Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Centrale hydroélectrique de Drummondville

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Barrage hydroélectrique du 25, rue du Pont

Région administrative :

  • Centre-du-Québec

Municipalité :

  • Drummondville

Date :

  • 1918 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Installations électriques)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

La centrale hydroélectrique de Drummondville est un complexe de production d'énergie bâti en 1918. L'ensemble comprend une centrale hydroélectrique aménagée directement au-dessus d'un barrage. La centrale est un bâtiment en béton, de plan en « L » et à toit plat. Cet ensemble est construit sur la rivière Saint-François. Il se situe à l'intérieur d'un vaste site paysager localisé en contrebas du centre-ville de la municipalité de Drummondville.

Ce bien est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Drummondville) 2005-11-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La centrale hydroélectrique de Drummondville présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique comme témoin de l'histoire de l'électricité au Québec. L'ensemble, qui comprend un barrage et une centrale hydroélectrique, est mis en service en 1918 par la Southern Canada Power Co. Il témoigne de l'importante contribution de cette compagnie au développement d'un réseau de distribution de l'électricité dans le sud du Québec. Dès 1914, la Southern Canada Power Co acquiert la centrale et le réseau municipal d'électricité de Drummondville. En 1917, elle prend le contrôle d'un ensemble de compagnies dont certaines sont établies dans la région depuis la fin du XIXe siècle. En 1920, elle possède ou exploite une douzaine de compagnies actives en Estrie. La création d'un réseau de distribution de l'électricité intégré par la Southern Canada Power Co permet à la région de développer son secteur industriel. La centrale de Drummondville constitue l'une des deux plus grosses centrales construites par la Southern Canada Power Co. Elle témoigne de l'importante contribution de cette compagnie dans l'électrification et le développement économique des municipalités du sud du Québec.

La centrale hydroélectrique de Drummondville présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique comme témoin de l'histoire industrielle de Drummondville. La Southern Canada Power Co. construit ce barrage-centrale sur la rivière Saint-François en 1918. Cette construction est suivie de la centrale Hemmings à quatre kilomètres en amont quelques années plus tard. L'ensemble favorise l'implantation de complexes manufacturiers liés au secteur du textile. Parmi les principaux, on relève la Butterfly Hosiery (1919), la Jenkes Canadian Tire Fabrics (1920), la Dominion Silk Dyeing and Finishing (1923), la Louis Roessel (1924) et la Canadian Celanese (1926). En 1930, ces entreprises emploient quelque 3000 personnes, soit 90 pour cent de la main-d'oeuvre industrielle. La centrale hydroélectrique de Drummondville témoigne de l'essor industriel sans précédent que connaît Drummondville après la Première Guerre mondiale grâce à la disponibilité d'une source d'énergie hydroélectrique fiable.

La centrale hydroélectrique de Drummondville présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. De style rationaliste, le bâtiment est représentatif du second type architectural qui caractérise les centrales hydroélectriques québécoises. Les plus anciennes structures empruntent leur forme et leurs techniques de construction à l'architecture traditionnelle des moulins à eau. Le second type allie l'aspect industriel à un traitement encore classique des façades. Ce type architectural se caractérise également par des ouvertures plus grandes que le système de construction (béton armé ou charpente en acier) permet. La centrale hydroélectrique de Drummondville illustre ce courant architectural par son volume massif en « L », l'utilisation du béton pour la structure et comme matériau de finition, la disposition régulière des ouvertures insérées dans des panneaux légèrement en retrait et encadrées par des pilastres, et l'entablement qui ceinture le bâtiment.

Source : Ville de Drummondville, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la centrale hydroélectrique de Drummondville liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa localisation sur la rivière Saint-François, en contrebas du centre-ville de Drummondville;
- son volume, dont le corps de bâtiment de plan en « L » et le toit plat;
- le béton comme matériau de structure et de finition;
- la disposition régulière des ouvertures insérées dans des panneaux légèrement en retrait et encadrées par des pilastres, les étroites fenêtres verticales en acier;
- l'entablement ceinturant le volume;
- l'inscription « 1918 » sur le mur aveugle;
- le canal d'amenée, le canal de fuite et la passe à débris.

Haut de la page

Informations historiques

Une première centrale hydroélectrique, la centrale Drummondville « Lord Falls », est construite en 1906 par la Municipalité. Cette installation met à profit la brusque dénivellation du lit de la rivière Saint-François à la hauteur des chutes Lord.

En mai 1914, les modestes installations sont cédées à la Southern Canada Power Co. La compagnie prend en charge la dette de la Ville sur le barrage. Elle acquiert aussi tous ses droits sur les chutes et les bâtiments. Cette centrale sera désaffectée en 1919. La Southern Canada Power Co. construit alors un nouveau barrage sur la rivière Saint-François et une nouvelle centrale. La première partie est mise en service en 1918 et abrite deux groupes turbines-alternateurs. L'aménagement intérieur est constitué d'un grand espace pleine hauteur qui permet l'installation de la machinerie et des poutrelles de bois de l'évacuateur. Une seconde partie ajoutée en 1925 vient doubler le nombre de groupes. À cette époque, la compagnie possède ou exploite une douzaine de compagnies qui produisent de l'hydroélectricité en Estrie. Ce réseau intégré de distribution d'électricité par la Southern Canada Power Company Ltd. permet à la région de développer son secteur industriel.

Pour Drummondville, la construction de cette centrale en 1918, suivie de la construction de la centrale Hemmings à quatre kilomètres en amont quelques années plus tard, favorise l'implantation de complexes manufacturiers liés au secteur du textile. Parmi les principaux, on relève la Butterfly Hosiery (1919), la Jenkes Canadian Tire Fabrics (1920), la Dominion Silk Dyeing and Finishing (1923), la Louis Roessel (1924) et la Canadian Celanese (1926). En 1930, ces entreprises emploient quelque 3000 personnes, soit 90 pour cent de la main-d'oeuvre industrielle.

En 1963, les installations de la Southern Canada Power Co. sont intégrées au réseau d'Hydro-Québec. La centrale hydroélectrique est toujours en activité.

La centrale hydroélectrique de Drummondville est citée en 2005.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Centre-du-Québec

MRC :

  • Drummond

Municipalité :

  • Drummondville

Adresse :

  • 25, rue du Pont

Latitude :

  • 45° 53' 10.5"

Longitude :

  • -72° 29' 0.4"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 425 650

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOLDUC, André, Clarence HOGUE et Daniel LAROUCHE. Québec : un siècle d'électricité. Montréal, Libre expression, 1984. 430 p.
  • CHARLAND-RAJOTTE, Ernestine. Drummondville, 150 ans de vie quotidienne au coeur du Québec. Drummondville, Éditions des Cantons, 1972. 153 p.
  • Environnement Conseil BGA Inc. Évaluation environnementale. Réfection de la centrale Drummondville.. s.l. 1991. s.p.
  • GAGNON, Jacynthe, dir. et Jacques LECOURS. Stratégie d'intervention sur les centrales patrimoniales à vocation touristiques. s.l. Hydro-Québec, vice-présidence environnement, 1994. s.p.
  • s.a. Étude de mise en valeur du patrimoine architectural. Évolution historique. Synthèse du développement économique de Drummondville, 1815-1990. Drummondville, Ville de Drummondville/Corporation Rues Principales, s.d. s.p.
  • s.a. Inventaire du patrimoine bâti et technologique d'Hydro-Québec : région Richelieu (préliminaire). s.l. Société technique d'aménagement régional, 1991. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013