Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Société de Saint-Vincent-de-Paul

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

La Société de Saint-Vincent-de-Paul est fondée à Paris, en 1833, par Frédéric Ozanam. Regroupant des bénévoles laïcs, cette association catholique a pour objet la sanctification personnelle de ses membres et l'aide aux démunis, qui s'accomplit principalement par des visites à domicile visant à apporter un secours matériel et spirituel. L'unité de base de la société est la conférence, qui peut être établie dans une paroisse, un quartier, une école, une entreprise commerciale ou autre.

Dès sa fondation, l'organisation se développe rapidement, et plusieurs conférences sont ouvertes en France et à l'étranger. À Québec en 1846, Joseph Painchaud, un jeune Canadien étudiant la médecine à Paris, organise la première conférence canadienne de la société, la conférence Notre-Dame. Par la suite, les conférences se multiplient rapidement dans la capitale et six sont déjà ouvertes à la fin de l'année. En 1848, une première conférence ouvre à Montréal à l'instigation de Mgr Ignace Bourget, évêque de Montréal. Un conseil supérieur est créé à Québec en 1850 et la Saint-Vincent-de-Paul s'établit dans d'autres villes canadiennes, telles que Toronto (1850), Halifax (1853), Ottawa (1860) et Trois-Rivières (1866). À la fin du XIXe siècle, on dénombre 104 conférences au Canada et plus de 4 600 membres. Association d'abord exclusivement masculine, il faut attendre en 1933 pour qu'une première conférence féminine canadienne soit créée à Québec par Alice Dussault.

Les membres de la Saint-Vincent-de-Paul oeuvrent de diverses manières auprès des démunis. En plus de leur mission première de visiter les pauvres à domicile, ils envoient des enfants à l'école, placent des orphelins dans des familles, distribuent de la nourriture ou encore fondent des caisses d'épargne pour les personnes dans le besoin. Pour récolter des dons à l'approche de Noël, ils instituent, au cours des années 1860, la coutume de la guignolée.

La société travaille en étroite collaboration avec les autorités et les autres congrégations religieuses afin de fonder des établissements de charité, tels que des dispensaires, des orphelinats et des patronages. À Québec, par exemple, à l'instigation d'un membre influent de l'association, George Manly Muir, elle fonde l'asile Sainte-Madeleine (1850), un lieu pour réhabiliter les ex-prisonnières, dont la direction est confiée à Marie-Joseph Fitzbach. L'organisation est également à l'origine d'un patronage pour les enfants vagabonds (1861), pris en charge en 1884 par les Religieux de Saint-Vincent de Paul. La Société, qui bénéficie souvent de l'appui des Sulpiciens, ouvre à Montréal en coopération avec les Soeurs grises, l'hospice Saint-Charles (1877), un refuge pour itinérants connu aujourd'hui sous le nom d'Accueil Bonneau, et le patronage Saint-Vincent-de-Paul (1892), tenu par les Frères de Saint-Gabriel.

Au début du XXe siècle, la Saint-Vincent-de-Paul poursuit son expansion au Québec. Soutenues par les curés et les évêques, qui comptent sur l'association pour la prestation de la bienfaisance, des conférences s'organisent dans de nombreuses paroisses. La Société est sollicitée par les autorités municipales à certaines occasions, notamment pendant la Grande Dépression des années 1930. Dans plusieurs villes, elle veille alors à la distribution des secours directs aux démunis. Au cours des années suivantes, l'État prend graduellement en main l'assistance publique, ce qui réduit la charge des associations de bienfaisance.

Au début du XXIe siècle, la Société de Saint-Vincent-de-Paul compte au Canada environ 800 conférences et 12 000 membres, principalement au Québec et en Ontario. Au Québec, où elle regroupe plus de 5 000 bénévoles, sa principale activité demeure les visites à domicile.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Conseil national du Canada de la Société de Saint-Vincent de Paul. Société Saint-Vincent de Paul - Society of Saint-Vincent de Paul [En Ligne]. http://www.ssvp.ca/
  • Institut Historica-Dominion. « Société de Saint-Vincent-de-Paul ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • La Société de Saint-Vincent de Paul. Le Conseil provincial du Québec de la Société de Saint-Vincent de Paul [En Ligne]. http://www.ssvp.qc.ca/
  • La Société de Saint-Vincent de Paul de Québec. La Société de Saint-Vincent de Paul de Québec [En Ligne]. http://www.ssvpq.org/
  • RUMILLY, Robert. La Plus riche aumône : histoire de la Société de Saint-Vincent-de-Paul au Canada. Montréal, Éditions de l'Arbre, 1946. 235 p.
  • SÉNÉCAL, E. L'oeuvre du patronage de la Société Saint-Vincent de Paul. Montréal, E. Sénécal, 1894. 16 p.
  • Société Saint-Vincent de Paul de Montréal. Société Saint-Vincent de Paul de Montréal [En Ligne]. http://www.ssvp-mtl.org/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013