Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Viger, Denis-Benjamin

Type :

Personne (Homme)

Date :

  • 1774‑08‑19 – 1861‑02‑13

Occupation :

  • Avocat
  • Conseiller législatif
  • Journaliste
  • Ministre / conseiller exécutif / commissaire

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (7)

Patrimoine mobilier associé (25)

Plaques commémoratives associées (1)

Groupes associés (2)

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à Montréal le 19 août 1774 et baptisé dans la paroisse de Notre-Dame, Denis-Benjamin Viger est le fils de Denis Viger, homme d'affaires et député, et de Périne-Charles (Charlotte) Cherrier.

Viger fait l'apprentissage du droit à compter de 1794, d'abord auprès de Louis-Charles Foucher, puis de Joseph Bédard et, enfin, de Jean-Antoine Panet. Il obtient sa commission d'avocat en 1799. Avocat et journaliste influent, tant par ses écrits que par son engagement patriotique, il est aussi un important propriétaire immobilier de la région de Montréal.

Député de Montréal-Ouest à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada, de 1808 à 1810, puis de Leinster de 1810 à 1816 et de Kent de 1816 à 1829, Viger est l'un des concepteurs de l'idéologie du Parti canadien. En 1822, il s'oppose avec vigueur au projet d'union du Bas et du Haut-Canada. Il est d'ailleurs l'un des trois délégués du Parti patriote envoyés en Angleterre en 1828 pour porter des demandes de réformes. Il est conseiller législatif de 1829 à 1831, agent de la Chambre d'assemblée en Angleterre de 1831 à 1834 et à nouveau conseiller législatif de 1834 jusqu'à la suspension de la Constitution, le 27 mars 1838. Étant l'un des chefs du Parti patriote au moment de la rébellion de 1837, Viger est emprisonné de novembre 1838 au à mai 1840.

Élu député de Richelieu à l'Assemblée législative de la province du Canada en 1841, il prend figure de chef antiunioniste et fait partie du groupe canadien-français. En décembre 1843, il forme un ministère avec William Henry Draper. Il préside le Conseil exécutif de 1843 ou 1844 à 1846. Élu député tory dans Trois-Rivières en 1845, il démissionne le 6 décembre 1847. Il fait à nouveau partie du Conseil législatif de 1848 à 1858.

Décédé à Montréal le 13 février 1861, Denis-Benjamin Viger est inhumé dans le cimetière de Notre-Dame-des-Neiges.

Il avait épousé dans l'église de Notre-Dame de Montréal, en 1808, Marie-Amable Foretier, fille du seigneur Pierre Foretier et de Thérèse Legrand.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Assemblée nationale du Québec. Histoire: Dictionnaire des parlementaires du Québec de 1792 à nos jours [En Ligne]. http://www.assnat.qc.ca/
  • LEFORT, André et Fernand OUELLET. « Viger, Denis-Benjamin ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • PARIZEAU, Gérard. La vie studieuse et obstinée de Denis-Benjamin Viger (1774-1861). Montréal, Fides, 1980. 330 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013