Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Chapelle de procession Saint-Joachim

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Varennes

Date :

  • 1831 – 1832 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Chapelles de procession)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La chapelle de procession Saint-Joachim est un édifice religieux d'influence néoclassique érigé en 1831 et 1832. Le petit bâtiment en pierre de plan rectangulaire est coiffé d'un toit à deux versants droits de faible pente. Un clocheton repose sur le faîte en façade. Cette chapelle s'élève en bordure de l'ancienne rue principale de la ville de Varennes. Elle est située à faible distance à l'ouest de l'église paroissiale. Elle fait pendant à la chapelle de procession Sainte-Anne, bâtie à l'est de l'église, classée immeuble patrimonial.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Saillies :

  • Balcon
  • Campanile

Élévations :

  • Façade arrière : Pierre (Structure apparente)
  • Façade droite : Pierre (Structure apparente)
  • Façade gauche : Pierre (Structure apparente)
  • Façade avant : Pierre (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle pincée

Porte principale :

  • bois, à panneaux, à battants

Fenêtre(s) :

  • cintrée, À battants, à petits carreaux
  • circulaire, Oculus

Éléments architecturaux :

  • Chaîne d'angle
  • Chambranle
  • Portail

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1981-12-16
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La chapelle de procession Saint-Joachim présente un intérêt patrimonial pour sa valeur ethnologique. Reliées au culte catholique, les chapelles de procession et votives constituent une manifestation privilégiée de la religion populaire. Fréquemment dédiées à un saint patron, elles servent de lieux de recueillement et de rassemblement pour les paroissiens. Elles jouent également le rôle de repères visuels et participent à la sacralisation du paysage québécois. Les chapelles de procession sont surtout utilisées comme reposoirs lors de processions comme celles de la Fête-Dieu ou des Rogations, alors que les chapelles votives accueillent aussi des offices religieux, notamment lors de la procession effectuée pendant l'octave de la fête du saint. Cette chapelle est située en bordure de la rue principale de la ville de Varennes, à faible distance à l'ouest de l'église. Placée sous la protection de saint Joachim, elle fait pendant à une chapelle dédiée à sainte Anne, bâtie à l'est de cette dernière. Sa superficie de même que la présence de bancs et d'un autel à l'intérieur signalent qu'elle est utilisée pour la célébration d'offices et pour le recueillement des fidèles. Toujours ouverte au public, la chapelle Saint-Joachim perpétue les fonctions votives et cultuelles liées à ce type d'édifice religieux.

La chapelle de procession Saint-Joachim présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construit en 1831 et 1832, le petit lieu de culte en pierre s'inspire de l'architecture néoclassique, à l'instar de nombreux édifices religieux de cette période. Introduit au Québec par des architectes et ingénieurs britanniques au début du XIXe siècle, ce style préconise la simplicité et la rigueur de la composition ainsi qu'une ornementation sobre. La chapelle Saint-Joachim en est une illustration notamment par l'oculus de la façade ainsi que par les ouvertures cintrées encadrées de chambranles à pilastres et soulignées d'une clé. Elle témoigne de l'un des grands courants architecturaux du XIXe siècle.

La chapelle de procession Saint-Joachim présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur artistique liée à son décor intérieur. Réalisé à partir de 1832, ce décor très élaboré se rattache au néoclassicisme par l'entablement continu soulignant la fausse voûte à arc surbaissé, de même que par le retable composé de deux pilastres supportant un fronton cintré. Par ailleurs, les murs lambrissés de planches verticales présentent, entre autres, un décor peint réalisé en 1943. Le tabernacle se démarque avec son ordonnance qui rappelle l'atelier de Quévillon et avec son ornementation typique du XVIIIe siècle. Cet intérieur se distingue ainsi de la sobriété de la plupart des chapelles de procession ou votives.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la chapelle de procession Saint-Joachim liés à ses valeurs ethnologique, architecturale et artistique comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de l'ancienne rue principale de la ville de Varennes, à l'ouest de l'église paroissiale;
- la proximité de l'église;
- la complémentarité avec la chapelle Sainte-Anne bâtie à l'est de l'église et aussi classée immeuble patrimonial;
- son volume, dont le plan rectangulaire, le toit à deux versants droits de faible pente et le clocheton disposé sur le faîte en façade (base carrée, tambour octogonal, flèche incurvée, croix);
- les matériaux, dont la maçonnerie en moellons, les chaînes d'angle en pierre de taille, la couverture en tôle à baguettes et les ouvertures en bois;
- les composantes extérieures liées à l'influence néoclassique, dont l'oculus de la façade, les ouvertures cintrées, le tympan menuisé en éventail du portail et les chambranles composés de pilastres surmontés d'un arc en plein cintre marqué d'une clé;
- les ouvertures, dont la porte à double vantail et les fenêtres à battants à petits carreaux;
- les composantes du décor intérieur, dont l'entablement soulignant la fausse voûte à arc surbaissé, le retable composé de deux pilastres supportant un fronton cintré, les murs lambrissés de planches verticales, le décor peint et le tabernacle.

Haut de la page

Informations historiques

Une première chapelle est érigée à Varennes en 1717. Cet édicule est en mauvais état en 1830, et les marguilliers décident de le rebâtir sur un nouvel emplacement. La chapelle Saint-Joachim est construite en 1831 et 1832. Le lieu de culte s'inspire de l'architecture néoclassique, à l'instar de nombreux édifices religieux québécois de cette période.

L'intérieur est modifié en 1880, alors que la table de communion et le maître-autel sont remplacés et qu'un chemin de croix, des bancs et un harmonium sont ajoutés. Il est rehaussé d'un décor peint réalisé en 1943 par Hermel Lussier. Le tabernacle se démarque avec son ordonnance qui rappelle l'atelier de Louis Quévillon (1749-1823) et avec son ornementation typique du XVIIIe siècle.

La chapelle de procession Saint-Joachim est classée en 1981. Elle est toujours ouverte au culte durant la belle saison.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Marguerite-D'Youville

Municipalité :

  • Varennes

Adresse :

  • rue Sainte-Anne

Latitude :

  • 45° 40' 47.058"

Longitude :

  • -73° 26' 22.171"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Verchères Village de Varennes Absent 64

Code Borden

BkFi-50      

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • ROBERT, Jacques. Les chapelles de procession du Québec. Québec, ministère des Affaires culturelles, 1979. 163 p.
  • ROY, Guy-André. « Chapelle de procession Sainte-Anne et Saint-Joachim ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 232-233.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013