi que les ouvertures à arc surbaissé sont liés à ce courant. Par ailleurs, les lucarnes pendantes en oeil-de-boeuf et le toit conique prolongé par une flèche de la tour d'angle, les acrotères d'angle coiffés d'un toit à l'impériale ainsi que les piliers de la galerie illustrent la liberté formelle et la richesse ornementale propres à l'éclectisme. La maison J.-Oswald-Forest, comme plusieurs résidences bourgeoises du tournant du XXe siècle, comporte des dimensions spacieuses ainsi qu'une ornementation riche et diversifiée afin de représenter le statut social élevé du propriétaire.

La maison J.-Oswald-Forest présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. La demeure témoigne d'une période importante de l'histoire économique de Saint-Roch-de-l'Achigan, par son association avec le prospère entrepreneur J.-Oswald Forest (1875-1929). Durant les dernières décennies du XIXe siècle et au début du siècle suivant, la culture et le commerce du tabac constituent une activité lucrative dans la région de Lanaudière. Vers les années 1900, la production massive de tabac nécessite la construction d'une manufacture. Elle est fondée par J.-Oswald Forest sous la raison sociale « J.-O. Forest et Cie ». L'annexe de sa résidence située sur la rue Principale sert de bureau et constitue le siège social de la compagnie. En 1924, Roméo Saint-Germain succède à Forest à la tête de l'entreprise. Il devient propriétaire de la résidence en 1932. Jusque dans les années 1990, la maison demeure étroitement liée aux activités de la compagnie. La maison J.-Oswald-Forest, ainsi que quelques autres résidences cossues du village, rappelle le développement d'une bourgeoisie d'affaires à Saint-Roch-de-l'Achigan au début du XXe siècle.

Source : Municipalité de Saint-Roch-de-l'Achigan, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison J.-Oswald-Forest liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit presque plat ainsi que la tour d'angle dotée de lucarnes pendantes en oeil-de-boeuf et coiffée d'un toit conique;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en brique rouge, le bois des ornements et des ouvertures, le parement en planche à clins du mur arrière ainsi que la tôle de la toiture;
- ses ouvertures en arc surbaissé, dont la porte (vitrée surmontée d'une imposte vitrée) au centre de la façade, la porte (vitrée et à panneaux surmontée d'une imposte) sur le mur latéral est, les fenêtres à guillotine (surmontées d'une imposte vitrée), celles de la tour d'angle, légèrement bombées, l'oriel du mur latéral est au rez-de-chaussée;
- ses ornements, dont les appuis en pierre et les arcs en brique au-dessus des ouvertures, les bandeaux décoratifs en brique dans le haut des murs, les chapiteaux ioniques des piliers de la galerie, le petit fronton (portant le millésime de construction et surmonté d'un mât) en façade, les acrotères d'angle (coiffés d'un toit à l'impériale), la flèche ornée (couronnée d'un fleuron et d'une girouette) sur le toit de la tour d'angle, l'épaisse corniche à denticules du toit, la corniche ornementée de la galerie et de l'oriel ainsi que la corniche (interrompue de clefs de voûte couronnées d'épis) de la tour d'angle;
- l'annexe rectangulaire, en bois, à un étage coiffée d'un toit plat et disposée perpendiculairement au mur arrière;- la situation de la maison en bordure de la rue Principale, dans le noyau villageois de la municipalité de Saint-Roch-de-l'Achigan.

Haut de la page

Informations historiques

La maison J.-Oswald-Forest est construite en 1910 à Saint-Roch-de-l'Achigan, pour le prospère entrepreneur J.-Oswald Forest (1875-1929). Forest est le propriétaire et fondateur de la manufacture de tabac « J.-O. Forest et Cie ». La culture et le commerce du tabac constituent une activité lucrative dans la région de Lanaudière à la fin du XIXe siècle et au début du siècle suivant. La résidence cossue possède une annexe servant de bureau où se situe le siège social de la compagnie.

Comme plusieurs résidences victoriennes, la maison J.-Oswald-Forest amalgame divers styles architecturaux et ornements afin de représenter le statut social élevé du propriétaire. Son architecture éclectique s'inspire des courants en vogue au tournant du XXe siècle, dont le style néo-Queen Anne et l'architecture industrielle de type « Boomtown ».

En 1924, Roméo Saint-Germain succède à Forest à la tête de l'entreprise. Il devient propriétaire de la résidence en 1932, lorsque celle-ci est vendue par la veuve de J.-Oswald Forest. La demeure appartient à la famille Saint-Germain jusque dans les années 1990, et reste étroitement liée aux activités de la compagnie. Son architecture extérieure est particulièrement bien conservée.

La maison J.-Oswald-Forest est citée en 2003.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Lanaudière

MRC :

  • Montcalm

Municipalité :

  • Saint-Roch-de-l'Achigan

Adresse :

  • 1235, rue Principale

Latitude :

  • 45° 51' 19.9"

Longitude :

  • -73° 35' 36.1"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 572 858

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • THUOT, Jean-René. Parcours de bâtisseurs à Saint-Roch-de-l'Achigan. Les lieux de mémoire revisités. Montréal, Société de recherche historique archiv-histo, 2006. 416 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013