Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Dessin (L'Horloge du Séminaire)

Type :

Patrimoine mobilier (Oeuvre d'art / Ethno-historique)

Variante(s) du titre :

  • Le cadran du Séminaire
  • Sait-on que l'hiver en furie

Région administrative :

  • Montréal

Date :

  • vers 1919 (Production)

Période :

  • Le Québec moderne (1867 à 1960)

Classification :

  • Oeuvre d'art / Bien ethno-historique > Objets de communication > Beaux-arts > Dessin

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Voir la liste

Patrimoine mobilier associé (1)

Groupes associés (1)

Voir la liste

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Images

Description

Le dessin « Sait-on que l'hiver en furie… », réalisé au crayon et au fusain, représente l'horloge du Séminaire de Saint-Sulpice vue de biais. Elle affiche bientôt dix-sept heures quarante-cinq à son cadran, surmonté d'une arche coiffée d'une croix et portant les clochetons qui sonneront dans quelques minutes. Le toit est recouvert de neige; le vent souffle sur les flocons poudreux et dessine des circuits entre les fenêtres mansardées et l'horloge elle-même.

Numéro de l'objet :

  • Numéro d'inventaire : 2018.1938

Lieu de production :

  • Amérique du Nord > Canada > Québec > Montréal > Montréal

Dimensions :

  • Hauteur : 34,6 centimètre(s)
  • Hauteur de l'image : 21,5 centimètre(s)
  • Largeur : 27,8 centimètre(s)
  • Largeur de l'image : 17,8 centimètre(s)

Médium :

  • Crayon de plomb
  • Pierre noire

Support :

  • Papier

Type de fabrication :

Artisanal

Technique de fabrication :

  • Dessiné

Signature :

  • En bas à droite: A. Guindon

Sujet :

  • Allégorie
  • Architecture

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Avis d'intention de classement Partie d'un objet patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2020-08-20
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Le dessin « Sait-on que l'hiver en furie… » tire son nom de la septième strophe du poème « Le vieux cadran du Séminaire » paru dans le recueil « Aux temps héroïques » (1920), qui donne la parole à l'horloge elle-même. L'auteur du poème comme du dessin est le sulpicien Arthur Guindon (1864-1923), originaire de Saint-Polycarpe, qui a ainsi connu de très près l'horloge qui trône aujourd'hui encore au sommet du Séminaire de Saint-Sulpice.
Construit en 1683, le Séminaire de Saint-Sulpice est l'édifice le plus ancien de Montréal à être encore habité par les mêmes propriétaires. Il est doté d'une horloge dès le début du XVIIe siècle. Celle que représente Arthur Guindon dans ce dessin est très probablement la deuxième horloge, qui vient en 1835 remplacer le premier mécanisme en bois.
Si elle a été modifiée au fil du temps, cette horloge n'en reste pas moins un élément historique majeur de Montréal, malgré les années. C'est le contenu même du poème de Guindon qui accompagne ce fusain où l'horloge du Séminaire affronte les intempéries d'un hiver venteux. Se remémorant les premières années de la Nouvelle-France, le cadran déplore :

« Du haut de ma niche murale,
J'ai vu deux siècles s'écouler.
[…]
Pour un grand nom que j'ai vu naître.
J'en ai vu cent se ruiner,
Dans l'enfant (c'est mon tort peut-être)
Je ne vois qu'une ombre d'ancêtre
Pérégriner. »

Ainsi, le dessin d'Arthur Guindon rappelle-t-il le rôle majeur qu'a joué cette horloge, la première horloge publique en Amérique du Nord, qui a longtemps -- du temps où les Sulpiciens étaient seigneurs de l'île de Montréal -- donné à la fois l'horaire religieux, celui des prières qui ponctuent la journée, et l'horaire civil, celui des affaires, des rendez-vous et du quotidien. Malgré l'épreuve des années, l'horloge du séminaire, tout comme le séminaire lui-même, survit aux saisons qui passent et demeure le témoin inamovible du temps qui file.

Auteur: Jean Rey-Regazzi, 2019

Haut de la page

Références

Mention de droits d'auteurs :

Pascale Bergeron © Univers culturel de Saint-Sulpice

Notices bibliographiques :

  • GUINDON, Arthur. Aux temps héroïques. Montréal, 1919. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013