Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Félix-Bidégaré

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Simon-Bédard

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • 1843 – (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (5)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

La maison Félix-Bidégaré est une résidence urbaine érigée en 1843. Cette demeure en pierre de plan rectangulaire, à deux étages et demi, est coiffée d'un toit à deux versants droits de pente moyenne percé de deux lucarnes en façade. Construite immédiatement en bordure de la ruelle de l'Ancien-Chantier, ses murs pignons sont mitoyens.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La maison Félix-Bidégaré est située dans le secteur basse-ville du site patrimonial du Vieux-Québec. Un site archéologique est associé au bien.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1965-10-19
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Félix-Bidégaré présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle constitue un exemple représentatif de la maison urbaine du début du XIXe siècle. La demeure est une illustration de ce type par sa maçonnerie de pierre, ses murs mitoyens, ses deux étages et demi, son toit à deux versants droits de pente moyenne couvert de tôle à baguettes et sa situation immédiatement en bordure de la rue. Au tournant du XXe siècle, plusieurs maisons avoisinantes sont surhaussées, tandis que les rez-de-chaussée sont affectés à des fonctions commerciales. La maison Félix-Bidégaré conserve cependant ses deux étages et demi et sa fonction résidentielle.

La maison Félix-Bidégaré présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son implantation. Elle borde la ruelle de l'Ancien-Chantier, qui rappelle la présence d'un chantier naval en bordure de la rivière Saint-Charles entre 1668 et 1816, année de l'ouverture de la rue Saint-Paul. Des fouilles archéologiques ont permis de faire des découvertes d'un grand intérêt concernant l'exploitation du chantier naval du Roi, construit en 1737 et 1738. Cette demeure se situe au coeur d'un groupe de propriétés de la même époque et forme avec elles un ensemble architectural d'un grand intérêt.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments de la maison Félix-Bidégaré liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation en bordure d'une ruelle et ses murs mitoyens;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi et le toit à deux versants droits de pente moyenne;
- ses matériaux, dont la maçonnerie de pierre et la couverture en tôle à baguettes;
- ses ouvertures disposées de façon régulière, comprenant une porte d'assemblage, des fenêtres à battants à petits carreaux, des chambranles en bois moulurés ainsi que deux lucarnes à croupe en façade;
- l'étroitesse de la ruelle de l'Ancien-Chantier qui menait au chantier naval;
- les vestiges archéologiques témoignant d'une occupation euroquébécoise de plus de 350 ans, et notamment de la présence d'un chantier maritime.

Haut de la page

Informations historiques

Cette maison a été construite en 1843 pour l'armurier Félix Bidégaré, par le maître menuisier Charles Marié (vers 1810-1887) et le maçon Jean-Baptiste Diotte.

Située en bordure de la ruelle de l'Ancien-Chantier, elle évoque la présence d'un chantier naval sur les berges de la rivière Saint-Charles entre 1668 et 1816. Cette ruelle portait autrefois le nom d'Ancien Chantier du Roi. Ce chantier maritime est construit en 1738 et 1739 selon les plans de l'ingénieur du roi Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry (1682-1756), à l'initiative de l'intendant Gilles Hocquart (1694-1783). Ce dernier croit fermement que la Nouvelle-France pourra fournir à la France les navires marchands et les navires de guerre dont elle a besoin. Les activités officielles du chantier naval royal seront cependant interrompues dès 1740, puisqu'on constate que la rivière Saint-Charles n'est pas assez profonde pour permettre le lancement d'aussi gros navires. Par la suite, d'autres chantiers navals occuperont cependant les lieux.

Le tracé de la ruelle de l'Ancien-Chantier se précise dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Graduellement des constructions bordent la rue. En 1808, la plupart des lots sont occupés par des maisons d'un ou deux étages. L'incendie qui ravage le quartier en 1845 a peut-être endommagé la maison Félix-Bidégaré, construite deux ans auparavant. La demeure est vendue à Simon Bédard en 1868, qui la lègue à son fils Joseph vingt ans plus tard. Au tournant du XXe siècle, plusieurs maisons environnantes sont exhaussées d'un ou deux étages, tandis que les rez-de-chaussée sont affectés à des fonctions commerciales. La maison Félix-Bidégaré conserve cependant ses deux étages et demi et sa fonction résidentielle.

La maison Félix-Bidégaré est classée en 1965. Elle sert toujours à des fins d'habitation.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • La Cité

Adresse :

  • 13, ruelle de l'Ancien-Chantier

Latitude :

  • 46° 48' 58.0"

Longitude :

  • -71° 12' 46.9"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Québec Cité de Québec (quartier Saint-Pierre) Absent 1967 ptie

Code Borden

CeEt-150      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • GOBEIL-TRUDEAU, Madeleine. « Maison Simon-Bédard ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 126.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013