Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial des Galets

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Les Galets de Natashquan
  • Site historique des Galets

Région administrative :

  • Côte-Nord

Municipalité :

  • Natashquan

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Industrie de la transformation du poisson et des mammifères marins)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (12)

Plaques commémoratives associées (1)

Groupes associés (1)

Personnes associées (1)

Carte

Description

Le site patrimonial des Galets est un lieu autrefois consacré aux activités de pêche. Ce site est constitué d'un cran rocheux d'environ cent mètres carrés, formant une presqu'île surélevée de trois mètres au-dessus du niveau de la mer. Douze petits bâtiments d'entreposage y sont concentrés. De plan rectangulaire, ces « magasins » en bois sont revêtus de planches et de bardeaux et coiffés de toits à deux versants droits. Les ouvertures et les détails architecturaux peints en rouge rehaussent la blancheur des murs. Le site patrimonial des Galets est situé le long du golfe du Saint-Laurent, au nord-ouest de la Petite rivière Natashquan, dans la municipalité de Natashquan.

Ce bien est classé site patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2006-05-11
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial des Galets présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Voué principalement à la pêche morutière, ce site évoque le passé de Natashquan. Le peuplement du lieu commence en 1855. Dès leur établissement, les pionniers construisent des « magasins » ou « galets », utilisés pour le rangement des agrès de pêche, pour le salage et le séchage de la morue ainsi que pour la conservation de l'huile de loup-marin. Pendant les décennies suivantes, Natashquan devient l'un des centres de pêche les plus actifs de la Côte-Nord. Dans les années 1880, on dénombre 23 magasins sur les galets. Il y en a plus de trente au début du XXe siècle. L'endroit est essentiellement exploité par des pêcheurs locaux et indépendants. Des marchands itinérants et quelques compagnies de pêche le fréquentent néanmoins, dont celle des frères de La Perrelle, dès 1857. Cette compagnie est absorbée en 1876 par la Charles Robin and Company, qui s'établit à Natashquan et achète l'excédent des prises des pêcheurs autonomes. Elle cesse toutefois ses activités en 1937. Pendant la seconde moitié du XXe siècle, la pêche morutière s'essouffle. Au tournant des années 1980, la morue se fait rare dans le golfe du Saint-Laurent, et sa pêche est interdite. Par conséquent, plusieurs magasins disparaissent. De nos jours, le site patrimonial des Galets et ses douze magasins, dont certains ont 150 ans, témoignent de l'histoire socioéconomique des pêcheurs autonomes de Natashquan.

Le site patrimonial des Galets présente également un intérêt patrimonial pour ses valeurs ethnologique et architecturale. Le terme « galets » réfère à la fois au cran rocheux, aux magasins qui l'occupent et aux activités de pêche. Pendant la saison, les galets formaient un prolongement du village, en raison du déplacement quotidien des familles qui venaient y travailler. Hommes, femmes et enfants se partageaient les tâches reliées aux métiers de la mer. Cet espace devenait ainsi le lieu d'activité le plus important de la communauté. Il incluait, outre les magasins, des étals et des vigneaux sur lesquels on préparait la morue. Les magasins ont toujours appartenu à des particuliers. L'architecture de ces petits bâtiments d'entreposage en bois est ramenée à l'essentiel. De plan rectangulaire, ils sont revêtus de planches et de bardeaux et coiffés de toits à deux versants droits. Site exemplaire, les Galets reflètent fidèlement la vie de Natashquan et d'un bon nombre de villages nord-côtiers, où la pêche était l'activité principale.

Le site patrimonial des Galets présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur paysagère. Ce paysage humanisé est constitué d'un cran rocheux d'environ cent mètres carrés, formant une presqu'île surélevée de trois mètres au-dessus du niveau de la mer. Le site s'avance dans le golfe du Saint-Laurent, au nord-ouest de la Petite rivière Natashquan. Les magasins, posés sur le granit poli par les eaux, marquent le paysage par leur concentration et par leurs volumes blanc et rouge.

Le site patrimonial des Galets présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur emblématique. Les galets sont devenus, avec le temps, l'emblème du village de Natashquan. Depuis l'essoufflement des pêcheries, ils sont associés à l'héritage des générations. Le lieu et les activités de pêche qui s'y déroulaient ont été une source d'inspiration pour Gilles Vigneault (né en 1928), qui a d'ailleurs travaillé à cet endroit pendant son enfance. L'un de ses poèmes, « Île de pierre », en traite directement. Par ses poèmes, contes et chansons, l'écrivain a fait connaître Natashquan et ses galets, enrichissant ainsi l'imaginaire québécois.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial des Galets liés à ses valeurs historique, ethnologique, architecturale, paysagère et emblématique comprennent, notamment :
- la situation le long du golfe du Saint-Laurent, au nord-ouest de la Petite rivière Natashquan;
- la concentration de douze petits bâtiments en bois de plan rectangulaire au toit à deux versants droits, leur structure en bois revêtue de planches et de bardeaux peints en blanc, leurs fondations en rondins appuyées sur le roc ou montées sur pilotis ainsi que leurs ouvertures et leurs détails architecturaux peints en rouge.

Haut de la page

Informations historiques

Le littoral de Natashquan a d'abord été fréquenté par les Amérindiens et les morutiers. Le peuplement de la localité commence en 1855. Ce sont des Acadiens de l'île du Havre Aubert, l'une des îles de la Madeleine, qui s'y installent en raison de la proximité des bancs de poissons.

Dès leur établissement, les pionniers occupent le site des galets, constitué d'un cran rocheux qui s'avance dans le golfe du Saint-Laurent, à l'ouest de la Petite rivière Natashquan. Ils y construisent entre autres des « magasins » ou « galets », utilisés pour le rangement des agrès de pêche, pour le salage et le séchage de la morue ainsi que pour la conservation de l'huile de loup-marin. Presque toutes les familles de Natashquan posséderont un magasin, qui sera transmis par héritage. L'architecture de ces petits bâtiments d'entreposage en bois est ramenée à l'essentiel et ressemble à celle d'autres lieux de pêche.

Pendant les décennies suivantes, Natashquan devient l'un des centres de pêche les plus actifs de la Côte-Nord. Dans les années 1880, on dénombre 23 magasins sur les galets. Il y en a plus de trente au début du XXe siècle. Les habitants de Natashquan pêchent le hareng au printemps et à l'automne, la morue en juin et en juillet, et à l'occasion du flétan et du maquereau. La morue demeure toutefois la principale espèce pêchée.

Le terme « galets » réfère à la fois au cran rocheux, aux magasins qui l'occupent et aux activités de pêche. Pendant la saison, les galets formaient un prolongement du village, en raison du déplacement quotidien des familles qui venaient y travailler. Hommes, femmes et enfants se partageaient les tâches reliées aux métiers de la mer. L'endroit incluait, outre les magasins, des échafauds, des vigneaux, des boyarts (bards) et des étals. Situé près des plages, où les embarcations viennent accoster, cet espace devenait ainsi le lieu d'activité le plus important de la communauté.

Le site des Galets a été essentiellement exploité par des pêcheurs locaux et indépendants. Des marchands itinérants et quelques compagnies de pêche l'ont néanmoins fréquenté, dont celle des frères de La Perrelle, d'origine jersiaise, dès 1857. Cette compagnie est absorbée en 1876 par la Charles Robin and Company, qui s'établit à Natashquan et achète l'excédent des prises des pêcheurs autonomes. Elle cesse toutefois ses activités en 1937.

Pendant la seconde moitié du XXe siècle, la pêche morutière s'essouffle. Au tournant des années 1980, la morue se fait rare dans le golfe du Saint-Laurent, et sa pêche est interdite. Par conséquent, plusieurs magasins disparaissent. Avec l'abandon de la pêche à la morue, c'est une page de l'histoire de Natashquan qui est tournée.

Les galets et les activités de pêche qui s'y déroulaient ont été une source d'inspiration pour Gilles Vigneault (né en 1928), qui a d'ailleurs travaillé à cet endroit pendant son enfance. L'un de ses poèmes, « Île de pierre », en traite directement. Par ses poèmes, contes et chansons, l'écrivain a fait connaître Natashquan et ses galets, enrichissant ainsi l'imaginaire québécois.

Le site patrimonial des Galets est classé en 2006. De nos jours, ce lieu et ses magasins, dont certains ont 150 ans, sont devenus l'emblème du village de Natashquan.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Côte-Nord

MRC :

  • Minganie

Municipalité :

  • Natashquan

Lieux-dits :

  • Les Galets

Latitude :

  • 50° 10' 54.0"

Longitude :

  • -61° 49' 24.4"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Sept-Îles Canton de Natashquan Absent partie non cadastrée

Haut de la page

Documents

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BIRGIT, Anna et Gilles VIGNEAULT. Natashquan, le voyage immobile. Montréal, Les Nouvelles Éditions de l'Arc, 1976. s.p.
  • DIONNE, Gabriel. La voix d'un silence, histoire et vie de la Basse-Côte-Nord. Montréal, Leméac, 1985. 278 p.
  • FRENETTE, Pierre et Bernard LANDRY. Natashquan le goût du large. Montréal, Les Nouvelles Éditions de l'Arc, 2005. s.p.
  • FRENETTE, Pierre, dir. Histoire de la Côte-Nord. Les Régions du Québec. Québec, Institut québécois de la recherche sur la culture: Presses de l'Université Laval, 1996. 667 p.
  • KEDL, Eugen et Serge LAMBERT. La Côte-Nord. Sainte-Foy, Éditions GID, 1997. 271 p.
  • L'HERBIER, Benoît et Christian RIOUX. « Vigneault, Gilles ». Institut Historica-Dominion. Encyclopédie de la musique au Canada [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • LAMONTAGNE, Sophie-Laurence. Les galets de Natashquan : évaluation patrimoniale : rapport synthèse. Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 2004. 49 p.
  • s.a. Natashquan : un regard sur le passé. Natashquan, Corporation de développement touristique de Natashquan, 1996. 99 p.
  • VIGNEAULT, Gilles. La petite heure 1959-Contes-1979. Montréal, Les nouvelles éditions de l'Arc, 1979. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013