Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de la Côte-de-la-Fabrique

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Site du patrimoine de la Côte-de-la-Fabrique-de-Bagotville
  • SP-4

Région administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

Municipalité :

  • Saguenay

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (10)

Images

Carte

Description

Le site patrimonial de la Côte-de-la-Fabrique est un petit secteur urbain résidentiel de moins d'un hectare. Le site suit la pente de la rue de la Fabrique. Il croise la rue Cimon et atteint un petit plateau, le boulevard de la Grande-Baie Nord, sur lequel il s'étend sur une centaine de mètres. Il comprend dix résidences, dont les dates de construction initiales remontent, pour la plupart, au début du XXe siècle. Le site patrimonial est borné à l'est par des propriétés près de la rue Albert, à l'ouest par le boulevard de la Grande-Baie Nord et l'ancienne académie Saint-Alphonse, au sud par les limites arrière des lots faisant front à la rue de la Fabrique et au nord par le parc McLean. Le site patrimonial de la Côte-de-la-Fabrique se situe dans un secteur constitué de plusieurs zones patrimoniales. Il est localisé dans le secteur de Bagotville, dans l'arrondissement municipal de La Baie de la ville de Saguenay.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Saguenay) 2005-02-22
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial de la Côte-de-la-Fabrique présente un intérêt pour ses valeurs historique et architecturale. Le site illustre le développement du village en voie de devenir une ville. Le lieu est d'abord occupé par la grange et l'étable de Mars Simard. Il comprend ensuite des terrains appartenant à la Fabrique de la paroisse de Saint-Alphonse pendant environ un demi-siècle. Le site témoigne de la croissance du village de Bagotville qui s'y étend entre 1901 et 1921. À ce moment, la population quadruple pour atteindre plus de 2000 personnes. Le village rejoint alors le petit plateau de la rue Elgin (actuel boulevard de la Grande-Baie Nord) qui permet d'atteindre Chicoutimi et les villes voisines de Port-Alfred et de Grande-Baie. Le site marque les limites de la « basse-ville » dans ce secteur de Bagotville. Le fort escarpement - lieu-dit du cap à Gravel - entrave la construction résidentielle jusqu'au début des années 1970. La pente de la rue de la Fabrique - lieu-dit de la Côte-de-la-Fabrique - est courte et prononcée. Elle indique aussi les limites de l'aire villageoise telle qu'elle est arpentée par Jean-Baptiste Duberger fils (vers 1795-vers 1865) en 1846. L'ouverture, entre 1906 et 1920, de la sinueuse rue Cimon, qui croise la côte de la Fabrique, rappelle en outre un des derniers efforts de lotissement résidentiel au pied du cap rocheux. La marge de recul presque inexistante des plus anciens bâtiments souligne aussi l'aspect villageois de cette partie de Bagotville. Quelques résidences évoquent toujours le caractère villageois du début du XXe siècle. Deux exemples rappellent la maison traditionnelle québécoise et une maison mansardée est implantée à même la montée. De plus, une maison de type « villa », sise non loin de l'ancien hôtel McLean, démontre l'attrait des hauteurs pour les résidents plus fortunés. Par sa localisation, son tracé, sa topographie et ses résidences, le site évoque la croissance du village de Bagotville au début du XXe siècle.

Source : Ville de Saguenay, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial de la Côte-de-la-Fabrique liés à sa valeur historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa position à l'ouest du noyau institutionnel, au coeur du village;
- la relative étroitesse du tracé de la rue de la Fabrique et sa courte pente prononcée;
- le plateau du boulevard de la Grande-Baie Nord juste avant l'escarpement rocheux;
- la faible marge de recul de plusieurs résidences (tissu villageois);
- les traces du développement résidentiel du début du XXe siècle, notamment deux maisons traditionnelles québécoises, une maison mansardée et une maison de type « villa »;
- les modèles de maisons traditionnelles québécoises d'un étage et demi avec toit à deux versants droits ou retroussés;
- la maison d'esprit Second Empire, dont son toit mansardé avec lucarnes;
- les exemples de maisons ouvrières à logements multiples, dont celles de plan rectangulaire de deux étages avec toit en pavillon ou plat;
- l'alignement des bâtiments les uns à côté des autres et leur proximité entre eux.

Haut de la page

Informations historiques

En 1838, au moment où la rébellion des Patriotes fait toujours rage dans certains comtés du Bas-Canada, un mouvement de colonisation prend forme vers le Saguenay. Cette année-là, les premiers colons arrivent dans la baie des Ha! Ha!, la grande baie du fjord du Saguenay. Parmi eux, Mars Simard s'établit sur la rive nord de la rivière qui porte aujourd'hui son nom. À l'embouchure de la rivière à Mars, une scierie est rapidement construite. D'importantes inondations et un incendie surviennent en 1840 et 1841. La compagnie de William Price (1789-1867), un homme d'affaires britannique actif dans l'industrie forestière, prend alors en charge le site. À ce moment, le bail de la Compagnie de la Baie d'Hudson sur le territoire de la région du Saguenay vient à échéance. Mandaté par le gouvernement, Jean-Baptiste Duberger fils (vers 1795-vers 1865) commence peu après l'arpentage des terres. Ce travail a pour but d'encadrer la colonisation amorcée de manière spontanée sur la grande terre de Mars Simard. Un plan de 1846 montre la trame ancienne du village actuel. Une grille de rues suit les rives de la baie et de la rivière, entre ces plans d'eau et l'escarpement rocheux. Duberger y configure à ce moment les lots de la partie sud-ouest de la rue de la Fabrique - lieu-dit de la Côte-de-la-Fabrique - sur lesquels se trouvent alors la grange et l'étable de Mars Simard.

À la fin des années 1850, la Fabrique de la paroisse de Saint-Alphonse détient une large part des emplacements longeant la rue de la Fabrique. L'église de Saint-Alphonse y est construite de 1860 à 1862 dans la portion comprise entre les rues Victoria et Albert. Cimetière, presbytère et couvent y sont aménagés au fil du temps et forment le noyau institutionnel catholique du village. Quant à la partie ouest de la rue de la Fabrique - maintenant le site patrimonial de la Côte-de-la-Fabrique -, les terrains y sont laissés en friche ou, au mieux, servent à l'agriculture. La plupart de ces emplacements ne seront cédés à des particuliers qu'au début du XXe siècle.

Entre 1901 et 1921, la population villageoise passe de 507 habitants à 2204. Divers facteurs expliquent cette augmentation. Il s'agit notamment de l'arrivée du chemin de fer à Bagotville en 1910 et de la création de la ville voisine de Port-Alfred à la fin des années 1910. Cette dernière se trouve située sur la rive opposée de la rivière à Mars. Fort de cet accroissement, Bagotville obtient le statut de ville en 1920. Durant cette période, des maisons avec un toit à deux versants ou un toit mansardé font leur apparition dans le secteur de la côte de la Fabrique. Une maison de villégiature est aussi construite sur un petit plateau (boulevard de la Grande-Baie Nord), près de l'ancien hôtel McLean. Vers 1910, on perce la rue Cimon vers le nord entre la rue Albert et le boulevard de la Grande-Baie Nord. Cette rue en pente se blottit elle aussi aux pieds de l'escarpement. Elle complète ainsi l'occupation du village au bas de l'escarpement rocheux.

Après la Seconde Guerre mondiale, la croissance de la ville de Bagotville se réalise surtout dans les nouveaux lotissements en amont du village, sur l'escarpement rocheux. Des bâtiments apparaissent également çà et là dans le vieux village, dont un immeuble à logements dans le secteur de la côte de la Fabrique (1011-1017, boulevard de la Grande-Baie Nord).

Le site du patrimoine de la Côte-de-la-Fabrique est constitué en 1991. Depuis 2002, le site fait partie de l'arrondissement municipal de La Baie de la ville de Saguenay. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

MRC :

  • Saguenay

Municipalité :

  • Saguenay

Arrondissement municipal :

  • La Baie

Adresse :

  • 410 à 458, boulevard de la Grande-Baie Sud

Localisation informelle :

Situé sur le boulevard de la Grande-Baie Nord de part et d'autre de la rue de la Fabrique

Latitude :

  • 48° 20' 24.0"

Longitude :

  • -70° 52' 58.0"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • MORISSET, Lucie et Luc NOPPEN. Ville de La Baie : un héritage entre nature et culture. Guide d'excursion et d'interprétation du patrimoine. La Baie, Ministère de la culture et des communications, 1998. 127 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013