Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial du Vieux-Boucherville

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Vieux-Boucherville

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Boucherville

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (255)

Personnes associées (7)

Images

Carte

Description

Le site patrimonial du Vieux-Boucherville est un territoire multifonctionnel occupé depuis 1667. En son centre figure le bourg marqué par une trame orthogonale serrée dont le tracé de certaines rues remonte au XVIIe siècle. Le bourg est dominé par un noyau institutionnel. Il est formé de l'église de Sainte-Famille (1801-1802), inspirée de la tradition architecturale du Régime français, du presbytère (1896) et du couvent de la congrégation de Notre-Dame (1890), tous deux d'influence Second Empire. Le site patrimonial du Vieux-Boucherville regroupe aussi des maisons québécoises d'inspiration néoclassique. Il compte également quelques maisons à mansarde implantées avec un faible recul par rapport à la rue, sur des parcelles de petites dimensions. De part et d'autre du bourg s'étendent deux secteurs linéaires. S'y élèvent des maisons rurales en pierre d'inspiration française du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle, des villas bourgeoises inspirées des courants stylistiques en vogue au XIXe siècle et des résidences de villégiature. Les rues de ces secteurs sont bordées d'arbres matures, et de nombreux espaces de végétation isolent les bâtiments les uns des autres. Le site patrimonial forme une bande longitudinale, qui constitue le noyau historique de la ville de Boucherville. Il est situé en bordure du fleuve Saint-Laurent, face aux îles de Boucherville.

Ce bien est cité site patrimonial. Le périmètre du site inclut cinq immeubles patrimoniaux classés.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Boucherville) 1989-11-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial du Vieux-Boucherville présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Boucherville se trouve parmi les 10 plus anciennes villes du Québec. En 1667, Pierre Boucher (1622-1717), une figure dominante de l'histoire de la Nouvelle-France, fonde un établissement à cet endroit, qui fait alors partie de sa seigneurie des Îles-Percées (plus tard, seigneurie de Boucherville). C'est l'une des premières tentatives de colonisation au sud de la région de Montréal. Sur son domaine seigneurial, Boucher fait construire un bourg entouré d'une palissade, où il établit ses censitaires. La formation du bourg est ainsi simultanée au développement de la seigneurie, ce qui est original dans la vallée du Saint-Laurent. Grâce à ses terres fertiles, Boucherville connaît une croissance rapide. Mais en 1843, un incendie détruit le coeur du village. Pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, Boucherville devient un lieu de villégiature prisé par la bourgeoisie montréalaise. Au cours du XXe siècle, le site patrimonial se densifie en raison de la construction résidentielle. De nos jours, le site patrimonial du Vieux-Boucherville, qui comprend notamment l'ancien bourg, est le coeur historique et touristique de la ville de Boucherville.

Le site patrimonial du Vieux-Boucherville présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur paysagère. Il se caractérise par la diversité de ses composantes issues de plus de trois siècles d'occupation. Le bourg témoigne du peuplement des noyaux villageois de la Nouvelle-France, notamment par sa trame orthogonale conservant le tracé initial des premières rues du XVIIe siècle et ses limites qui rappellent le bourg d'origine. Son ensemble institutionnel occupe une position centrale dominant les environs. Le bourg illustre ainsi le paysage familier des noyaux villageois où l'église, le presbytère, le couvent et l'école forment le coeur du village. Le site se distingue par sa relation directe avec le fleuve Saint-Laurent. Dans les secteurs situés de part et d'autre du bourg, la proximité du cours d'eau a favorisé un mode d'implantation propre aux villages linéaires; ce mode découle du système de rangs. Des maisons rurales du XVIIIe siècle évoquent le régime seigneurial par leur implantation face au fleuve. En outre, plusieurs maisons cossues du XIXe siècle rappellent l'époque de la villégiature. Les rues sont bordées d'arbres matures et les nombreux espaces naturels isolent les bâtiments les uns des autres. Ces secteurs contrastent avec le bourg occupé densément par des maisons avec un faible recul par rapport à la rue. Ce contraste crée un paysage villageois diversifié et typique au Québec.

Le site patrimonial du Vieux-Boucherville présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le site compte des bâtiments qui représentent différentes étapes de son développement. Il renferme des maisons rurales d'inspiration française du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle, des villas bourgeoises inspirées des courants stylistiques en vogue au XIXe siècle, des maisons québécoises d'inspiration néoclassique, quelques maisons à mansarde et des résidences secondaires. L'église de Sainte-Famille, qui domine le village, est conçue par le curé de la paroisse, Pierre Conefroy (1752-1816). Ce dernier puise dans la tradition architecturale du Régime français pour créer une église mieux adaptée aux besoins de son époque. En codifiant les caractéristiques de cette église, il produit un plan et devis, dit le plan Conefroy. Ce type de plan influencera l'architecture religieuse de la vallée du Saint-Laurent. Le noyau institutionnel regroupe aussi deux réalisations de l'architecte Alfred Fournier dit Préfontaine (1865-1945), le couvent de la congrégation de Notre-Dame et un imposant presbytère, d'influence Second Empire. Par la diversité de ces bâtiments, le site illustre l'évolution de l'architecture au Québec sur plus de trois siècles.

Source : Ville de Boucherville, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial du Vieux-Boucherville liés à ses valeurs historique, paysagère et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure du fleuve Saint-Laurent, face aux îles de Boucherville, dans la ville de Boucherville;
- la trame orthogonale du bourg, le tracé initial des premières rues et les limites du bourg;
- le coeur institutionnel implanté au centre du bourg, face au fleuve, la haute densité d'occupation des maisons implantées avec un faible recul par rapport à la rue et les parcelles de petites dimensions;
- ses relations avec le fleuve Saint-Laurent, la linéarité des secteurs situés de part et d'autre du bourg à proximité du fleuve, les espaces boisés en bordure du fleuve et l'orientation des maisons face au fleuve;
- les villas du XIXe siècle, les résidences du début du XXe siècle, les vastes terrains et la végétation abondante des secteurs linéaires;
- les maisons rurales du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle, de plan rectangulaire, à un étage et demi, coiffées d'un toit à deux versants et comportant pour la plupart une maçonnerie de moellons;
- les villas bourgeoises inspirées des courants stylistiques en vogue à l'époque de leur construction ainsi que les résidences secondaires, d'un étage à deux étages et demi, abondamment ornementées;
- les maisons québécoises d'inspiration néoclassique coiffées d'un toit à deux versants retroussés et les maisons à mansarde, ainsi que leurs matériaux en bois, leur plan rectangulaire, leur élévation d'un étage et demi, leurs lucarnes et leurs ornements;
- ses édifices institutionnels, dont l'église de Sainte-Famille inspirée de la tradition architecturale du Régime français, avec son plan en croix latine terminé par un choeur en hémicycle et sa maçonnerie de moellons ainsi que le couvent de la congrégation de Notre-Dame de trois étages et demi, et le presbytère de deux étages et demi, inspirés du style Second Empire, revêtus d'un parement de pierres à bossage et ornés de chaînes d'angle et de chambranles en pierre de taille.

Haut de la page

Informations historiques

Le site patrimonial du Vieux-Boucherville est le coeur historique de la ville de Boucherville, qui compte parmi les 10 plus anciennes cités du Québec. En 1664, ce lieu fait partie de la seigneurie des Îles-Percées (plus tard, seigneurie de Boucherville), qui est concédée à Pierre Boucher (1622-1717), une figure importante de l'histoire de la Nouvelle-France. En 1672, son titre de propriété est validé par Jean Talon (1626-1694), intendant de la Nouvelle-France.

C'est en 1667 que Boucher s'établit dans sa seigneurie. C'est l'une des premières tentatives de colonisation au sud de la région de Montréal. Boucher organise sa seigneurie en fonction de l'expérience acquise à Trois-Rivières et du mémoire qu'il a adressé en 1664 au ministre français Jean-Baptiste Colbert (1619-1683). En 1673, la majorité des terres sur le bord du fleuve, de chaque côté du domaine seigneurial, sont concédées. Sur le domaine, Boucher fait établir un bourg entouré d'une palissade, où il octroie 20 emplacements avec obligation de construire. Par conséquent, la majorité des habitants possède à la fois une concession dans la seigneurie et une habitation à l'intérieur du bourg. La formation du bourg est ainsi simultanée au développement des terres agricoles. Les rues qui sont alors tracées constituent la structure de l'actuel noyau villageois.

Après le décès de Pierre Boucher survenu en 1717, l'administration de la seigneurie de Boucherville est assurée par sa descendance. Pierre Boucher de Boucherville (1653-1740) devient le deuxième seigneur. François-Pierre Boucher de Boucherville (1689-1767) lui succède, puis René-Amable Boucher de Boucherville (1735-1812). Le cinquième et dernier seigneur est Pierre-Amable Boucher de Boucherville (1780-1857).

Au moment de la Conquête (1760), Boucherville est l'un des cinq milieux urbains les plus importants de la vallée du Saint-Laurent. En 1762, les cartographes du gouverneur James Murray (1721 ou 1722-1794) comptent 47 bâtiments dans le bourg. Les constructions se densifient aussi le long du premier rang de la seigneurie. En 1801, l'église de Sainte-Famille est construite selon les plans du curé de la paroisse, Pierre Conefroy (1752-1816).

Pendant les premières décennies du XIXe siècle, la seigneurie de Boucherville atteint un développement important. En 1815, le village compte 100 maisons ainsi qu'une église, une chapelle, un presbytère, un petit couvent et une école. En 1831, la population de Boucherville approche les 3000 habitants. Mais un événement vient freiner son développement. En 1843, un incendie détruit ou endommage plus de la moitié des bâtiments du village, dont les écoles et l'église.

Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, Boucherville devient un lieu de villégiature prisé par les Montréalais. Ce phénomène crée une pression sur les terrains en bordure du fleuve Saint-Laurent. La situation entraîne le morcellement des parcelles et une densification de la construction. Plusieurs maisons cossues inspirées de courants stylistiques en vogue sont construites. Sur les îles, des établissements de loisirs sont implantés.

Pendant la seconde moitié du XXe siècle, l'essor des banlieues marque un changement important. L'ouverture du pont Jacques-Cartier en 1930, puis celle du tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine en 1967 entraînent une augmentation importante de la population de la ville et favorisent l'étalement urbain. Boucherville est ainsi devenue une banlieue résidentielle. Elle a cependant préservé le vieux village compris entre la rue De Montbrun, le boulevard De Montarville, le fleuve Saint-Laurent et le chemin de fer.

En 1989, le Vieux-Boucherville est constitué site du patrimoine. De nos jours, ce lieu est le coeur historique et touristique de la ville de Boucherville. Le Vieux-Boucherville est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Longueuil

Municipalité :

  • Boucherville

Localisation informelle :

Site de forme irrégulière dont l'extention maximale est comprise entre le fleuve Saint-Laurent, le boulevard du Fort Saint-Louis, la Rue De Muy et la rue Charlotte-Denys.

Latitude :

  • 45° 36' 25.0"

Longitude :

  • -73° 27' 17.0"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Aménatech. Ville de Boucherville : Étude du paysage urbain. s.l. Ministère des Affaires culturelles, 1989. s.p.
  • BOUCHER, Pierre. Histoire véritable et naturelle des moeurs et productions du pays de la Nouvelle-France, vulgairement dite le Canada. Montréal, E. Bastien, 1882. s.p.
  • BUREAU, Pierre, Renée CÔTÉ et Claude MICHAUD. Boucherville : répertoire d'architecture traditionnelle. Les cahiers du patrimoine, 13. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1979. 287 p.
  • DOUVILLE, Raymond. « Boucher, Pierre ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • HARRIS, Richard Cole. The Seigneurial System in Early Canada, A Geographical Study. Québec, Presses de l'Université Laval, 1966. 247 p.
  • MARTIN, Paul-Louis. À la façon du temps présent : trois siècles d'architecture populaire au Québec. Québec, Presses de l'Université Laval, 1999. s.p.
  • MONET, J. « Marquette, Jacques ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • NOPPEN, Luc et Richard SAINT-PIERRE. Étude sur le potentiel monumental du Vieux-Boucherville. Saint-Lambert, Ministère des Affaires culturelles, 1992. s.p.
  • PRATT, Michel et Société historique et culturelle du Marigot. Atlas Historique. Boucherville, Brossard, Greenfield Park, LeMoyne, Longueuil, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Hubert et Saint-Lambert [En Ligne]. http://www.marigot.ca/Atlas/index.htm
  • ROBERT, Jacques. L'intérêt patrimonial des bâtiments du vieux village de Boucherville. Montréal, Ministère des Affaires culturelles, 1988. s.p.
  • ROY, Monique. Évaluation du potentiel archéologique de Boucherville. Montréal, Ministère de la Culture et des Communications / AnthroSpec, 1980. s.p.
  • ROY, Pierre-Georges. Inventaire des papiers de Léry conservés aux Archives de la Province de Québec. Québec, 1940. s.p.
  • s.a. La ville de Pierre Boucher. Boucherville, Commission du 325e anniversaire de fondation de Boucherville, 1992. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013