Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Côté, Augustin

Type :

Personne (Homme)

Autre(s) nom(s) :

  • A. Coté
  • A. Côté et Cie
  • A. Coté et Cie
  • A. Côté, éditeur-imprimeur
  • Aug. Côté et Cie imprimeurs-éditeurs
  • Aug. Côté et compagnie
  • Des presses mécaniques de A. Côté et Cie
  • Imprimerie A. Côté
  • Imprimerie Augustin Côté et Cie
  • Imprimerie Générale A. Coté et Cie
  • Typ. d'A Côté
  • Typ. d'A Coté
  • Typographie d'Augustin Côté
  • Typographie d'Augustin Côté et Cie

Date :

  • 1818‑03‑13 – 1904‑09‑30

Occupation :

  • Imprimeur
  • Journaliste

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (7)

Patrimoine mobilier associé (226)

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 13 mars 1818 à Québec, Augustin Côté est le fils d'Augustin Côté, mineur, et de Louise Letarte.

De 1830 à 1834, Côté apprend le métier d'imprimeur. Il travaille ensuite avec John Lovell à Montréal. À compter de 1837, il suit des cours privés pour parfaire sa formation scolaire.

Côté devient, en 1842, directeur adjoint à La Gazette de Québec, dont l'édition française cesse d'être publiée quelques mois plus tard. Il acquiert alors une vielle presse, la première activée dans la ville de Québec, celle que William Brown et Thomas Gilmore ont utilisée pour imprimer La Gazette de Québec dès 1764, et fonde l'imprimerie A. Côté et Cie. Au mois de décembre 1842, il s'associe avec Joseph-Édouard Cauchon et lance Le Journal de Québec. Il assume la direction de ce bihebdomadaire qui devient quotidien en 1864.

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, Côté est l'un des imprimeurs les plus productifs de la ville de Québec, mais son parcours ne se déroule pas sans embûches. Malgré l'appui du clergé et du gouvernement, l'entreprise éprouve des difficultés financières au milieu des années 1870 et, en 1878, il est acculé à la faillite. L'imprimeur trouve alors un arrangement qui empêche la liquidation du journal et de l'imprimerie, mais le niveau de productivité de son atelier diminue. En 1889, il est contraint d'abandonner Le Journal de Québec qui n'est plus très populaire. Lorsque le Parti libéral prend le pouvoir au Québec en 1896, les contrats gouvernementaux sont attribués à de nouvelles compagnies. D'importantes innovations technologiques, l'apparition d'entreprises de masse et l'acquisition de presses par plusieurs communautés religieuses ajoutent à cette transformation de l'industrie. Côté, déjà en difficulté, n'échappe pas à ces bouleversements et liquide son matériel en 1898.

Outre Le Journal de Québec, Côté imprime des almanachs, des calendriers, des manuels scolaires, des catéchismes, des livres de piété et, brièvement, quelques journaux. Il s'occupe aussi de l'édition d'ouvrages historiques marquants. Parmi ceux-ci, on dénombre l'Abrégé de l'histoire du Canada... (1856) de François-Xavier Garneau, ainsi que la réédition des Relations des Jésuites... (1858). Comme la majorité des imprimeurs de cette époque, il possède une librairie.

Il est décédé à Québec le 30 septembre 1904. Il est inhumé au cimetière Saint-Charles à Québec.

Il avait épousé à Québec, en 1845, Émilie-Caroline Lemieux.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LAURENCE, Gérard. « Augustin Côté ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013