Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison d'animation sociale et culturelle

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

Municipalité :

  • Saguenay

Date :

  • 1911 (Construction)

Usage :

  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Autres activités culturelles)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Voir la liste

Images

Carte

Description

La maison d'animation sociale et culturelle est un édifice public construit en 1911. Le vaste bâtiment en brique rouge, de plan rectangulaire à deux étages et demi, est coiffé d'un toit à quatre versants. La façade principale comporte une lucarne-pignon centrale. La maison d'animation sociale et culturelle est située en bordure de la rue de la Fabrique, sur un terrain accusant une légère pente, dans l'arrondissement municipal de Jonquière de la municipalité de Saguenay.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saguenay) 1998-01-12
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison d'animation sociale et culturelle présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Depuis sa construction, l'édifice joue un rôle majeur dans le développement social et culturel de la ville de Jonquière. Le bâtiment est construit en 1911 et sert temporairement de chapelle. Il est converti en salle publique après la construction de la nouvelle église de la paroisse Saint-Dominique à Jonquière. La salle publique (ou paroissiale) répond à plusieurs besoins des paroissiens, dont des espaces pour la tenue de différentes activités liées aux loisirs, à la religion ou à l'éducation. Dès 1914, les locaux sont utilisés par diverses associations paroissiales pour leurs réunions. Le rez-de-chaussée comprend une « salle des femmes » et une « salle des hommes », lieux de rencontre et de discussion le dimanche, après la messe. À l'étage, l'édifice abrite des logements pour le personnel de la fabrique. En 1927, la première bibliothèque de la ville est ouverte dans la salle des femmes. En 1955, la salle publique accueille les étudiants du nouveau Collège classique de Jonquière. Ceux-ci emménagent dans leur propre bâtiment en 1958. En 1974, un groupe d'une trentaine de personnes acquiert l'édifice de la municipalité, le rénove et conserve sa vocation. Une radio communautaire, un café-théâtre, le Centre des femmes et plusieurs groupes d'action sociale s'y installent. L'édifice est devenu la maison d'animation sociale et culturelle. Il est encore aujourd'hui partagé par des organismes et des associations voués notamment à la diffusion de productions artistiques régionales, tel le café-théâtre Côté-Cour. La maison d'animation sociale et culturelle constitue depuis sa construction un lieu important pour le développement de projets collectifs à Jonquière.

La maison d'animation sociale et culturelle présente également un intérêt patrimonial pour ses valeurs architecturale et historique découlant de son association avec l'architecte René-Pamphile Lemay (1870-1915). Les plans de l'édifice sont conçus par ce dernier. Au même moment, il réalise ceux de l'église de Saint-Dominique et du presbytère, érigés à proximité. Lemay est un architecte québécois important et prolifique au tournant du XXe siècle. Il est bien connu dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. En effet, les nouveaux bâtiments de la pulperie de Chicoutimi ainsi que plusieurs résidences bourgeoises comptent parmi ses réalisations. Lemay confère à la salle publique de Jonquière une apparence sobre, respectueuse de la vocation publique du bâtiment. Ses ornements se concentrent sur la lucarne-pignon centrale et sur le couronnement formé d'une corniche moulurée à denticules. L'architecture dépouillée de la maison d'animation sociale et culturelle reflète son usage communautaire.

Source : Ville de Saguenay, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison d'animation sociale et culturelle liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de la rue, sur un terrain accusant une légère pente, à proximité de l'église de Saint-Dominique et du presbytère;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi et le toit à quatre versants;
- les matériaux, dont la maçonnerie en brique rouge;
- les ouvertures, dont les fenêtres en bois à arc surbaissé à grands carreaux (jumelées au centre de la façade), à arc en mitre et celle en losange, la lucarne-pignon centrale, les lucarnes à pignon ainsi que les trois portes d'entrée à imposte vitrée de la façade principale (et celle du centre avec baies latérales);
- les ornements, dont les plates-bandes en brique, la corniche moulurée à denticules, les retours de corniche et les pilastres de la lucarne-pignon centrale ainsi que la pierre de date;
- les souches de cheminée disposées à chaque extrémité du toit.

Haut de la page

Informations historiques

La maison d'animation sociale et culturelle est construite en 1911 à Jonquière pour servir temporairement de chapelle. La nouvelle église de la paroisse Saint-Dominique est alors en construction. L'édifice doit servir de salle publique par la suite. Ce type de bâtiment répond à plusieurs besoins des paroissiens. En effet, différentes activités liées aux loisirs, à la religion ou à l'éducation y ont lieu. Dès 1914, la salle est utilisée pour les réunions de diverses associations paroissiales. Elle remplit aussi différentes fonctions communautaires. À titre d'exemple, l'édifice loge la première bibliothèque municipale en 1927. Il accueille en outre les étudiants du nouveau Collège classique en 1955 avant qu'ils emménagent dans leur propre bâtiment en 1958. Le rez-de-chaussée est destiné à un usage communautaire, et le personnel de la fabrique habite l'étage supérieur pendant plusieurs années.

Les plans de l'édifice sont conçus par l'architecte René-Pamphile Lemay (1870-1915), un architecte québécois important et prolifique au tournant du XXe siècle. Il est bien connu dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. En effet, il conçoit de nouveaux bâtiments pour la pulperie de Chicoutimi ainsi que plusieurs résidences bourgeoises. À Jonquière, l'architecte dessine les plans de l'église de Saint-Dominique, du presbytère et de la salle publique au même moment. Ces deux derniers bâtiments ont certains points en commun, dont leur maçonnerie en brique et quelques éléments de décor. Cependant, l'architecture de la salle publique est caractérisée par davantage de sobriété et de dépouillement.

En 1974, la municipalité se départit du bâtiment, le jugeant trop lourd d'entretien. Une trentaine de personnes acquièrent l'édifice. Des corvées sont organisées pour le rénover. L'ancienne salle publique adopte le nom de « maison communautaire ». Elle abrite notamment une station de radio communautaire, divers groupes d'entraide et le café-théâtre « Chez l'Bedeau » qui a vu naître des artistes locaux comme le Groupe Sanguin.

La maison d'animation sociale et culturelle est citée en 1998. Le bâtiment continue de jouer un rôle important dans la communauté. Il favorise, entre autres, la diffusion de productions artistiques locales au café-théâtre Côté-Cour et au Salon du livre de Jonquière.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

MRC :

  • Saguenay

Municipalité :

  • Saguenay

Arrondissement municipal :

  • Jonquière

Adresse :

  • 4014, rue de la Fabrique
  • 4018, rue de la Fabrique

Latitude :

  • 48° 24' 31.6"

Longitude :

  • -71° 15' 22.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Chicoutimi Canton de Jonquière Rang 4 Une partie du lot 23A-3
Une partie du lot 23B-1
Une partie du lot 23B-2
Une partie du lot 23C-1
Une partie du lot 23C-2
Une partie du lot 23C-4

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LAPOINTE, Normande. 150 ans de photos à Jonquière. Chicoutimi, Société historique du Saguenay, 1997. 52 p.
  • MORISSET, Lucie K. et Luc NOPPEN. Jonquière, mémoires et lieux: Guide d'excursion et d'interprétation du patrimoine. Jonquière, Ministère de la culture et des communications, 1994. 103 p.
  • NOPPEN, Luc. « Un méconnu de notre histoire : l'architecte René-Pamphile Lemay (1870-1915) ». Saguenayensia. Vol. 47, no 4 (2005), p. 58-62.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013