Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

McNider, John

Type :

Personne (Homme)

Autre(s) nom(s) :

  • MacNider, John

Date :

  • avant 1807 – après 1823

Occupation :

  • Administrateur de compagnie de navigation
  • Commerçant / marchand
  • Seigneur / agent seigneurial

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Plaques commémoratives associées (1)

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à Kilmarnock, en Écosse, John McNider est le fils de William McNider.

McNider arrive à Québec alors qu'il est encore un jeune homme. Il devient rapidement un marchand de bois prospère ainsi qu'un constructeur de navires et participe à la fondation de la Quebec Savings Bank.

En 1807, il achète de son cousin Matthew McNider, la seigneurie de Mitis et devient le premier propriétaire à s'intéresser à son développement et à son organisation. À la même époque, il possède plusieurs magasins de matériaux de construction dans la côte de la Fabrique à Québec, de même qu'un chantier naval, situé sur le chemin Saint-Louis, où sont construits des navires en bois destinés à la Grande-Bretagne.

McNider est considéré comme le fondateur des municipalités de Grand-Métis, de Petit-Métis et de Saint-Octave-de-Métis. À Grand-Métis, il fait bâtir une maison à l'embouchure de la rivière Mitis, puis quelques années plus tard, un manoir sur la pointe de l'anse du Petit Mitis. Dès 1818, il encourage et facilite l'arrivée de nombreux immigrants sur sa seigneurie. Il leur offre l'hébergement gratuit pendant les deux premières années, leur fournit nourriture et vêtements, ainsi qu'un emploi sur la ferme. La plupart de ces immigrants proviennent de sa région natale en Écosse. Il fait également construire une route de colonisation qui favorise l'arrivée des colons francophones dans sa seigneurie.

Impliqué dans le secteur naval, McNider établit sur la rivière Mitis un poste de pilotage pour les bateaux qui remontent le fleuve jusqu'à Montréal. Il fait de ce cours d'eau le centre du développement forestier de la région. En 1823, il passe devant un comité de la Chambre d'assemblée du Bas-Canada et déclare posséder le seul établissement de pêche entre l'île Verte et Cap-Chat.

Il avait épousé à Québec, en 1811, Angelica Stuart, fille de Murdoch Stuart.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CAMPEY, Lucille H. Les Écossais: The pioneer Scots of Lower Canada, 1763-1855. s.l. Natural Heritage / Natural History, 2006. s.p.
  • LAFONTAINE, Caroline et Marie-Andrée VAILLANCOURT. Caractérisation de la Baie Mitis [En Ligne]. http://www.parcmitis.com/pdf_fr/baie_mitis_rapport.pdf
  • Saint-Jean-sur-Richelieu.net. La petite histoire de Saint-Jean-sur-Richelieu [En Ligne]. http://www.st-jean-sur-richelieu.net/region/histoire.html
  • s.a. Québec, ville de bois, partie 2 [En Ligne]. http://www.scribd.com/doc/17471351/Quebec-ville-de-bois-partie-2

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013