Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Le Moyne de Maricourt, Paul

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 15 décembre 1663 à Ville-Marie (Montréal), Paul Le Moyne de Maricourt est le fils de Charles Le Moyne de Longueuil et de Châteauguay, soldat, seigneur et gouverneur de Montréal, et de Catherine Thierry.

Le Moyne de Maricourt suit la tradition familiale et entame une carrière militaire. En explorant le territoire de la Nouvelle-France avec ses frères, il fait notamment l'apprentissage de dialectes amérindiens.

En 1686, accompagné de ses frères Pierre Le Moyne d'Iberville et d'Ardillières et Jacques Le Moyne de Sainte-Hélène, Le Moyne de Maricourt participe à l'expédition menée par Pierre de Troyes à la baie d'Hudson, dans le but de réaffirmer les droits français sur ce territoire. À la suite de l'attaque d'un vaisseau anglais devant le fort Rupert et de l'assaut de trois forts anglais, il devient l'un des deux lieutenants de la région sous le commandement de Le Moyne d'Iberville.

De retour à Québec en 1687, Le Moyne de Maricourt est nommé sous-lieutenant des troupes de la Marine. L'année suivante, il retourne à la baie d'Hudson avec Le Moyne d'Iberville, afin d'y protéger les intérêts de la Compagnie du Nord, qui possède le monopole français de la traite des fourrures dans la région. Au cours de l'hiver, il dirige un détachement dans un affrontement mené contre deux navires anglais à la rivière Sainte-Anne (Albany) et joue un rôle majeur dans la victoire. Il prend le commandement de la baie d'Hudson lors du départ de Le Moyne d'Iberville en septembre 1689.

Lors de son voyage de retour pour Québec en 1690, Le Moyne de Maricourt est prévenu de la présence des Anglais près de la ville. Il laisse son vaisseau à Tadoussac puis, à bord d'une petite embarcation, il évite les navires du général William Phips et atteint les battures de Beauport (Québec). Arrivé à l'intérieur de la forteresse, il participe à la défense de Québec en assurant, avec un autre officier, le commandement de l'artillerie.

Après l'échec de l'invasion anglaise, Le Moyne de Maricourt acquiert la confiance des autorités de la Nouvelle-France. Il est successivement nommé capitaine (1691), garde-marine (1693), enseigne de vaisseau (1694) et responsable de la protection de Chambly et des environs contre les attaques iroquoises (1695). L'année suivante, lors de la campagne d'Iberville à Terre-Neuve, il mène un corps de milice d'élite. Quelques mois plus tard, il commande un groupe d'Amérindiens dans une expédition de Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau, contre les Iroquois. Il tient ensuite une garnison dans les villages conquis au cours de l'hiver. À la suite de la campagne de 1696, il poursuit ses fonctions de capitaine de la garnison de Montréal et participe à des expéditions tout près de la ville.

Depuis la mort de son frère Le Moyne de Sainte-Hélène lors du siège de Québec en 1690, Le Moyne de Maricourt assume la responsabilité des enfants de celui-ci. De plus, il tient l'administration du domaine de son père invalide et gère sa seigneurie ainsi que ses investissements dans la Compagnie du Nord.

Diplomate, Le Moyne de Sainte-Hélène utilise son influence auprès des Cinq-Nations iroquoises afin d'aider les différents gouverneurs à établir une paix durable avec ceux-ci. Au cours des années, il acquiert une bonne réputation chez les Onontagués, qui l'adoptent comme un de leurs fils et le surnomment Taouestaouis. Cette relation lui permet de participer aux négociations de la Grande Paix de Montréal en 1701.

Il est décédé à Montréal le 21 mars 1704.

Il avait épousé en 1691, Marie-Madeleine Dupont de Neuville, fille de Nicolas Dupont de Neuville, membre du Conseil souverain; puis, en 1704, Gabrielle-Françoise Aubert de La Chesnaye, fille de Charles Aubert de La Chesnaye, marchand, seigneur et membre du Conseil souverain, et de Marie-Angélique Denys de La Ronde.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • HORTON, Donald J. « Le Moyne de Maricourt, Paul ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=937&interval=15&&PHPSESSID=gqm52me6gdltoqueitcta60if0
  • MARSH, James. « Le Moyne de Longueuil et de Châteauguay, Charles ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTF0004582

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013