Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Presbytère de Sainte-Anne-des-Plaines

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Laurentides

Municipalité :

  • Sainte-Anne-des-Plaines

Date :

  • 1887 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Personnes associées (6)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

Le presbytère de Sainte-Anne-des-Plaines est une maison curiale construite en 1887. Le bâtiment en pierre, de plan rectangulaire à deux étages, est coiffé d'un toit en pavillon et comprend une annexe arrière. Une galerie protégée d'un avant-toit ceinture l'édifice. Le presbytère est situé en retrait de la voie publique, sur un terrain dégagé comportant des arbres matures. Il fait partie du noyau institutionnel de la municipalité de Sainte-Anne-des-Plaines.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Sainte-Anne-des-Plaines) 2004-12-14
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le presbytère de Sainte-Anne-des-Plaines présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment constitue un exemple représentatif des maisons bourgeoises construites à la fin du XIXe siècle dans un esprit éclectique. Cette tendance architecturale se caractérise, entre autres, par le recours à des influences stylistiques diverses, par des jeux de volumes et de matériaux et par l'abondance de l'ornementation. Elle cherche à créer un effet pittoresque plutôt qu'un assemblage homogène. Au tournant du XXe siècle, l'éclectisme participe au renouvellement du vocabulaire de l'architecture religieuse québécoise. Le presbytère de Sainte-Anne-des-Plaines est construit en 1887. Les plans sont de la firme des architectes Maurice Perrault (1857-1909) et Albert Mesnard (1847-1909) qui conçoit à cette période de nombreux édifices d'esprit éclectique dans la région de Montréal. Ils intègrent la maison curiale précédente, qui fait office d'annexe. La résidence s'inscrit dans le courant éclectique par son volume de deux étages en pierre, le toit en pavillon, la galerie ornée et l'ornementation élaborée. L'architecture remarquable du presbytère de Sainte-Anne-des-Plaines traduit bien l'image de prestige recherchée par l'Église de l'époque.

Le presbytère de Sainte-Anne-des-Plaines présente aussi un intérêt patrimonial pour ses valeurs architecturale et historique reposant sur sa représentativité par rapport à ce type de bâtiment à fonction religieuse. Le presbytère est la résidence du curé, un personnage influent et respecté, représentant de l'Église sur le plan paroissial. La maison curiale se doit donc d'être spacieuse, fonctionnelle et prestigieuse. Le presbytère, qui allie les fonctions institutionnelle et résidentielle, comporte des espaces publics au rez-de-chaussée destinés à accueillir les paroissiens. L'étage, à fonction privée, comprend des chambres, dont celles réservées aux membres de l'épiscopat lors des visites annuelles. Il peut parfois présenter un espace distinct réservé aux domestiques. À Sainte-Anne-des-Plaines, c'est l'annexe arrière du presbytère qui sert à cette fonction.

Le presbytère de Sainte-Anne-des-Plaines présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son implantation Il se situe sur un petit promontoire au coeur du noyau institutionnel. Construit en 1887 avec le même type de pierre calcaire à bossage que l'église et le couvent, il constitue l'un des éléments structurants de cet ensemble, qui comprend aussi un cimetière. La résidence curiale de la paroisse s'élève au même endroit depuis 1787. À l'époque, la première chapelle construite sur cet emplacement sert également de logement au prêtre. Le presbytère de Sainte-Anne-des-Plaines est toujours utilisé à des fins religieuses.

Source : Ville de Sainte-Anne-des-Plaines, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du presbytère de Sainte-Anne-des-Plaines liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et le toit en pavillon;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en pierre à bossage à appareil régulier, la pierre de taille (éléments architecturaux et ornementation), la couverture en tôle à baguettes, le bois des ouvertures et des éléments décoratifs;
- les ouvertures, dont leur disposition régulière et symétrique, la hiérarchie dans leur hauteur suivant les étages, les fenêtres rectangulaires à grands carreaux et à battants, la porte d'entrée vitrée à double vantail de la façade avec ses baies latérales et son imposte, les portes à imposte et les lucarnes à pignon;
- l'ornementation élaborée, dont la corniche à modillons, les frontons, les chaînes d'angle, les linteaux, les appuis et les épis de faîtage;
- la galerie en bois ceinturant le bâtiment, dont les piliers tournés en bois, le garde-corps ouvragé à motifs cruciformes, la corniche à motifs découpés et les escaliers;
- l'annexe arrière, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi et le toit à croupe;
- sa localisation en retrait de la voie publique, sur vaste terrain dégagé formant un petit promontoire et comportant des arbres matures;
- sa situation dans le noyau institutionnel, à proximité de l'église, du cimetière et de l'ancien couvent de Sainte-Anne-des-Plaines.

Haut de la page

Informations historiques

Le presbytère de Sainte-Anne-des-Plaines fait partie du noyau institutionnel de la municipalité du même nom.

Le peuplement de la paroisse commence au milieu du XVIIIe siècle. En 1787, le seigneur de Terrebonne, Jacob Jordan (1741-1796), fait don à l'Église catholique d'un terrain pour ses édifices religieux. La paroisse de Sainte-Anne-des-Plaines est créée la même année. Un premier presbytère, utilisé comme chapelle jusqu'en 1803, est aussitôt construit. Durant plusieurs décennies, des corvées de remblayage sont réalisées par les paroissiens. Ces travaux doivent permettre de stabiliser le sol et de rehausser le niveau du site paroissial établi à proximité d'un ruisseau. La paroisse est érigée canoniquement en 1829. En 1855, le premier presbytère, devenu vétuste, est démoli. Les matériaux sont récupérés pour servir à la nouvelle résidence curiale au même endroit.

À la fin du XIXe siècle, avec l'arrivée du chemin de fer, la paroisse connaît un développement important. Le noyau institutionnel se transforme pour prendre l'aspect monumental qui le caractérise depuis. Un imposant couvent en pierre est érigé en 1882. Le second presbytère, qui présente de nombreuses faiblesses structurales, doit à nouveau être remplacé. Le projet de construction du presbytère actuel démarre avec le curé Joseph-Euclide Dugas (1840-1915). Le contrat est accordé en 1886 à l'entrepreneur Emmanuel Lecavalier, et les travaux sont réalisés l'année suivante. L'ancien bâtiment est restauré et devient l'annexe arrière du nouveau presbytère réalisé selon les plans de la firme des architectes Maurice Perrault (1857-1909) et Albert Mesnard (1847-1909). Formée depuis 1880, cette agence est très active dans la construction d'édifices religieux d'esprit éclectique dans la grande région de Montréal. Ainsi, elle participe au renouvellement de l'architecture religieuse au Québec au tournant du XXe siècle.

Le nouveau presbytère de Sainte-Anne-des-Plaines s'inscrit dans le courant éclectique de l'époque. Le pouvoir et l'influence du curé se traduisent bien par le décor remarquable du bâtiment ceinturé d'une grande galerie. Des fermes et des champs entourent alors le noyau institutionnel doté depuis 1902 d'une nouvelle église. Le lieu de culte, témoignant lui aussi de l'éclectisme, est conçu par l'architecte Joseph Venne, ancien dessinateur de la firme Perrault et Mesnard. Au début du XXe siècle, le presbytère comporte des contrevents de bois foncé. Un long bâtiment de ferme occupe l'espace aujourd'hui aménagé en stationnement. Vers les années 1920, un garage double, disparu depuis, est adossé à l'annexe arrière du presbytère.

Dans les années 1940, la structure du presbytère montre des signes d'affaissement. Des architectes recommandent, conformément aux souhaits du curé de l'époque, la construction d'une nouvelle maison curiale. Sous la pression notamment de l'évêque auxiliaire de Montréal, Mgr Joseph-Conrad Chaumont (1875-1966), la fabrique décide plutôt de conserver le vieux bâtiment. En 1947, des travaux de restauration sont confiés à Daniel Lord. Le balcon de la façade principale est enlevé et l'ornementation de la galerie simplifiée.

Le presbytère de Sainte-Anne-des-Plaines est cité en 2004. Au même moment, l'église, l'ancien couvent et le cimetière formant le noyau institutionnel sont également cités. De nos jours, le presbytère est encore la résidence officielle du curé.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Laurentides

MRC :

  • Thérèse-De Blainville

Municipalité :

  • Sainte-Anne-des-Plaines

Adresse :

  • 129, boulevard Sainte-Anne

Latitude :

  • 45° 45' 33.9"

Longitude :

  • -73° 48' 56.3"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 085 415

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BLONDIN, Serge. Sainte-Anne-des Plaines : une histoire vécue, 1787-1987. Sainte-Anne-des-Plaines, s.é., 1987. 384 p.
  • DUGAS, G. Histoire de la paroisse de Sainte-Anne des Plaines : érigée sous Mgr Hubert, évêque de Québec, en l'année 1787. Montréal, Granger Frères, 1900. 207 p.
  • SENÉCAL, Eusèbe. Le diocèse de Montréal, à la fin du dix-neuvième siècle. Montréal, Eusèbe Senécal & cie, imprimeurs-éditeurs, 1900. 800 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013