Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Caserne Patrick-Douville

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ancienne caserne de pompiers de Saint-Adelphe

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Saint-Adelphe

Date :

  • 1930 (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Casernes de pompiers)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

La caserne Patrick-Douville est une caserne de pompiers d'architecture vernaculaire construite en 1930. Ce petit bâtiment rectangulaire en bois est coiffé d'un toit à croupes au profil bas. Adossée contre le mur arrière s'élève une haute tour carrée hors-oeuvre qui domine les environs. La caserne Patrick-Douville est située sur un grand terrain dégagé, en bordure de la route, dans la municipalité de Saint-Adelphe.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Adelphe) 2004-10-04
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La caserne Patrick-Douville présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle est représentative des casernes de pompiers érigées en milieu rural. Les casernes érigées dans les grands centres urbains tels que Québec et Montréal présentent souvent une architecture élaborée et ornementée. À l'opposé, les casernes construites dans les municipalités rurales se distinguent par leur volume simple et leur facture modeste. Les casernes urbaines et rurales ont cependant en commun les larges ouvertures pratiquées en façade et fermées par des portes de garage et la présence d'une haute tour. Cette tour, construite hors-oeuvre dans le cas de la caserne Patrick-Douville, est à la fois fonctionnelle et symbolique. La tour est utilisée pour faire sécher les boyaux d'arrosage que l'on déroule et suspend à l'aide d'un système de câbles et de poulies. D'autre part, en dominant les environs, cette tour signale la présence de la caserne dans le paysage. Par ses dimensions modestes, son unique porte en façade, sa haute tour hors-oeuvre disposée contre le mur arrière et son volume simple, la caserne Patrick-Douville constitue un exemple représentatif des casernes de pompiers bâties dans les petites municipalités rurales. Le bâtiment constitue en outre un bon exemple d'architecture vernaculaire. Les bâtiments de ce type présentent des caractéristiques architecturales propres à une région ou à une ville. Ces caractéristiques relèvent, entre autres, des matériaux, des ressources disponibles, de l'économie locale et du climat. Construite en 1930, la caserne Patrick-Douville se rattache à l'architecture traditionnelle développée dans la région de Portneuf par ses dimensions modestes, son volume simple, son revêtement en planches de bois horizontales et son ornementation sobre composée de planches cornières et de chambranles en bois. L'intégrité des composantes de la caserne Patrick-Douville contribue également à l'intérêt architectural du bâtiment.

La caserne présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur la notoriété de son constructeur, l'entrepreneur et maître charpentier Patrick Douville (1883-1960). Originaire de Saint-Casimir de Portneuf, Patrick Douville s'installe à Saint-Adelphe au début du XXe siècle. Défricheur et cultivateur, il démontre également des talents de constructeur, d'entrepreneur, de charpentier, d'ébéniste, de forgeron et de soudeur. Au cours de sa vie, Douville construit plusieurs bâtiments dans la municipalité de Saint-Adelphe, dont la résidence des Frères Saint-Gabriel (1941) et le collège de Saint-Adelphe (1941). Dans la région de Québec, il a réalisé plusieurs édifices parmi lesquels figurent des résidences, des écoles, des garages, des moulins à scie et des granges. Patrick Douville a joué un rôle important dans le développement de la municipalité de Saint-Adelphe.

Source : Municipalité de Saint-Adelphe, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la caserne Patrick-Douville liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation sur un grand terrain dégagé, en bordure de la route, dans la municipalité de Saint-Adelphe;
- les éléments liés à sa fonction, dont la tour carrée haute de seize mètres disposée hors-oeuvre contre le mur arrière du bâtiment et la porte de garage à panneaux de bois occupant toute la façade;
- son volume simple, dont le plan rectangulaire, l'élévation à un étage et le toit à croupes au profil bas;
- ses matériaux, dont la charpente en bois, le revêtement en planches de bois posées à l'horizontale, la couverture en tôle à baguettes;
- ses ouvertures, dont les fenêtres en bois à grands carreaux;
- son ornementation sobre, dont les planches cornières et les chambranles en bois.

Haut de la page

Informations historiques

La caserne Patrick-Douville est construite en 1930 dans la municipalité de Saint-Adelphe. Elle est érigée par Patrick Douville (1883-1960) à la demande du maire, Joseph Bureau. L'édifice est situé sur une partie de terrain achetée d'Ovila Baillargeon pour la somme de 200 $. La construction de la caserne, incluant la citerne, les accessoires, les boyaux et les costumes de pompiers s'élève à 8 335 $. La tour de seize mètres, construite hors-oeuvre contre le mur arrière du bâtiment, est destinée au séchage des boyaux d'arrosage.

Né à Saint-Casimir de Portneuf, Patrick Douville est un cultivateur qui démontre également des talents de constructeur, d'entrepreneur, de charpentier, d'ébéniste, de forgeron et de soudeur. Au cours de sa vie, il construit plusieurs bâtiments dans la municipalité de Saint-Adelphe, dont la résidence des Frères Saint-Gabriel (1941) et le collège de Saint-Adelphe (1941). Dans la région de Québec, il a réalisé plusieurs bâtiments parmi lesquels figurent des résidences, des écoles, des garages, des moulins à scie et des granges.

En 1932, Aurèle Veillette, chef des pompiers, procède à la construction d'une rallonge contre un mur latéral de la caserne afin d'y loger la voiture et les boyaux. Cette rallonge est aujourd'hui disparue. Un an plus tard, l'électricité et un système d'alarme sont installés dans la station des pompes afin de faciliter le travail des pompiers volontaires. En 1941, le conseil municipal prend la décision d'installer un démarreur électrique sur la pompe à incendie.

Dès 1949, la municipalité se questionne sur la pertinence d'avoir une caserne qui n'est pas située au centre du village, à proximité de la citerne. En 1972, la municipalité prend la décision de construire une nouvelle caserne, plus grande et à l'épreuve du feu, en plein coeur du village. Dès lors, la municipalité opte pour la démolition de la vieille caserne, devenue désuète. Toutefois, en raison de l'opposition des citoyens qui reconnaissent la vieille caserne comme faisant partie de leur patrimoine bâti, cette dernière est préservée.

La caserne Patrick-Douville est citée en 2004. Des travaux de restauration du bâtiment sont réalisés en 2005 et remettent le bâtiment dans son état d'origine. La caserne, recyclée en un lieu de diffusion culturelle, est inaugurée officiellement le 26 septembre 2005 dans le cadre des Journées de la Culture.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Mauricie

MRC :

  • Mékinac

Municipalité :

  • Saint-Adelphe

Adresse :

  • 391, rue Principale

Lieux-dits :

  • Saint-Adelphe-de-Champlain

Latitude :

  • 46° 44' 6.7"

Longitude :

  • -72° 26' 1.2"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Champlain Paroisse de Saint-Stanislas Absent 726-D

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LAFONTAINE-COSSETTE, Thérèse. Vie municipale à Saint-Adelphe. Saint-Adelphe, s.é., s.d. s.p.
  • LEPAGE, Bernard. « Un patrimoine sauvegardé ». L'Hebdo Mékinac/Des Chenaux, 1 octobre 2005, p. 1, 4.
  • Municipalité de Saint-Adelphe. Caserne d'incendie Patrick-Douville. Saint-Adelphe, s.é., 2005. s.p.
  • VEILLETTE, Guy. « Saint-Adelphe. Une nouvelle vie pour la caserne ». Le Nouvelliste, 13 juillet 2005, p. 14.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013