Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Presbytère de Saint-Cyprien

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Saint-Cyprien

Date :

  • 1899 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (3)

Personnes associées (2)

Voir la liste

Images

Carte

Description

Le presbytère de Saint-Cyprien est une résidence à caractère religieux d'influence Second Empire construite en 1899. Cette maison curiale de plan carré, à deux étages, est coiffée d'un toit mansardé à quatre versants. Une galerie couverte ceinture le bâtiment sur deux côtés. Le presbytère est situé sur un terrain paysager, au coeur de la municipalité de Saint-Cyprien.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Cyprien) 2005-12-05
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le presbytère de Saint-Cyprien présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment témoigne de l'influence du style Second Empire sur l'architecture vernaculaire résidentielle québécoise. Ce style, qui touche autant l'architecture résidentielle qu'institutionnelle du dernier tiers du XIXe siècle, apparaît sous le règne de Napoléon III, en France. Il intègre des éléments de l'architecture de la Renaissance française et des emprunts à celle dite classique. Ce nouveau style est rapidement diffusé aux États-Unis, d'où il est introduit au Canada. Au Québec, l'influence du style Second Empire se fait sentir dans toutes les régions, en milieu rural comme en milieu urbain. La toiture mansardée du presbytère de Saint-Cyprien, la symétrie de la composition de la façade, ainsi que certains éléments d'ornementation, tels que la grande lucarne centrale surmontée d'un fronton triangulaire et encadrée de pilastres classiques, en font un bel exemple de l'influence du style Second Empire dans les petites communautés rurales. La monumentalité du style, tout comme les valeurs de pérennité, de stabilité et de dignité qu'il dégage, correspondent particulièrement à l'image que l'on veut associer au presbytère. Ce bâtiment est la résidence du curé, mais également le centre géographique et administratif de la paroisse catholique.

Le presbytère de Saint-Cyprien présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le presbytère évoque les débuts de Saint-Cyprien. En 1862, les premiers pionniers s'établissent sur le territoire de l'actuelle municipalité. Le village se développe lentement, son économie reposant essentiellement sur l'agriculture de subsistance et sur l'exploitation des ressources forestières. La petite agglomération de Saint-Cyprien-de-Hocquart est élevée au rang de municipalité en 1882, alors que la paroisse catholique de Saint-Cyprien est érigée en 1886. Le presbytère, construit en 1899, constitue l'un des plus anciens bâtiments subsistant de Saint-Cyprien. Sa position au coeur du village témoigne du peuplement du secteur par une population essentiellement catholique.

Source : Municipalité de Saint-Cyprien, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du presbytère de Saint-Cyprien liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation sur un terrain paysager planté d'arbres matures;
- sa localisation au coeur du village, sur la rue principale, dans la municipalité de Saint-Cyprien;
- son volume, dont le plan carré, l'élévation de deux étages, le toit mansardé à quatre versants, le solage dégagé, la galerie couverte ceinturant deux façades, le balcon en façade;
- les matériaux, dont la tôle à baguettes pour la couverture, le bois pour les détails ornementaux, les portes et les fenêtres;
- les ouvertures, dont leur disposition symétrique en façade, la porte à baies latérales, les fenêtres à battants à grands carreaux, les lucarnes à fronton;
- l'ornementation, dont le fronton triangulaire et les pilastres encadrant la grande lucarne centrale en façade, la corniche, les chambranles de facture simple, les planches cornières, les balustres groupés par trois de la galerie et du balcon, le fronton surmontant la porte arrière;
- l'annexe, dont sa disposition contre la façade latérale droite, son plan rectangulaire, son élévation d'un étage, son toit en appentis;
- le garage, dont sa disposition en saillie par rapport à la façade, son plan rectangulaire, son toit à deux versants droits, son pignon à gradins.

Haut de la page

Informations historiques

En 1862, des pionniers s'installent dans le canton de Hocquart. Ils s'établissent d'abord à proximité du chemin Taché et forment un premier noyau paroissial jusqu'à son déplacement près de la rivière Toupiké en 1897. La plupart des pionniers proviennent des vieilles paroisses de la rive sud du fleuve Saint-Laurent, dont Trois-Pistoles et L'Isle-Verte. Le village de Saint-Cyprien, dont l'économie repose sur l'agriculture de subsistance et l'exploitation forestière, se développe lentement. La petite agglomération est élevée au rang de municipalité en 1882, tandis que la mission de Saint-Cyprien, fondée en 1878, est érigée en paroisse en 1886.

Le presbytère de Saint-Cyprien est construit en 1899, probablement selon les plans de Hubert Morin, par l'entrepreneur Lazare Tremblay. Il a été bâti, en partie, avec le bois de l'ancien presbytère-chapelle situé au coeur du premier centre villageois. L'édifice témoigne de l'influence de l'architecture Second Empire sur l'habitation vernaculaire québécoise. Ce style caractérise autant l'architecture résidentielle qu'institutionnelle durant le dernier tiers du XIXe siècle. Il apparaît en France sous le règne de Napoléon III et s'inspire à la fois de l'architecture classique et de celle de la Renaissance française. Introduit au Canada sous l'influence des États-Unis, il devient rapidement très populaire. L'architecture Second Empire se caractérise, entre autres, par l'usage de la toiture mansardée et de détails ornementaux classiques.

À une date indéterminée, les porches surmontés de frontons triangulaires de l'entrée principale et de l'entrée latérale du presbytère de Saint-Cyprien ont été remplacés par des toitures à versants droits couvrant la galerie sur toute sa largeur.

Le presbytère de Saint-Cyprien est cité en 2005.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Rivière-du-Loup

Municipalité :

  • Saint-Cyprien

Adresse :

  • 187, rue Principale

Latitude :

  • 47° 53' 41.2"

Longitude :

  • -69° 1' 2.5"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Témiscouata Canton de Hocquart Rang B 16 ptie
17 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • APRIL, Aubert et al. Saint-Cyprien de Rivière-du-Loup : un siècle de labeur et de progrès. Saint-Cyprien, Amis de Hocquart, 1986. 698 p.
  • APRIL, Aubert. « Le presbytère centenaire ». L'Écho des Basques (1999), p. 43.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013