Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancien poste de transmission Marconi

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Poste de transmission Marconi

Région administrative :

  • Centre-du-Québec

Municipalité :

  • Drummondville

Date :

  • vers 1925 – (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Centraux téléphoniques et radiodiffusion)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

L'ancien poste de transmission Marconi est un bâtiment industriel construit vers 1925. L'édifice en brique rouge présente un plan irrégulier d'un étage surmonté d'un toit plat. Les murs sont percés de plusieurs fenêtres de grandes dimensions à arc surbaissé. Des pilastres, disposés entre les ouvertures, rythment les façades. L'ancien poste de transmission est situé en bordure de la voie publique, au coeur du parc du Boisé-de-la-Marconi, dans la ville de Drummondville.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure de l'immeuble.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Drummondville) 2005-11-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancien poste de transmission Marconi présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Construit vers 1925, il constitue le premier poste de transmission à ondes courtes au Canada. Durant la Première Guerre mondiale, l'inventeur italien Guglielmo Marconi (1874-1937) poursuit ses expériences sur l'utilisation des ondes courtes en télécommunication pour le compte de l'armée italienne. Jusqu'alors, les stations de communication sans fil appartiennent à sa compagnie britannique, la Wireless Telegraph and Signal Company, ainsi qu'à sa filiale canadienne, la Marconi Wireless Telegraph Company of Canada; elles utilisent les ondes longues pour la transmission de messages télégraphiques. Son entreprise canadienne est nommée ultérieurement la Canadian Marconi Company. Ses recherches sur les ondes courtes sont concluantes et mènent à l'élaboration d'une technologie plus efficace que le système à ondes longues. Les avantages des stations à ondes courtes sont multiples : elles utilisent une fraction de l'énergie nécessaire au système à ondes longues, traitent davantage de mots par minute et coûtent moins cher à construire. L'utilisation des ondes courtes dans la communication sans fil incite la Canadian Marconi Company à fermer ses deux stations situées au Cap-Breton au profit de deux nouvelles : la station réceptrice de Yamachiche et l'ancien poste de transmission de Drummondville. Vers 1925, la Canadian Marconi construit l'ancien poste de transmission sur l'ancien terrain de l'Aetna Chemical Company, aussi connue sous le nom de la Poudrière. Ce poste est alors lié par câble au terminal de Montréal. À la même époque, plusieurs entreprises associées au domaine manufacturier s'installent également à Drummondville. En 1926, l'ancien poste de transmission Marconi établit la première liaison radiotélégraphique sur ondes courtes entre Londres et Montréal. Le bâtiment évoque donc les débuts d'une nouvelle ère dans le monde des télécommunications au Canada.

L'ancien poste de transmission présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment constitue un bon exemple de l'architecture industrielle fonctionnaliste présentant un système constructif mixte. Ce type architectural répond essentiellement à des objectifs d'efficacité et d'économie; le bâtiment se trouve entièrement conçu en fonction des besoins de la production. Le vocabulaire architectural et ornemental utilisé est simplifié et reflète habituellement la structure de l'édifice. L'ancien poste de transmission Marconi est représentatif de ce type par sa maçonnerie en brique, sa toiture plate et la sobriété de son décor extérieur. Celui-ci laisse deviner la structure du bâtiment par le rythme des fenêtres et des pilastres. Par ailleurs, le système constructif de l'édifice allie des techniques anciennes et nouvelles. Au XIXe siècle, les bâtiments industriels présentent habituellement une charpente en bois et des murs porteurs en maçonnerie. Ce type de structure ne permet que des ouvertures de dimensions limitées souvent surmontées d'un arc structural. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, de nouveaux matériaux tels que le fer, l'acier, puis le béton armé rendent possible la construction de charpentes plus solides qui libèrent les murs de leur rôle de soutien. Édifié vers 1925, l'ancien poste de transmission présente un système constructif mixte composé de murs porteurs en brique et de poutres en béton armé. Il est donc représentatif de l'introduction de nouveaux matériaux dans des systèmes plus traditionnels.

Source : Ville de Drummondville, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancien poste de transmission Marconi liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation au coeur du parc du Boisé-de-la-Marconi;
- son volume, dont le plan irrégulier, l'élévation d'un étage et le toit plat;
- les matériaux, dont le parement en brique rouge et les éléments architecturaux et ornementaux en béton;
- les ouvertures, dont leur disposition régulière, les portes et fenêtres de grandes dimensions à arc surbaissé, les portes et fenêtres rectangulaires surmontées d'une plate-bande, ainsi que les appuis;
- l'ornementation sobre constituée essentiellement de ressauts, de pilastres surmontés d'un couronnement et d'un parapet.

Haut de la page

Informations historiques

L'ancien poste de transmission Marconi est associé à la Canadian Marconi Company et à son fondateur, l'inventeur italien Guglielmo Marconi (1874-1937). La Canadian Marconi Company est une filiale de la Wireless Telegraph and Signal Company Limited fondée en Angleterre par Marconi en 1897. Marconi réussit l'exploit de la première communication transatlantique sans fil sur le site de Signal Hill, à St. John's, Terre-Neuve. Après, il conclut une entente avec le gouvernement canadien favorisant la construction d'une station permanente de communication télégraphique sans fil au Cap-Breton, en 1902. La même année, la Marconi's Wireless Telegraph Company of Canada, nommée ultérieurement la Canadian Marconi Company, est enregistrée. Elle obtient son incorporation comme entreprise nationale en 1903.

Durant la Première Guerre mondiale, Marconi poursuit ses expériences sur l'utilisation des ondes courtes en télécommunication pour le compte de l'armée italienne. Ses recherches sont concluantes et mènent à l'élaboration d'une technologie plus efficace que le système à ondes longues qui est alors utilisé dans ses différentes stations situées à travers le monde. Les avantages des stations à ondes courtes sont multiples : elles utilisent une fraction de l'énergie nécessaire au système à ondes longues, traitent davantage de mots par minute et coûtent moins cher à construire.

L'utilisation des ondes courtes dans la communication sans fil incite la Canadian Marconi Company à fermer ses deux stations du Cap-Breton au profit de deux nouvelles : la station réceptrice de Yamachiche et l'ancien poste de transmission de Drummondville. Ces deux villes sont vraisemblablement choisies pour leur situation à proximité du terminal de Montréal et pour la disponibilité de leurs vastes terrains nécessaires à ce type d'activité.

En 1918, l'Aetna Chemical Company, connu sous le nom de la Poudrière, ferme les portes de son usine à Drummondville. Vers 1925, la Canadian Marconi Company achète le terrain de l'entreprise. L'ancien poste de transmission et huit tours métalliques y sont probablement érigés la même année. L'inauguration officielle de la première liaison radiotélégraphique entre Londres et Montréal se tient en 1926. Deux ans plus tard, deux autres liaisons radiotélégraphiques, d'abord avec New York, puis avec Melbourne, en Australie, s'ajoutent au service. En 1932, les premières communications radiotéléphoniques commencent entre Londres et Montréal.

En 1950, la Société canadienne des Télécommunications transmarines (SCTT), une société de la Couronne, acquiert les services de communication transatlantique de la Canadian Marconi. Elle devient, par le fait même, propriétaire de l'ancien poste de transmission. De nouveaux émetteurs sont alors installés afin d'augmenter le nombre de circuits, d'assurer des liaisons sur téléimprimeur avec plusieurs pays et avec quelques circuits privés.

EN 1956, la SCTT participe à la construction et au déploiement d'un premier câble coaxial sous-marin reliant l'Amérique du Nord à la Grande-Bretagne. Cette nouvelle technologie améliore grandement la qualité et la fiabilité du service de télécommunication outre-mer qui demeure, avec les circuits radio, tributaire des conditions météorologiques. À la suite de la multiplication de telles liaisons sous-marines, le poste de transmission Marconi perd ses circuits avec l'Europe. Ses antennes sont alors dirigées vers l'Amérique du Sud.

Au milieu des années 1960, le premier satellite de télécommunication commercial est mis en orbite. Le succès de cette technologie hâte la fermeture des stations à ondes courtes. Ainsi, l'ancien poste de transmission Marconi émet sa dernière liaison radiotéléphonique en 1975.

L'ancien poste de transmission Marconi est cité en 2005.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Centre-du-Québec

MRC :

  • Drummond

Municipalité :

  • Drummondville

Adresse :

  • 1425, rue des Trois-Maisons

Latitude :

  • 45° 51' 17.2"

Longitude :

  • -72° 28' 14.2"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 533 768
  • Lot 3 599 769
  • Lot 3 900 207 Ptie

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013