Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site du patrimoine de l'Église-de-Saint-Antoine

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

Municipalité :

  • Saguenay

Thématique :

  • Patrimoine de la modernité

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

Le site du patrimoine de l'Église-de-Saint-Antoine est un ensemble institutionnel aménagé à partir de 1951. Il comprend une église érigée en 1969 et un presbytère construit en 1951. Le lieu de culte en brique rouge présente un plan trapézoïdal. Il est coiffé d'un toit plat surmonté d'un clocher pyramidal au-dessus du choeur. La façade comporte un portique monumental. Le presbytère de plan rectangulaire de deux étages avec un toit en pavillon est relié à l'église par un passage couvert en brique. Le site du patrimoine de l'Église-de-Saint-Antoine est implanté au centre d'un îlot dans un quartier résidentiel de l'arrondissement municipal de Chicoutimi de la ville de
Saguenay.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Saguenay) 2006-05-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site du patrimoine de l'Église-de-Saint-Antoine présente un intérêt pour sa valeur architecturale. Érigée en 1969, l'église de Saint-Antoine témoigne de l'influence de l'architecture moderne qui renouvelle la construction religieuse québécoise après la Seconde Guerre mondiale. Cette architecture se détache des formes traditionnelles. Elle adopte les principes fonctionnalistes selon lesquels l'aspect extérieur et l'aménagement intérieur d'un édifice découlent de ses fonctions. L'architecture moderne prescrit en outre l'emploi des techniques contemporaines liées aux nouveaux matériaux. Les instigateurs de la réforme en architecture religieuse défendent l'idée que pour être authentiquement chrétien, il faut s'ajuster à la vie artistique de son temps. L'architecture religieuse moderne est aussi tributaire des changements liturgiques catholiques. En effet, la participation active des fidèles aux diverses célébrations est un des principes clés. L'église n'y est plus la maison de Dieu pour laquelle rien n'est trop beau, mais le lieu de rassemblement des chrétiens. L'aménagement doit susciter cette participation des fidèles. Ainsi, les dimensions permettent de bien voir ce qui se passe à l'autel et d'entendre clairement la parole du célébrant. Les nouvelles églises reflètent leur époque et s'insèrent avec harmonie dans le paysage naturel et construit qui les entoure. L'église de Saint-Antoine en est une illustration par la sobriété des formes géométriques mises au profit de la fonction. À l'extérieur, les façades sont agrémentées par l'effet visuel de la pose de la brique polychrome. L'horizontalité de l'ensemble n'est brisée que par le clocher géométrisé qui s'élève à l'arrière de la nef. Avec ses formes sobres et basses, elle tranche avec l'expérimentation architecturale locale du début des années soixante. À l'intérieur, la fenestration du portique monumental éclaire une ample nef ouverte au plan trapézoïdal; les murs en brique contrastent uniquement avec le plafond blanc.

Le site du patrimoine de l'Église-de-Saint-Antoine présente également un intérêt pour sa valeur historique découlant de son association avec l'architecte Jacques Coutu (né en 1927). Originaire de Chicoutimi, il est un des représentants de l'expressionnisme formel dans l'architecture moderne au Québec. Jacques Coutu fait ses études à l'École des beaux-arts de Montréal. À la suite d'un séjour en Suède et au Danemark, il est fortement influencé par l'architecture moderne scandinave. Ensuite, il effectue un stage dans le bureau des architectes Léonce Desgagné (1908-1979) et Paul Boileau (né en 1906). L'architecte ouvre son propre bureau dès la fin des années 1950 à Chicoutimi (maintenant Saguenay). Coutu participe activement au développement urbain du Saguenay-Lac-Saint-Jean de l'après-guerre. La région devient ainsi un phare de l'architecture moderne au Québec. Entre les années 1960 et 1970, Jacques Coutu conçoit une demi-douzaine d'églises modernes aux lignes et aux matériaux variés. Il prête une attention particulière à l'insertion de l'oeuvre dans son contexte, à l'utilisation de matériaux naturels et aux méthodes de construction novatrices. L'église de Saint-Antoine est aussi un exemple de l'évolution architecturale moderne saguenayenne de la fin des années 1960.

Source : Ville de Saguenay, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site du patrimoine de l'Église-de-Saint-Antoine liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- l'ensemble constitué de l'église, du presbytère et du passage couvert les reliant;
- son implantation au centre d'un îlot, dans un quartier résidentiel de l'arrondissement municipal de Chicoutimi de la ville de Saguenay;
- les caractéristiques de l'église de Saint-Antoine, notamment son volume, dont le vestibule en avant-plan, le plan trapézoïdal de la nef, le choeur en saillie abritant la sacristie ainsi que la tuyauterie de l'orgue et le toit plat, les élévations, dont leur sobriété, les élévations latérales aveugles, le portique en façade avec sa marquise incurvée recouverte d'un parement à clins, les matériaux, dont le parement en brique polychrome, le parement à clins blanc de la marquise et le métal peint en blanc du clocher, les ouvertures dont les deux portes en bois à double vantail de l'entrée, la fenêtre en bandeau au-dessus du portique et celui du choeur, ainsi que les étroites fenêtres en bandeau des angles avant de l'église, ainsi que le clocher pyramidal en métal peint blanc;
- les caractéristiques du presbytère de Saint-Antoine, notamment son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit en pavillon, les matériaux, dont la brique rouge du parement, le béton des fondations, la couverture en bardeau d'asphalte, les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires hautes et étroites, ainsi que l'ornementation, dont les plates-bandes en brique.

Haut de la page

Informations historiques

La paroisse de Saint-Antoine est érigée canoniquement le 3 avril 1951. La construction du presbytère est aussitôt entreprise. La maison curiale en brique possède un plan rectangulaire plus profond que large et est couverte d'un toit en pavillon.

L'érection du lieu de culte tarde. En 1962, le soubassement de la future église est construit avec la participation de la population. L'édification du temple commence en 1969. Les plans sont dessinés par l'architecte Jacques Coutu (né en 1927). Ce dernier conçoit plusieurs églises de la région, dont l'église de Saint-Luc (1963-1964), de Sainte-Claire (1963) à Chicoutimi et de Saint-Mathias (1964-1965) à Jonquière. L'année suivante, une salle communautaire est aménagée dans le soubassement. Par la suite, un passage couvert est ajouté reliant le presbytère et l'église. Les deux bâtiments, de styles architecturaux différents, créent néanmoins un ensemble cohérent par leur volume et leurs matériaux.

Jacques Coutu est un des représentants de l'expressionnisme formel dans l'architecture moderne au Québec. Il fait ses études à l'École des beaux-arts de Montréal. À la suite d'un séjour en Suède et au Danemark, il est fortement influencé par l'architecture moderne scandinave. Ensuite, il effectue un stage dans le bureau des architectes Léonce Desgagné (1908-1979) et Paul Boileau (né en 1906). Coutu ouvre son propre bureau dès la fin des années 1950 à Chicoutimi (maintenant Saguenay). Entre les années 1960 et 1970, il conçoit une demi-douzaine d'églises modernes aux lignes et aux matériaux variés. Il prête une attention particulière à l'insertion de l'oeuvre dans son contexte, à l'utilisation de matériaux naturels et aux méthodes de construction innovatrices. L'église de Saint-Antoine est un exemple de l'évolution architecturale moderne saguenayenne de la fin des années 1960. Avec ses formes sobres et basses, elle tranche avec l'expérimentation architecturale locale. Le profil élancé de l'édifice remporte un grand succès au début des années 1960. En 2003, l'église de Saint-Antoine forme avec les églises Sacré-Coeur et Christ-Roi la paroisse recomposée de Christ-Roi.

Le site du patrimoine de l'Église-de-Saint-Antoine est constitué en 2006. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012. L'église sert toujours au culte.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

MRC :

  • Saguenay

Municipalité :

  • Saguenay

Arrondissement municipal :

  • Chicoutimi

Adresse :

  • chemin de la Réserve

Latitude :

48° 25' 27.1"

Longitude :

-71° 5' 14.4"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Chicoutimi Ville de Chicoutimi Absent 1137 ptie
1138 ptie
1139 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Claude. Architecture des églises du Québec : 1940-1985. Québec, Presses de l'Université Laval, 1987. 383 p.
  • DIEUDONNÉ, Patrick, Lucie K. MORISSET et Luc NOPPEN. Patrimoines modernes : l'architecture du vingtième siècle à Chicoutimi. Sainte-Foy, Presses de l'Université du Québec, 2004. 191 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013