Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de l'Ancien-Village-de-Rivière-des-Prairies

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Vieux Village de Rivière-des-Prairies

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (32)

Personnes associées (1)

Voir la liste

Images

Carte

Description

Le site patrimonial de l'Ancien-Village-de-Rivière-des-Prairies est un territoire aménagé à partir de la fin du XVIIe siècle. Il se compose d'un noyau institutionnel et de bâtiments résidentiels formant un ensemble relativement homogène. Développé en bordure de la rivière des Prairies, le village comprend une concentration d'une vingtaine d'édifices dans sa portion est, alors que sa partie ouest est occupée par le vaste parc Saint-Joseph. Un espace vert linéaire, le parc du Cheval-Blanc, est aménagé le long de la rivière des Prairies. Le site patrimonial de l'Ancien-Village-de-Rivière-des-Prairies est délimité au nord par la rivière, au sud par le boulevard Perras, à l'est par la 71e Rue et l'arrière des lots de la 70e Rue et à l'ouest par la 68e Avenue. Il se situe à l'extrémité nord-est de l'île de Montréal dans l'arrondissement municipal de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles de la ville de Montréal.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains. Un site inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Montréal) 1992-04-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial de l'Ancien-Village-de-Rivière-des-Prairies présente un intérêt pour sa valeur historique. Il témoigne de plusieurs époques et de divers types d'occupation. Situées en bordure de la rivière des Prairies, les rives et les terrasses du site auraient été occupées ponctuellement par les groupes amérindiens environ 4000 ans avant aujourd'hui. Puis, dès les débuts de la Nouvelle-France, le site est fréquenté par les explorateurs et les missionnaires de passage. Le nom de la rivière évoquerait le premier Européen qui aurait navigué dans ses eaux en 1610, le sieur des Prairies, un navigateur de Saint-Malo et compagnon de Champlain. Les Sulpiciens accordent des terres aux colons à partir de 1671. En 1687, la paroisse de Saint-Joseph de Rivière-des-Prairies est fondée, ce qui en fait l'une des paroisses rurales les plus anciennes de l'île de Montréal. Jusqu'au début du XXe siècle, le village conserve un aspect exclusivement agricole. Il connaît alors une certaine densification déclenchée par les activités de villégiature. En effet, plusieurs citadins acquièrent à cette époque une résidence secondaire à Rivière-des-Prairies. Malgré l'urbanisation grandissante qui touche le secteur après 1970, le noyau du Vieux Village conserve ses particularités qui témoignent des époques précédentes.

Le site présente aussi un intérêt pour sa valeur urbanistique. Sa trame urbaine témoigne de l'évolution des modes d'occupation du territoire. À partir de 1671, les terres concédées sont configurées suivant de longues bandes étroites ayant front sur la rivière. Au XVIIIe siècle, le village se forme autour d'un noyau institutionnel alors qu'au siècle suivant, il se développe de façon linéaire, parallèlement à la rivière des Prairies, le long de l'actuel boulevard Gouin qui devient la principale artère. À partir du XXe siècle, plusieurs lots sont divisés pour la construction de résidences de villégiature. À cette époque, plusieurs lotissements résidentiels sont réalisés, notamment à l'est de l'église sur la 69e Avenue, transformant ainsi le plan linéaire initial du village en grille orthogonale. Toutes ces étapes sont encore perceptibles tant dans le paysage que dans la trame urbaine. En effet, le parc du Cheval-Blanc aménagé le long des berges maintient un lien avec la rivière, principal facteur d'occupation du site, tandis que le parc Saint-Joseph aménagé à l'ouest de l'église rappelle l'ancienne terre curiale. La prédominance de l'église signale l'emplacement du noyau institutionnel autour duquel s'est développé le village dès la fin du XVIIe siècle. La portion du boulevard Gouin située à l'est de l'église, avec ses maisons implantées sur des lots perpendiculaires en bordure de la voie publique, rappelle le parcellaire originel. Par ailleurs, les terrains de la 69e Avenue, par leurs résidences situées en retrait de la voie publique et dotées de dépendances, évoquent un développement ultérieur. Le Vieux Village conserve encore aujourd'hui la mémoire des différentes phases d'occupation de son territoire.

Le site présente également un intérêt pour sa valeur architecturale. Il est composé majoritairement de bâtiments érigés au XIXe et au XXe siècle. Il comprend d'abord un noyau institutionnel formé de l'église Saint-Joseph-de-la-Rivière-des-Prairies (1875-1876), oeuvre d'inspiration néogothique réalisée d'après les plans de Victor Bourgeau (1809-1888), et de son presbytère. Par ailleurs, le Vieux Village présente essentiellement une architecture domestique modeste. Il s'agit de maisons villageoises issues du XIXe siècle ainsi que de maisons de villégiature construites au début du XXe siècle. Le site, en raison de la proximité de la rivière, englobe également plusieurs exemples de résidences secondaires de type chalet bâties vers le milieu du XXe siècle. Quelques maisons de banlieue, construites après la Deuxième Guerre mondiale, complètent l'ensemble.

Source: Ville de Montréal, 2009

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial de l'Ancien-Village-de-Rivière-des-Prairies liés à ses valeurs historique, urbanistique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de la rivière des Prairies, traversé par le boulevard Gouin, dans la partie nord-est de l'île de Montréal, dans l'arrondissement municipal de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, dans la ville de Montréal;
- la présence d'un site archéologique inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec, témoignant de l'occupation sporadique des berges par les Amérindiens nomades, semi-sédentaires ainsi que par les premiers Euroquébécois;
- les traces des différentes époques de lotissements, dont le parc Saint-Joseph à l'ouest de l'église, les parcelles longues et étroites perpendiculaires au boulevard Gouin, la 69e Avenue et ses lots attenants;
- l'implantation des bâtiments en bordure du boulevard Gouin, une voie ancienne;
- l'implantation en retrait de la voie publique des résidences de la 69e Avenue;
- la présence dominante dans le paysage du noyau institutionnel, formé de l'église et de son presbytère;
- les espaces paysagers, notamment le parc Saint-Joseph à l'ouest de l'église et le parc du Cheval-Blanc aménagé le long des berges de la rivière des Prairies;
- le couvert végétal mature enveloppant abondamment le secteur;
- la présence d'un noyau institutionnel, formé de l'église Saint-Joseph, orientée vers la rivière, avec son volume en pierre, ses contreforts et ses baies à arc brisé ainsi que son presbytère en pierre, avec sa toiture à deux versants retroussés protégeant une galerie en façade et la disposition symétrique de ses ouvertures;
- la prédominance de l'architecture résidentielle relevant à la fois du village du XIXe siècle et de la période de villégiature du XXe siècle, dont les maisons rurales et villageoises, les résidences secondaires, les pavillons de banlieue de diverses influences stylistiques et de proportions modestes;
- la présence de nombreuses dépendances en bois.

Haut de la page

Informations historiques

Le site patrimonial de l'Ancien-Village-de-Rivière-des-Prairies est situé dans la partie nord-est de la pointe de l'île de Montréal, en bordure de la rivière des Prairies. Ses rives et ses terrasses auraient fait l'objet d'occupations sporadiques par les groupes amérindiens environ 4000 ans avant aujourd'hui. Ils y auraient établi des campements temporaires. Dès les débuts de la Nouvelle-France, le site est fréquenté par les explorateurs et les missionnaires français de passage. La rivière porterait le nom du premier Européen qui aurait apparemment navigué dans ses eaux en 1610, le sieur des Prairies, un navigateur de Saint-Malo et compagnon de Champlain.

En 1663, les Sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal. Ils concèdent d'abord deux fiefs situés à l'est de l'actuel village de Rivières-des-Prairies, puis accordent des terres aux colons à partir de 1671. Sur toute l'île, les lots concédés prennent essentiellement la forme de longues bandes étroites ayant front sur la rivière ou sur le fleuve. La Côte-de-la-Rivière-des-Prairies, l'actuel boulevard Gouin Est, est alors la seule voie terrestre.

En 1687, la paroisse de Saint-Joseph de Rivière-des-Prairies est fondée. Une église en bois est alors élevée à l'emplacement du lieu de culte actuel. Celle-ci est remplacée par une église en pierre entre 1708 et 1711. Un presbytère est également érigé. Dans les années 1730, un noyau villageois se dessine à proximité.

Au début du XIXe siècle, le village prend de l'expansion et se développe le long du boulevard Gouin, l'artère principale. En 1831, le village ne compte qu'une dizaine de maisons de plus alors qu'une école (aujourd'hui disparue) est bâtie à l'est de l'église. En 1845, la paroisse est constituée en municipalité. De 1875 à 1879, l'église et le presbytère sont reconstruits suivant les plans de Victor Bourgeau (1809-1888). Le réputé architecte, fidèle à sa pratique dans le diocèse de Montréal, conçoit une église sobre, d'inspiration néogothique.

Au début des années 1910, la municipalité connaît une certaine densification en raison de sa situation le long d'un cours d'eau, un environnement propice à la villégiature. Plusieurs lots sont alors divisés pour la construction de résidences secondaires. Dans la foulée de ce développement, le vieux cimetière, aménagé à proximité de l'église, est déplacé au-delà de l'actuel boulevard Perras afin de libérer une parcelle supplémentaire. C'est également à cette époque que Prime Paré (1880-1938) réalise le lotissement résidentiel de la 69e Avenue. Les résidences sont implantées en retrait de la voie publique et leur architecture s'inspire de différents modèles, dont celui, de façon plus modeste, de la villa suburbaine. À cette époque, plusieurs commerces et services sont présents dans le noyau villageois, dont un magasin général, une boucherie et une forge. En 1952, l'école Notre-Dame-de-la-Paix, aujourd'hui l'école Simone-Desjardins, est construite dans la portion sud-ouest du grand parc Saint-Joseph.

En 1954, la Ville de Rivière-des-Prairies est incorporée, puis est annexée à la Ville de Montréal en 1963. Toutefois, l'urbanisation des anciennes terres agricoles à proximité du noyau villageois ne débute véritablement qu'après 1970.

Le site patrimonial de l'Ancien-Village-de-Rivière-des-Prairies est constitué site du patrimoine en 1992. Il est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Rivières-des-Prairies - Pointe-aux-Trembles

Latitude :

  • 45° 39' 44.0"

Longitude :

  • -73° 33' 44.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 250 054
  • Lot 1 250 056
  • Lot 1 250 057
  • Lot 1 250 058
  • Lot 1 250 059
  • Lot 1 250 060
  • Lot 1 250 062
  • Lot 1 250 063
  • Lot 1 250 064
  • Lot 1 250 065
  • Lot 1 250 066
  • Lot 1 250 067
  • Lot 1 250 068
  • Lot 1 250 069
  • Lot 1 250 070
  • Lot 1 250 071
  • Lot 1 250 072
  • Lot 1 250 073
  • Lot 1 250 074
  • Lot 1 250 075
  • Lot 1 250 076
  • Lot 1 250 077
  • Lot 1 250 078
  • Lot 1 250 079
  • Lot 1 250 234
  • Lot 1 250 662
  • Lot 1 508 787 Ptie
  • Lot 1 508 790
  • Lot 1 508 821
  • Lot 1 508 822
  • Lot 1 508 826
  • Lot 1 508 829 Ptie
  • Lot 1 508 938 Ptie
  • Lot 1 511 316 Ptie
  • Lot 2 898 425

Code Borden

BiFi-26      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BODSON, Gabriel. Constitution du site du patrimoine de l'ancien village de Rivière-des-Prairies : Notes explicatives. Montréal, Ville de Montréal, Service de l'habitation et du développement urbain, 1991. s.p.
  • GRAVEL, Jean-François. « Évaluation du patrimoine urbain de Rivière-de-Prairies - Pointe-aux-Trembles - Montréal-Est ». s.a. Ville de Montréal [En ligne]. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=2240,2893649&_dad=portal&_schema=PORTAL

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013