Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Félix-Leclerc

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Vaudreuil-Dorion

Date :

  • vers 1880 – (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (3)

Carte

Description

La maison Félix-Leclerc est une résidence construite vers 1880 et agrandie au cours de la première moitié du XXe siècle. L'édifice en brique peinte en blanc présente un plan en « T ». Le corps principal de plan rectangulaire compte deux étages, incluant le toit mansardé à deux versants et terrasson à croupes. L'annexe, greffée à l'arrière, est surmontée d'un toit à deux versants droits et elle est encadrée d'appentis. La maison Félix-Leclerc est située en retrait de la voie publique, sur un terrain au relief peu accusé et planté d'arbres matures, face au lac des Deux-Montagnes, dans la ville de Vaudreuil-Dorion.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection inclut le terrain.

L'ensemble est également cité site patrimonial.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Bois, ossature en bois
  • Maçonnerie en brique

Annexes :

  • Agrandissement

Saillies :

  • Cheminée
  • Portique

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Façade arrière : Bois (Planche à feuillure), Brique (Structure apparente)
  • Façade droite : Bois (Planche à feuillure), Brique (Structure apparente)
  • Façade gauche : Bois (Planche à feuillure), Brique (Structure apparente)
  • Façade avant : Brique (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : Mansardé
    Matériau : Tôle pincée

Porte principale :

  • bois, à panneaux et vitrage, à battants

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux et vitrage, à battants

Fenêtre(s) :

  • en bandeau, Fixe
  • Rectangulaire, À battants, à moyens ou grands carreaux

Lucarne(s) :

  • À pignon

Éléments architecturaux :

  • Contrevent

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2009-10-29
 
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Vaudreuil-Dorion) 1991-06-03
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Félix-Leclerc présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique découlant de son association avec l'écrivain et chansonnier Félix Leclerc (1914-1988). Cet artiste a marqué profondément la scène francophone. Son oeuvre, inspirée de la nature et du quotidien, aborde des thèmes fondamentaux comme la vie, la mort, l'amour et la patrie. Félix Leclerc est d'abord reconnu en France dans les années 1950, où ses chansons, sa personnalité et son attachement au terroir sont très appréciés. C'est vers le milieu de la décennie suivante qu'il devient une icône au Québec, ouvrant la voie à des générations de chansonniers. Félix Leclerc vit à Vaudreuil de 1945 à 1966. Cette période est l'une des plus créatrices de sa carrière et correspond à sa consécration sur la scène internationale. C'est à ce moment qu'il compose certaines de ses chansons les plus connues, comme « Moi, mes souliers », « Le P'tit Bonheur » et « L'Hymne au printemps », écrites en 1946. Félix Leclerc s'intègre aussi pleinement à la communauté vaudreuilloise. Il noue des liens d'amitié avec ses voisins cultivateurs et participe aux activités communautaires et culturelles. La maison Félix-Leclerc est la troisième résidence occupée par l'artiste et sa famille dans la localité. Il l'habite de 1956 à 1966, période au cours de laquelle il publie notamment « Le Fou de l'Île » (1958), « Le Calepin d'un flâneur » (1960), une autobiographie et plusieurs pièces de théâtre. Le documentaire « Félix Leclerc, troubadour », réalisé par Claude Jutra (1930-1986) en 1958, est tourné dans la demeure. L'endroit de travail privilégié de l'auteur est la mansarde. La grange aujourd'hui disparue, qu'il appelle « l'auberge des morts subites », est un lieu de répétition pour la comédie du même nom, présentée à Montréal en 1963. La maison Félix-Leclerc est la seule résidence subsistant pour témoigner du passage de l'artiste à Vaudreuil-Dorion.

La maison Félix-Leclerc présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le corps principal, construit vers 1880, est un exemple de maison mansardée, un type d'habitation vernaculaire d'influence Second Empire. Ce style apparaît en France sous le règne de l'empereur Napoléon III (1808-1873), notamment avec la construction du Nouveau Louvre (1852-1857). Il est rapidement introduit aux États-Unis et au Canada grâce aux revues et aux catalogues d'architecture. La maison Félix-Leclerc se rattache à ce type par son toit mansardé à deux versants et terrasson à demi-croupes, sa composition symétrique et son ornementation reprenant des éléments du vocabulaire classique tels que les frontons. Le toit mansardé offre l'avantage d'un plus grand espace habitable dans les combles. L'ajout d'une annexe à l'arrière témoigne, par ailleurs, d'une pratique courante permettant d'agrandir la maison. La maison Félix-Leclerc illustre donc un modèle d'habitation représentatif de l'architecture québécoise du dernier quart du XIXe siècle.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la maison Félix-Leclerc liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en retrait de la voie publique, sur un terrain au relief peu accusé et planté d'arbres matures;
- son emplacement face au lac des Deux-Montagnes, dans la municipalité de Vaudreuil-Dorion;
- le volume du corps principal, dont le plan rectangulaire à deux étages incluant le toit mansardé à deux versants et terrasson à demi-croupes;
- les matériaux, dont le parement en brique peint, la couverture en tôle, le solage en pierre ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les ouvertures, dont leur disposition symétrique, le portail principal composé d'une porte à panneaux et à vitrage surmontée d'une imposte rectangulaire vitrée, les fenêtres à battants à grands carreaux et les lucarnes à pignon;
- l'ornementation, dont les linteaux décoratifs légèrement arqués et les pignons des lucarnes ornés d'une corniche à denticules et d'un panneau menuisé;
- les souches de cheminée en brique aux extrémités du toit;
- les éléments intérieurs d'origine, dont la mansarde, le revêtement des murs en lattes de bois, les poutres apparentes, les portes en bois et le foyer du rez-de-chaussée en pierre avec un manteau de bois;
- l'annexe en brique à l'arrière du corps principal, de plan rectangulaire à un étage et demi et coiffée d'un toit à deux versants droits;
- le bâtiment évoquant le volume de l'ancienne forge.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Félix-Leclerc a été construite en deux étapes. Le corps principal est érigé vers 1880 pour Michel Denis dit Saint-Denis, propriétaire de la terre de 1858 à 1881, ou pour son fils Joseph, propriétaire de 1881 à 1931. L'annexe est ajoutée vraisemblablement au cours de la première moitié du XXe siècle. Des dépendances agricoles occupent aussi le terrain, dont une grange et un atelier (forge). La propriété reste entre les mains de la famille Denis jusqu'en 1950. Félix Leclerc (1914-1988) l'acquiert en 1956, de l'imprimeur Robert Brown.

Écrivain et chansonnier, Félix Leclerc a marqué profondément la scène artistique francophone. Son oeuvre, inspirée de la nature et du quotidien, aborde des thèmes fondamentaux comme la vie, la mort, l'amour et la patrie. L'artiste est d'abord reconnu en France dans les années 1950, où ses chansons, sa personnalité et son attachement au terroir sont très appréciés. C'est vers le milieu de la décennie suivante qu'il devient une icône au Québec, ouvrant la voie à des générations de chansonniers.

Leclerc vit à Vaudreuil de 1945 à 1966. Cette période est l'une des plus créatrices de sa carrière et correspond à sa consécration sur la scène internationale. C'est à ce moment qu'il compose certaines de ses chansons les plus connues, comme « Moi, mes souliers », « Le P'tit Bonheur » et « L'Hymne au printemps », écrites en 1946. Il s'intègre aussi pleinement à la collectivité vaudreuilloise. Il noue des liens d'amitié avec ses voisins cultivateurs et participe aux activités communautaires et culturelles de la localité. Cette dernière devient d'ailleurs à cette époque un foyer culturel important. Plusieurs artistes québécois de divers milieux s'y établissent, dont certains sont reconnus à l'étranger.

La maison Félix-Leclerc est la troisième résidence occupée par l'artiste et sa famille à Vaudreuil. Il l'habite de 1956 à 1966, période au cours de laquelle il publie notamment « Le Fou de l'Île » (1958), « Le Calepin d'un flâneur » (1960), une autobiographie et plusieurs pièces de théâtre. Le documentaire « Félix Leclerc, troubadour », réalisé par Claude Jutra (1930-1986) en 1958, est tourné dans la demeure. L'endroit de travail privilégié de l'auteur est la mansarde. Leclerc souhaite que la grange, aujourd'hui disparue, devienne le lieu de rendez-vous des comédiens, des chanteurs, des associations culturelles et des amis de passage. Il veut même en faire un théâtre de village. Ce rêve ne se concrétise pas. Le bâtiment, qu'il appelle « l'auberge des morts subites », est néanmoins un lieu de répétition pour la comédie du même nom, présentée par la Comédie canadienne au théâtre du Gesù à Montréal en 1963. L'atelier, comme la maison, sert à recevoir artistes et amis. Félix Leclerc quitte Vaudreuil en 1966, à la suite d'une rupture. Sa première épouse et leur fils habitent la résidence jusqu'en 1973.

La maison Félix-Leclerc est citée en 1991. Un site du patrimoine incluant la demeure et les dépendances est constitué en 2006. La Société de sauvegarde de la mémoire de Félix Leclerc à Vaudreuil-Dorion acquiert la résidence en 2006, dans le but de la mettre en valeur et de la rendre accessible au public.

La maison Félix-Leclerc est classée en 2009. L'atelier de forge, devenu dangereux, est démoli en 2010.

Le site du patrimoine de la Maison-Félix-Leclerc est devenu cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

D'importants travaux de restauration sont terminés en 2014, et un bâtiment rappelant le volume de la forge est érigé.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Vaudreuil-Soulanges

Municipalité :

  • Vaudreuil-Dorion

Adresse :

  • 186, chemin de l'Anse

Latitude :

  • 45° 25' 14.451"

Longitude :

  • -74° 3' 18.19"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 834 576

Haut de la page

Chaîne de titres

Date Type d'aliénation De À
1931-04-02 Don Joseph Denis
Albertine Brasseur
Emilien Denis
1881-01-18 Vente Michel St-Denis dit Denis Joseph St-Denis
1862-05-03 Vente Narcisse Gauthier Michel Denis dit St-Denis
1858-03-29 Vente Antoine Narcisse Gauthier Michel Denis dit St-Denis

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CARTIER, François. Félix Leclerc à Vaudreuil: synthèse historique. Vaudreuil-Dorion, 2003. 76 p.
  • JUTRA, Claude. Félix Leclerc, troubadour. [enregistrement vidéo, 27 min 5 sec]. Vaudreuil, Office national du film, 1958. s.p.
  • LORD, Roger. Félix de Vaudreuil. [enregistrement vidéo]. Vaudreuil-Dorion, 2000. s.p.
  • Mazouz. C'est la première fois que j'la chante. [enregistrement vidéo, 49 min 23 sec]. Vaudreuil, Office national du film, 1988. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013