Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Aménagement hydroélectrique de Beauharnois

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Centrale hydroélectrique de Beauharnois

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Beauharnois

Date :

  • 1929 – 1932 (Construction)
  • 1948 – 1953 (Construction)
  • 1956 – 1961 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Installations électriques)

Éléments associés

Groupes associés (4)

Personnes associées (2)

Inventaires associés (2)

Carte

Description

L'aménagement hydroélectrique de Beauharnois est situé sur le fleuve Saint-Laurent, à la hauteur du canal Beauharnois, entre les villes de Melocheville et de Beauharnois. Il a été mis en service en 1932 par la Beauharnois Light, Heat and Power Company. L'aménagement, propriété d'Hydro-Québec depuis 1944, est toujours en service. Il a été classé lieu historique national en 1992 par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. L'aménagement hydroélectrique de Beauharnois comprend plusieurs bâtiments, dont une centrale qui fait également office de barrage, des postes de transformation, un bâtiment administratif et un centre d'interprétation.

L'aménagement hydroélectrique de Beauharnois est situé sur la voie maritime du Saint-Laurent, entre le lac Saint-Louis et le lac Saint-François. L'aménagement complet, d'une longueur de 926 mètres, est à la fois un immense barrage et une centrale au fil de l'eau qui bénéficie d'une hauteur de chute de 24 mètres. Son architecture, d'inspiration Art déco, a été perpétuée lors des trois phases de construction. La construction de brique est composée de lignes pures verticales, d'une ornementation aux formes stylisées et géométriques réduite à sa plus simple expression et de matériaux dont le fini lisse et poli accentue l'effet de dépouillement. Le prolongement de la centrale à l'ouest en 2000 ainsi que le nouveau poste de transformation réalisé en 2002 à l'est de la centrale s'intègrent à cette architecture tout en s'en distinguant par une allure plus contemporaine.

La centrale de Beauharnois, dotée de 38 groupes turbines-alternateurs, s'étend sur près d'un kilomètre de long et demeure encore aujourd'hui l'une des plus grandes centrales au monde. Pour faire fonctionner ces groupes turbines-alternateurs à axe vertical, on utilise 28 roues de turbine de type Francis dans les deux premières sections de la centrale et 10 roues de turbine à hélice dans la troisième section de la centrale.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Désignation (Canada) Lieu historique national du Canada Commission des lieux et monuments historiques du Canada 1990-01-01
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

C'est en 1729 que le roi de France Louis XV concède au marquis Charles de Beauharnais la seigneurie de Beauharnois. Le roi lui accorde également le droit de détourner l'eau du fleuve Saint-Laurent pour maintenir un débit dans la rivière Saint-Louis. C'est également le nouveau seigneur de Beauharnois qui fait construire un premier canal dans cette région entre le lac Saint-François et la rivière Saint-Louis afin de drainer une partie de ses terres.

En raison des nombreux rapides, la section du fleuve Saint-Laurent située entre le lac Saint-François et le lac Saint-Louis a longtemps représenté un obstacle pour la navigation. Les eaux du fleuve Saint-Laurent qui s'écoulent dans cette portion reçoivent quatre ruptures de pente pour une dénivellation totale de 24 mètres. Pour remédier à la situation, le premier canal de Beauharnois d'une longueur de 18 kilomètres est creusé entre 1842 et 1845. Ce canal permet alors à de plus imposants navires de remonter le fleuve Saint-Laurent jusqu'aux Grands Lacs.

Ce canal causait bien des soucis aux navigateurs et au gouvernement qui décida de creuser un nouveau canal sur la rive nord du Saint-Laurent entre les lacs Saint-Louis et Saint-François. Ce nouveau canal (canal de Soulanges) est achevé en 1899. Pour fournir l'énergie nécessaire à l'opération des écluses et pour l'éclairage du canal, le gouvernement fit construire une petite centrale alimentée par les eaux du canal.

En 1902, Joseph Bartholomew Robert (?-1908) fonde la Beauharnois Light Heat and Power Company. Ce dernier souhaite réaliser une puissante centrale hydroélectrique qui serait alimentée par le petit canal d'alimentation de la rivière Saint-François, qu'il possédait, ainsi que les droits de détournement s'y rattachant.

En 1913, l'ingénieur Robert Oliver Sweezy est engagé afin d'étudier le site et de trouver l'emplacement idéal pour une centrale. Convaincu de la rentabilité de l'affaire, il prend en 1927 une option sur la compagnie. Il fait alors concevoir les plans de la centrale et du canal, nommé plus tard Beauharnois.

Après avoir obtenu l'approbation du gouvernement fédéral pour la construction du canal, la Beauharnois Light Heat and Power Co. entreprend la construction de la première section de centrale et du canal en 1929. Plus de 2 500 ouvriers y travaillent jour et nuit dans le but de réaliser ce projet titanesque qui consiste à construire un canal de 24,5 kilomètres de long sur une largeur de 1 kilomètre. L'objectif est de détourner plus de 80 % des eaux du fleuve Saint-Laurent, et ce, afin de créer un dénivelé artificiel de 24 mètres à l'entrée de la centrale. Ce qui sera la première des trois phases de la centrale Beauharnois, est donc entreprise en 1929 et terminée en 1932.

En 1933, la Beauharnois Light Heat and Power Co. passe aux mains de la Montreal Light, Heat and Power Consolidated, qui, à son tour, passe aux mains d'Hydro-Québec en 1944 lors de la première phase de nationalisation de l'électricité.

Quelques années plus tard s'amorcent les agrandissements de la centrale de Beauharnois dont les phases deux et trois seront réalisées par Hydro-Québec. Les plans établis dans les premières années ont été généralement suivis pour la construction des trois sections de la centrale, surtout ceux concernant l'architecture et la superstructure. Jusqu'en 1979, aucune des installations ne dépasse le record établi à Beauharnois, soit 1 643 MW, année de la construction de la centrale Robert-Bourassa (5 328 MW).

La centrale de Beauharnois est ouverte aux visiteurs et un centre d'interprétation les y accueille.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Beauharnois-Salaberry

Municipalité :

  • Beauharnois

Latitude :

  • 45° 18' 54.626"

Longitude :

  • -73° 54' 14.861"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Pluram Inc. Inventaire du patrimoine bâti et technologique. Région Maisonneuve : centrales et ouvrages de contrôle. Vol. 1. s.l. 1991. s.p.
  • Société d'aménagement technologique Inc. (SOTAR). Inventaire du patrimoine bâti et technologique d'Hydro-Québec : évaluation comparative des installations hydroélectriques. Vol. 1. s.l. 1995. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013