Ministère de la Culture et des Communications
Répertoire du patrimoine culturel du Québec

Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Grange-étable Marcheterre

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Grange ronde Joachim-Banville

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Métis-sur-Mer

Date :

  • 1926 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine agricole

Usage :

  • Production et extraction de richesses naturelles (Granges, granges-étables et étables)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Abrogation de règlement Immeuble patrimonial Municipalité (Métis-sur-Mer) 2014-01-13

Statuts antérieurs

  • Avis de motion d'abrogation d'un règlement, 2013-10-01
  • Avis d'intention d'abrogation d'un règlement, 2013-10-01
  • Citation, 1987-08-03
 

Haut de la page

Informations historiques

Depuis le début du Régime français, les bâtiments de ferme adoptent le plus souvent une forme rectangulaire. Entre 1880 et 1920, il se construit au Québec plus de 20 granges polygonales et circulaires. Une conjoncture particulière explique ce phénomène. À la fin du XIXe siècle, durant la phase de réorientation et de spécialisation de l'agriculture québécoise vers la production laitière, les cultivateurs cherchent à innover pour répondre à la demande croissante des fabricants de beurre et de fromage. Cette recherche d'efficacité amène les cultivateurs à construire des granges-étables plus vastes et mieux équipées. Les modèles circulaires et polygonaux apparaissent à la fin du XIXe siècle dans l'est des États-Unis, puis au Québec dans la région des Cantons-de-l'Est. Ils sont jugés plus performants que les modèles rectangulaires traditionnels. Leur forme doit permettre une économie de bois dans la construction, une utilisation maximale de l'espace intérieur, faciliter l'engrangement et procurer aux animaux des conditions plus saines, grâce à l'éclairage et au puits central d'aération. Le modèle retient l'attention des cultivateurs pendant quelques années. Rapidement, l'expérience démontre que les avantages sont surévalués.

La grange-étable est construite par le cultivateur Michel Marcheterre (1874-1968) et ses fils en 1926. Elle démontre le talent et l'habileté de ces pionniers, à la fois défricheurs, fermiers et charpentiers. Le projet de l'érection d'une grange polygonale est inspiré d'une illustration tirée d'une revue américaine. Un des fils de Marcheterre, Chrysostome (1901-1987), conçoit une maquette et adapte le modèle et les dimensions de la grange-étable aux besoins de la ferme familiale.

De plan polygonal à 14 côtés égaux, le corps de bâtiment de la grange-étable s'élève à 4,2 mètres, et le volume à un étage est coiffé d'un toit à pans brisés surmonté d'un campanile. La grange-étable est plus basse que la plupart des granges polygonales et circulaires de même type, et aucun appentis ne vient rompre l'équilibre du bâtiment. À l'origine, la moitié du rez-de-chaussée sert à l'entreposage des équipements aratoires; l'autre moitié est consacrée aux soins des animaux. Au-dessus de l'étable, un demi-étage sert de fenil. Cet espace crée une mezzanine où le foin est monté au moyen d'une fourche à cheval. Le bâtiment est construit sur un solage en ciment. La charpente claire est couverte d'un parement extérieur en planche verticale. La partie de l'étable est couverte d'un parement supplémentaire en bardeau de cèdre. La charpente en bois du toit adopte une structure en parapluie. Les 14 entraits de la toiture réunis dans l'axe sont supportés par le poteau central. La couverture est en tôle sur le terrasson, et le brisis est couvert de bardeaux de cèdre.

La grange-étable Marcheterre devient un objet de curiosité pour les estivants et les touristes qui fréquentent la région de Métis. Peinte et photographiée, la grange-étable est connue pour sa forme originale. Avec le temps, sa fonction de grange-étable est abandonnée. Le demi-étage du fenil est détruit et les portes modifiées élargissent l'entrée. Les angles du polygone sont solidifiés par des tiges d'acier qui se croisent au centre du bâtiment; chacune des tiges soutient deux pans opposés. L'espace obtenu permet l'entreposage d'une moissonneuse-batteuse. Le bâtiment accueille aussi, à l'occasion, des activités champêtres organisées dans la localité.

La grange-étable Marcheterre est citée en 1987. Le bâtiment s'est écroulé en juillet 2013. Le règlement de citation a été abrogé.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • La Mitis

Municipalité :

  • Métis-sur-Mer

Adresse :

  • 4e Rang Ouest

Lieux-dits :

  • Les Boules

Localisation informelle :

Situé à l'intersection du 4e Rang des Boules et de la route Castonguay.

Latitude :

  • 48° 39' 56.4"

Longitude :

  • -67° 54' 45.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Matane Inconnue Absent 429

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • PROVOST, Yvon. Les granges-étables circulaires et polygonales : inventaire, étude historique et analyse architecturale. Verchères, Ministère des Affaires culturelles, 1982. 201 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2024