Ministère de la Culture et des Communications
Répertoire du patrimoine culturel du Québec

Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Vase à parement

Type :

Patrimoine mobilier (Bien archéologique)

Autre(s) nom(s) :

  • Céramique iroquoienne du Saint-Laurent
  • Poterie amérindienne

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Période :

  • Sylvicole supérieur (1 000 à 450 AA)

Thématique :

  • Patrimoine autochtone (Patrimoine des Premières Nations)

Classification :

  • Bien archéologique > Outils et équipement pour les matériaux > Alimentation : préparation et conservation des aliments

Éléments associés

Inventaires associés (1)

Description

Le vase à parement en céramique de type autochtone est un récipient servant principalement à la cuisson. L'objet date du milieu du Sylvicole supérieur (1 000 à 450 ans avant aujourd'hui). L'artéfact incomplet et fragmenté décoré d'impressions linéaires grossières et dépourvu de crestellation mesure 35 cm de hauteur. Le diamètre de l'ouverture est de 27 cm, avec 29 cm au rebord et 31 cm à la panse. L'épaisseur de la lèvre est de 1,4 cm et le parement mesure 1,7 cm de hauteur et 7 cm de largeur. Sa capacité est d'environ 10 litres.

Provenance archéologique :

  • DaEi-16 > Numéro de catalogue 21

Culture :

  • Iroquoiens du Saint-Laurent

Fonctions / usages :

Le vase sert principalement à la cuisson des aliments. Il peut également servir à l'entreposage.

Lieu de production :

  • Amérique du Nord > Canada > Québec > Bas-Saint-Laurent

Type de fabrication :

Artisanal

Technique de fabrication :

  • Traité au battoir côtelé
  • Modelé au battoir et à l'enclume

Matériaux :

  • Céramique - terre cuite grossière (commune) (Céramique de type autochtone)

Technique de décoration :

  • Imprimé
  • Incisé

Motif décoratif :

  • Croisillon
  • Linéaire

Élément décoratif :

  • Empreinte linéaire
  • Incision linéaire
  • Incision linéaire oblique à gauche

Décor :

Le parement est décoré d'un motif en croisillons composé d'empreintes linéaires. Sous l'angle du parement, des impressions linéaires verticales se placent au-dessus d'une bande de croisillons. La partie principale du col a une surface lissée où sont tracées des séries interrompues de grandes incisions obliques à gauche, qui viennent se terminer à l'épaule sur une autre bande de croisillons en empreintes linéaires.

Dimensions :

  • Capacité (Estimée / intégral) : 10 Litre(s)
  • Diamètre du rebord (Mesurée / intégral) : 29 centimètre(s)
  • Diamètre extérieur, Panse (Mesurée / intégral) : 31 centimètre(s)
  • Diamètre intérieur, Rebord (Mesurée / intégral) : 27 centimètre(s)
  • Épaisseur, Lèvre (Mesurée / intégral) : 1,4 centimètre(s)
  • Hauteur, Parement (Mesurée / intégral) : 1,7 centimètre(s)
  • Hauteur (Mesurée / intégral) : 35 centimètre(s)

Intégrité :

Objet incomplet constitué de plusieurs fragments recollés ou non (25% à 75% de l'objet)

Nombre de biens :

1

Numéro de l'objet :

  • CARQ : 28
  • CARQ : 14
  • Numéro archéologique : DaEi-16-21

Discipline :

  • Archéologie préhistorique

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Le vase à parement est daté du milieu du Sylvicole supérieur (1 000 à 450 ans avant aujourd'hui) et sert principalement à la cuisson des aliments. Il peut également servir à l'entreposage.

Il est typique de la phase Saguenay de la production des céramiques iroquoiennes de l'est de la vallée du Saint-Laurent. Sa panse est traitée au battoir côtelé, un traitement peu commun par rapport aux battoirs cordé ou gaufré plus communs.

Lors du dégagement de l'artéfact, les tessons du vase sont clairement associés à des fragments carbonisés de noix de noyer cendré, « Juglans cinerea », témoignant d'un transport en provenance de plus haut sur le Saint-Laurent, car la distribution naturelle de cet arbre ne s'étend pas aussi loin dans le Bas-Saint-Laurent. Ce fait corrobore le témoignage de Jacques Cartier qui remarque la présence de noix dans les victuailles des Iroquoiens de la région de Québec (Stadaconé) lorsqu'il les rencontre pour la première fois dans la baie de Gaspé, en 1534.

L'artéfact est mis au jour sur le site Levasseur, à l'Île Verte.

Il a été restauré et remonté par le Centre de Conservation du Québec.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Numérisation de la collection archéologique de référence du Québec (2016 - )
    Société du musée d'archéologie et d'histoire de Montréal Pointe-à-Callière


  • Le vase à parement fait partie de la collection archéologique de référence du Québec en raison de sa représentativité de la poterie de la phase Saguenay des Iroquoiens de l'est de la vallée du Saint-Laurent. Il a fait l'objet d'une restauration et d'un remontage de la part du Centre de conservation du Québec, ce qui révèle sa forme et de ses dimensions originales.

    Haut de la page

    Emplacement

    Region administrative :

    • Capitale-Nationale

    MRC :

    • Québec

    Municipalité :

    • Québec

    Arrondissement municipal :

    • Les Rivières

    Adresse :

    • 1825, rue Semple

    Localisation informelle :

    Laboratoire et Réserve d'archéologie du Québec

    Code Borden

    DaEi-16      

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • TREMBLAY, Roland, dir. L'éveilleur et l'ambassadeur. Essais archéologiques et ethnohistoriques en hommage à Charles A. Martijn. Paléo-Québec, 27. Montréal, Recherches amérindiennes au Québec, 1998. 255 p.
    • TREMBLAY, Roland. « A Middle Phase for the Eastern St. Lawrence Iroquoian Sequence: Western Influences and Eastern Practice ». WATTS, Christopher M., dir. et Ronald F. WILLIAMSON, dir. Taming the taxonomy : toward a new understanding of Great Lakes archaeology. Toronto, Eastend Books, 1999, p. 83-100.
    • TREMBLAY, Roland. « Présence du noyer cendré dans l'estuaire du Saint-Laurent durant la préhistoire ». Recherches amérindiennes au Québec. Vol. 27, no 3-4 (1997), p. 99-106.

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2024