Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Édifice de l'évêché de Notre-Dame-de-Fourvières

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Laurentides

Municipalité :

  • Mont-Laurier

Date :

  • 1914 (Construction)
  • 1948 (Rénovation)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Évêchés)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Inventaires associés (2)

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Mont-Laurier) 2021-12-13
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'évêché de Notre-Dame-de-Fourvières présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. « Par sa situation géographique au Québec, le territoire de la ville de Mont-Laurier s'est d'abord colonisé et développé comme un petit village de colonisation. Le village connaîtra, au début du XXe siècle un essor remarquable par l'obtention du prolongement du chemin de fer et du terminus ferroviaire du nord, du chef-lieu judiciaire et du palais de justice, du diocèse incluant l'évêché, des séminaires et de la cathédrale de Mont-Laurier. Situé en plein coeur du centre-ville, l'évêché et la cathédrale de Mont-Laurier constituent une preuve tangible de l'importance du rôle du clergé dans le développement de ce qui allait devenir la capitale des Cantons du Nord. Dès les années 1870, le curé Antoine Labelle et de nombreux évêques du Québec constatent que le clergé doit apporter son soutien aux familles canadiennes-françaises et catholiques dans les Cantons du Nord pour faire face à la colonisation anglo-saxonne et protestante des Cantons du Nord. La formation d'un nouveau diocèse est alors entreprise afin de solidifier et d'assurer le succès des efforts de colonisation. L'évêque de ce nouveau diocèse devra pour remplir ce rôle colonisateur, être dynamique et entreprenant. Mgr François-Xavier Brunet entre ainsi en scène dans ce tout nouveau diocèse et constate que les bâtiments de l'époque méritent d'être remplacés pour remplir les ambitions du clergé. Les travaux de construction de la nouvelle cathédrale débutent ainsi en avril 1918 pour se terminer par la bénédiction d'usage le 1er octobre 1919.Le 1er février 1982, la cathédrale est la proie des flammes. En quelques heures, le plus important trésor artistique diocésain, fierté de la ville épiscopale, disparaît en fumée et en cendres. Les travaux de reconstruction débutent 2 ans plus tard.

L'évêché de Notre-Dame-de-Fourvières présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. « Conçu par le bureau d'architectes Viau et Venne de Montréal en 1913, l'évêché comporte 2 étages avec toiture en mansarde. La construction de l'édifice en pierres et en briques provenant de la "briquade" de Mont-Laurier est confiée à l'entrepreneur local Samuel Ouellelle. Au fil du temps, l'évêché a fait l'objet de divers travaux et d'aménagements, notamment l'ajout d'un 3e étage, le remplacement du revêtement de brique par un revêtement en pierre et le réaménagement intérieur des lieux en bureaux pouvant accueillir divers organismes. »

L'évêché de Notre-Dame-de-Fourvières présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur identitaire. « [S]a localisation […] en plein coeur du centre-ville et [son] rôle […] en tant que [point] de repère et [lieu] de rencontre [constitue] pour la ville de Mont-Laurier un symbole identitaire fort dont la mise en valeur s'inscrit en toute harmonie avec les efforts de revitalisation déployés ces dernières années. »

Source : Ville de Mont-Laurier, 2021

Haut de la page

Informations historiques

En 1913, les autorités ecclésiastiques romaines décident d'établir un évêché à Mont-Laurier. En 1914, la construction de l'évêché est confiée à Samuel Ouellette. L'édifice est rénové et agrandi en 1948.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Laurentides

MRC :

  • Antoine-Labelle

Municipalité :

  • Mont-Laurier

Adresse :

  • 431, rue de la Madone
  • 435, rue de la Madone

Désignation cadastrale :

  • Lot 5 076 931

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Société d'histoire et de généalogie des Hautes-Laurentides. La route du Lièvre Rouge. Municipalité de Mont-Laurier. s.l. s.d. 32 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013