Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Gervais-Beaudoin

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Garon
  • Maison Gervais-Baudoin

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • avant 1741 – (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction commerciale (Commerces de vente au détail)
  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Événements associés (2)

Personnes associées (7)

Images

Carte

Description

La maison Gervais-Beaudoin est une résidence urbaine érigée avant 1741. Elle acquiert son apparence actuelle lors de sa restauration en 1966. Cette demeure en pierre, de plan rectangulaire, est coiffée d'un toit à deux versants droits percé de lucarnes. En raison de la déclivité du terrain, la façade principale compte trois étages et demi, alors que la façade latérale en compte deux de plus. Cette dernière, correspondant au mur pignon, est prolongée par un mur coupe-feu et une large souche de cheminée. La maison Gervais-Beaudoin, contiguë à une autre habitation, est bordée par la côte de la Montagne et l'escalier du Casse-Cou. Elle est située dans l'arrondissement municipal de La Cité-Limoilou, à proximité de Place-Royale, dans la ville de Québec.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La maison Gervais-Beaudoin est comprise dans le site patrimonial du Vieux-Québec.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1964-11-11
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Québec), 2016-12-09
    Prise d'effet : 2017-06-09
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Gervais-Beaudoin présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Il s'agit d'un exemple imposant de maison urbaine remontant au Régime français. Cette demeure, érigée avant 1741 et restaurée en 1966, se rattache à ce type entre autres par son implantation directement en bordure de la rue, sa contiguïté à une autre habitation, ses murs en moellons, son toit à deux versants droits couvert de tôle à la canadienne, son mur pignon asymétrique prolongé par un mur coupe-feu et une large souche de cheminée ainsi que par la sobriété de son ornementation comprenant notamment des chambranles en pierre de taille. À l'intérieur, elle conserve également des éléments architecturaux d'intérêt, dont le plafond à poutrelles de certaines pièces, de même que des foyers et des voûtes en pierre. La maison Gervais-Beaudoin évoque bien l'architecture résidentielle de la capitale de la Nouvelle-France au milieu du XVIIIe siècle.

La maison Gervais-Beaudoin présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son implantation et à ses fonctions. La résidence située à flanc de cap possède deux étages de plus à l'arrière et, dès 1741, une boutique occupait le sous-sol. L'accès se faisait vraisemblablement par l'escalier du Casse-Cou, qui relie la côte de la Montagne à la rue du Petit-Champlain et desservait déjà plusieurs commerces. Cet escalier remonte à 1635 environ et est le plus ancien de Québec. La valeur historique de la maison repose aussi sur son association avec Gervais Beaudoin (1686-1752). Chirurgien comme son père, il y a pratiqué son métier tout en habitant la résidence de 1744 jusqu'à son décès en 1752.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les caractéristiques de la maison Gervais-Beaudoin liées à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation à flanc de cap, à l'angle de la côte de la Montagne et de l'escalier du Casse-Cou, au coeur du site patrimonial du Vieux-Québec;
- ses murs mitoyens;
- son volume imposant, dont le plan rectangulaire, l'élévation de trois étages et demi donnant sur la côte de la Montagne et de cinq étages et demi donnant sur l'escalier du Casse-Cou ainsi que le toit asymétrique à deux versants droits;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en moellons et la couverture en tôle à la canadienne;
- le mur coupe-feu surmonté d'une large souche de cheminée et orné de corbeaux en pierre de taille;
- ses ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires à battants et à petits carreaux (à chambranle en pierre de taille) et les lucarnes à pignon;
- l'ordonnance et la distribution régulière des ouvertures de la façade principale;
- ses éléments intérieurs, dont le plafond à poutrelles de certaines pièces ainsi que les foyers et les voûtes en pierre.

Haut de la page

Informations historiques

En 1682, Anne Auber (vers 1656-1728), fille du notaire Claude Auber (vers 1616-1694), se fait concéder un terrain à la basse-ville de Québec. Celui-ci est compris entre la falaise, la côte de la Montagne et l'alignement de la rue Sous-le-Fort. Anne Aubert y fait construire successivement plusieurs maisons.

La maison Gervais-Beaudoin est érigée sur ce terrain, à l'angle de la côte de la Montagne et de l'escalier du Casse-Cou, à une date inconnue. La première mention de celle-ci apparaît dans un document de 1741. Cette année-là, une partie du rez-de-chaussée est louée au perruquier Charles Venelle, et le bail fait état d'une boutique située en dessous. Par ailleurs, le recensement de la ville effectué en 1744 indique que la maison est habitée à ce moment par Gervais Beaudoin (1686-1752), fils d'Anne Auber et du chirurgien-major Gervais Beaudouin (vers 1645-1700). Ayant choisi d'exercer la même profession que son père, Gervais Beaudoin avait aménagé son cabinet de chirurgien dans sa résidence de la côte de la Montagne. Il y demeure jusqu'à sa mort, en 1752. Le chirurgien avait habité auparavant une autre maison qu'il possédait rue Saint-Pierre et qui a été restaurée dans le cadre du projet Place-Royale.

En 1759, pendant le siège de Québec par les Britanniques, la maison Gervais-Beaudoin est sérieusement endommagée par les bombardements. Elle est rétablie par Étienne Griault en 1766, à partir des décombres. Une aquarelle anonyme du début du XIXe siècle représente la demeure, qui possède alors deux étages et demi. La façade est enduite d'un crépi imitant la pierre de taille. Quant à la façade latérale, elle est lambrissée de planches horizontales.

Au cours du XIXe siècle, le rez-de-chaussée est réaménagé à des fins commerciales. En 1923, la résidence est rehaussée de deux étages et couverte d'un toit plat. À la même époque, elle est dotée d'un oriel à la manière d'une tourelle à l'angle du bâtiment.

La maison Gervais-Beaudoin est classée en 1964. Elle est restaurée en 1966 par l'architecte André Robitaille (né en 1922). Les travaux comprennent notamment l'entière reconstruction du mur pignon en pierre, la démolition d'une annexe arrière ainsi que l'ajout d'un étage au corps de logis d'origine. À l'intérieur, la demeure conserve des éléments architecturaux d'intérêt, dont le plafond à poutrelles ainsi que des foyers et des voûtes en pierre. De nos jours, l'édifice est utilisé à des fins commerciales et comme lieu d'hébergement.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • La Cité

Adresse :

  • 54, côte de la Montagne
  • 54, côte de la Montagne
  • 56, côte de la Montagne
  • 2, rue du Petit-Champlain
  • 4, rue du Petit-Champlain
  • 4 1/2, rue du Petit-Champlain

Latitude :

  • 46° 48' 46.126"

Longitude :

  • -71° 12' 13.358"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 213 798
  • Lot 1 213 801
  • Lot 1 213 802

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • GARIÉPY, Gino. « Maison Garon ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 119.
  • NADEAU, Gabriel. « Baudouin, Gervais ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • PAQUIN, Michel. « Baudoin, Gervais ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013