Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Twin Chimney

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Isidore-Marcotte
  • Maison Overing

Région administrative :

  • Laurentides

Municipalité :

  • Rosemère

Date :

  • vers 1837 – (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Événements associés (1)

Groupes associés (1)

Images

Carte

Description

La maison Twin Chimney est un ensemble résidentiel aménagé à partir de 1837. Il comprend une résidence et des remises. La demeure présente un corps de logis principal en pierre de plan rectangulaire coiffé d'un toit à deux versants droits flanqué de larges souches de cheminée à deux têtes construites dans le prolongement des murs pignons. L'ensemble se situe en retrait de la voie publique, sur un terrain paysager planté d'arbres matures, dans la ville de Rosemère.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique au terrain ainsi qu'à l'enveloppe extérieure des bâtiments qui s'y trouvent.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Rosemère) 1992-07-13
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Twin Chimney présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle est représentative de la maison rurale d'inspiration française. Ce type d'habitation est issu du savoir-faire et des modèles français. Ceux-ci sont progressivement adaptés aux conditions climatiques du pays et à la disponibilité des matériaux. La maison Twin Chimney est construite à partir de 1837. Elle constitue un bon exemple de la persistance de cette tradition architecturale jusque dans la première moitié du XIXe siècle. Son corps de logis en maçonnerie de pierres, son élévation d'un étage et demi et son toit à deux versants droits couvert de bardeaux de cèdre illustrent ce modèle. En outre, la maison, implantée en milieu rural, emprunte certains traits de l'habitation urbaine de la région de Montréal. C'est à la suite de la promulgation des ordonnances de 1721 et 1727 par les intendants Michel Bégon de La Picardière (1667-1747) et Claude-Thomas Dupuy (1678-1738), qui instaurent de nouvelles mesures pour contrer les incendies, que l'on assiste au véritable essor du modèle de la maison urbaine en Nouvelle-France. Ce modèle rayonne par la suite autour des centres urbains par mimétisme. L'utilisation de certains éléments comme les hautes souches de cheminée à deux têtes séparées par un muret témoigne de la volonté de représentation sociale des villageois et des ruraux. La maison Twin Chimney illustre ce phénomène par ses cheminées propres à l'architecture urbaine. Par ailleurs, les formes répandues dans l'architecture rurale du XIXe siècle sont rappelées par diverses composantes. Les dépendances de plan rectangulaire à un étage, coiffées d'un toit à deux versants à larmiers retroussés couvert de bardeaux de cèdre soulignent ces éléments.

La maison Twin Chimney présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Elle est liée à l'histoire des rébellions de 1837 et de 1838. Pour surveiller le mouvement des Patriotes de Saint-Eustache, l'armée britannique fait vraisemblablement construire une maison sur la Grande-Côte, à Rosemère. Celle-ci est connue ensuite sous le nom de maison Overing ou Twin Chimney. Le 14 décembre 1837, les troupes de Colborne, composées d'environ 1500 soldats et volontaires, forcent les Patriotes à se mettre à l'abri. Beaucoup moins nombreux, ils se retranchent dans l'église de Saint-Eustache, le couvent, le presbytère et le manoir seigneurial. Cent vingt d'entre eux sont faits prisonniers et quarante tués, dont l'un de leurs chefs, Jean-Olivier Chénier (1806-1837). La maison Twin Chimney constitue un témoin important des événements liés aux rébellions de 1837 et de 1838 dans la région. La valeur historique de la maison Twin Chimney repose en outre sur son intérêt dans l'histoire de Rosemère. Cette demeure est construite en bordure du chemin de la Grande-Côte. L'ancienne route relie, dès le milieu du XVIIIe siècle, les villages de Terrebonne et de Saint-Eustache. Les premiers colons de la seigneurie de Blainville s'établissent le long de cette voie de communication. La maison Twin Chimney et ses dépendances témoignent du passé agricole de la ville.

Source : Ville de Rosemère, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Twin Chimney liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le corps de logis principal de plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi et le toit à deux versants droits;
- les matériaux, dont la maçonnerie de pierres non crépie, la couverture de bardeaux de cèdre et les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires à battants et les lucarnes à pignon;
- l'ornementation sobre, constituée essentiellement des chambranles;
- les souches de cheminée en pierre à deux têtes reliées par un muret, disposées dans le prolongement des murs pignons;
- l'annexe latérale, dont l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits et les lucarnes à pignon;
- les dépendances de plan rectangulaire à un étage, coiffées d'un toit à deux versants à larmiers retroussés couvert de bardeaux de cèdre;
- l'implantation de la maison légèrement en retrait de la voie publique, sur un terrain paysager planté d'arbres matures, dans un secteur ancien.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Twin Chimney, également connue sous le nom de maison Overing ou maison Isidore-Marcotte, est construite vers 1837. Elle est implantée sur le territoire de l'ancienne seigneurie de Blainville. L'habitation est située en bordure du chemin de la Grande-Côte. Cette ancienne route relie, dès le milieu du XVIIIe siècle, les villages de Terrebonne et de Saint-Eustache. Les premiers colons de la seigneurie de Blainville s'établissent le long de cette voie de communication.

L'origine de la résidence serait liée aux rébellions de 1837 et de 1838. La demeure est vraisemblablement construite pour les troupes britanniques. Elle leur sert de point de contrôle et de surveillance du mouvement des Patriotes de Saint-Eustache. Le 14 décembre 1837, les troupes de Colborne, composées d'environ 1500 soldats et volontaires, forcent les Patriotes à se mettre à l'abri. Beaucoup moins nombreux, ils se retranchent dans l'église de Saint-Eustache, le couvent, le presbytère et le manoir seigneurial. Cent vingt de ces derniers sont faits prisonniers et quarante tués, dont l'un de leurs chefs, Jean-Olivier Chénier (1806-1837).

Entre 1874 et 1903, la maison connaît différents propriétaires, dont Georges Filion, Alfred Gravel, Alfred-Edward Garth et Isidore Marcotte.

La maison Twin Chimney est constituée site du patrimoine en 1992. Une annexe latérale reprenant certaines caractéristiques du corps de logis principal est implantée par la suite. Le bâtiment loge maintenant un restaurant. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Laurentides

MRC :

  • Thérèse-De Blainville

Municipalité :

  • Rosemère

Latitude :

  • 45° 38' 31.7"

Longitude :

  • -73° 47' 5.3"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 779 219
  • Lot 2 779 220
  • Lot 2 779 221

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BERTRAND, Huguette. Deux cents ans de mon histoire. Sainte-Thérèse, Société d'histoire des Mille-Îles : Comité des fêtes du 200e de la paroisse de Sainte-Thérèse, 1989. 57 p.
  • LAPIERRE, France. Rosemère: hier et aujourd'hui. Rosemère, s.n., 1983. 14 p.
  • LAPORTE, Gilles. Patriotes et loyaux : leadership régional et mobilisation politique de 1837 et 1838. Sillery, Septentrion, 2004. 414 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013